Aller au contenu principal

A la Ferme des Bordes dans l'Indre
Les génisses "rajeunies" à l'étude

Trop peu connue en France, la production de génisses rajeunies produites à partir de laitonnes charolaises est en cours d’expérimentation avec des rations à base de céréales aplaties.

La ration d'engraissement se compose de 5,5 kg de
céréales, 950 g de tourteau de colza, 950 g de tourteau de tournesol,
de la paille à volonté et des minéraux.
La ration d'engraissement se compose de 5,5 kg de
céréales, 950 g de tourteau de colza, 950 g de tourteau de tournesol,
de la paille à volonté et des minéraux.
© source : Chambre d'agriculture de l'Indre

Seize à 18 mois, pour un peu plus de 300 kg de carcasse. Voilà une définition qui correspond mal aux critères habituels de la génisse charolaise que l’on est en France plus habitué à voir franchir les cap des 30 mois et des 400 kg de viande. La plupart du temps, les laitonnes blanches non conservées pour le renouvellement ou la production de génisses lourdes sont vendues maigres à l’exportation. Elles sont pourtant toutes destinées à fournir ce type de carcasses légères, que ce soit dans des ateliers italiens ou espagnols. Cette production d’animaux rajeunis et légers est en revanche plus habituellement rencontrée en zone Limousine et fait d’ailleurs partie de la gamme d’animaux finis produits avec cette race. « A ce jour pour des femelles charolaises dont l’objectif d’âge à l’abattage est de 16 à 17 mois, nous avons assez peu d’itinéraires techniques de production en référence pour la phase d’engraissement », soulignait Claude Vincent, spécialiste de la viande bovine à la chambre d’agriculture de l’Indre à l’occasion d’une journée sur ce type de produit. A l’initiative de Creuse Corrèze Berry Elevage et de Jean-Paul Girault, président de la Ferme des Bordes, éleveur dans l’Indre et lui-même producteur de ce type d’animaux, des essais sont actuellement en cours sur cette ferme expérimentale pour chercher à remédier rapidement à cette lacune. Deux lots de huit génisses issues de broutardes « tout venant » sont donc conduites en ration sèche (céréales aplaties + complémentaire + paille fraîche et appétente à volonté) avec des itinéraires de production résumés dans le graphique ci joint. « L’objectif est de les abattre à moins de 18 mois pour des poids carcasses compris entre 280 et 320 kg », expliquait Franck Rigot, responsable technique de cette ferme et en charge du suivi de l’expérimentation. « Après un démarrage un peu difficile, leur GMQ avoisine actuellement les 1 300 grammes. » L’objectif est de produire des animaux assez standard d’une conformation oscillant entre le R et le U- sans couverture de gras excessive. « Les éleveurs pouvant être concernés par ce type de production sont d’abord les producteurs de broutardes ou de broutardes repoussées qui disposent sur leur exploitation de suffisamment de ressources fourragères (maïs, céréales…) mais aussi de places dans les bâtiments », ajoutait Claude Vincent. 

Avis d'expert

Luc Van Nespen, spécialiste Bovins viande d’Inzo :  Attention aux « petites boules »

« Sur ce type de génisses, il est difficile d’avoir des rations alimentaires à très forte densité énergétique pendant plus de six mois. Comparativement à des mâles, les génisses déposent du gras plus rapidement dans leurs tissus. Sur des animaux de format assez modeste et pas trop « grandissants » le risque est d’avoir des animaux qui se transforment rapidement en « petites boules » trop grasses. Si l’objectif est d’arriver à 320 kg de carcasse à partir de petites broutardes sevrées à 260 kg, il ne faut certainement pas les mettre de suite à l’engraissement. Il faut d’abord leur faire prendre un peu de carcasse. Sinon on arrivera à des animaux trop légers et surtout trop gras. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

La production de veaux sous la mère n’a pas vu d’embellie sur ses cours contrairement aux autres productions d’élevage.
Le veau sous la mère subit de plein fouet la crise
Confrontée à la progression des prix du maigre et à l’érosion du nombre de producteurs, la filière veau sous la mère est inquiète…
« On voulait un système de barrière qui nous aide à canaliser des lots de bétail entre des bâtiments. Mais on voulait aussi quelque chose de mobile et facile à déplacer. » expliquent Pierre et Alexandre Coudour. Père et fils ont pour cela mis au point cette barrière de 4 mètres de long contre laquelle peut venir se rabattre deux barrières de 3 mètres soit 10 mètres une fois dépliées. Ce n’est pas pour autant un outil de contention à proprement ...
"J'ai fabriqué une barrière mobile pour canaliser les bovins"
Au Gaec des Belins à Saint-Forgeux-Lespinasse, dans la Loire, une barrière mobile dépliable facile à déplacer aide à canaliser…
Le Gaec Camus Père et Fils s’est illustré lors des 72 heures de la Limousine
  L’édition 2022 du concours national Limousin s’est tenue pour la première fois dans la Sarthe, dans le cadre de la Foire du…
Le marché européen du jeune bovin bien orienté
En Allemagne et en Italie, les cours des jeunes bovins ont entamé leur hausse saisonnière. Entre une offre globalement limitée et…
A côté des baignoires, une partie des abreuvoirs sont métalliques et permettent d’être alternativement utilisés dans deux voire trois pâtures compte tenu de la gestion des lots en pâturage tournant.
De l’eau de forage 365 jours par an pour abreuver les bovins
Installé dans le Puy-de-Dôme, le Gaec Courteix a mis en place un forage en 2010. Il approvisionne tout l’hiver les abreuvoirs des…
Après : Les salers peuvent boire mais n'ont plus la possibilité de patouiller dans le ruisseau. À signaler au centre de la photo, l'aménagement d'un franchissement avec un tuyau en PHED permettant au bétail et aux engins de franchir à sec le ruisseau.
De l’eau propre pour abreuver les bovins sans salir les ruisseaux
L’aménagement de points d’eau en pâture diminue le salissement des ruisseaux et les atteintes à l’environnement en permettant aux…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande