Aller au contenu principal

A la Ferme des Bordes dans l'Indre
Les génisses "rajeunies" à l'étude

Trop peu connue en France, la production de génisses rajeunies produites à partir de laitonnes charolaises est en cours d’expérimentation avec des rations à base de céréales aplaties.

La ration d'engraissement se compose de 5,5 kg de
céréales, 950 g de tourteau de colza, 950 g de tourteau de tournesol,
de la paille à volonté et des minéraux.
La ration d'engraissement se compose de 5,5 kg de
céréales, 950 g de tourteau de colza, 950 g de tourteau de tournesol,
de la paille à volonté et des minéraux.
© source : Chambre d'agriculture de l'Indre

Seize à 18 mois, pour un peu plus de 300 kg de carcasse. Voilà une définition qui correspond mal aux critères habituels de la génisse charolaise que l’on est en France plus habitué à voir franchir les cap des 30 mois et des 400 kg de viande. La plupart du temps, les laitonnes blanches non conservées pour le renouvellement ou la production de génisses lourdes sont vendues maigres à l’exportation. Elles sont pourtant toutes destinées à fournir ce type de carcasses légères, que ce soit dans des ateliers italiens ou espagnols. Cette production d’animaux rajeunis et légers est en revanche plus habituellement rencontrée en zone Limousine et fait d’ailleurs partie de la gamme d’animaux finis produits avec cette race. « A ce jour pour des femelles charolaises dont l’objectif d’âge à l’abattage est de 16 à 17 mois, nous avons assez peu d’itinéraires techniques de production en référence pour la phase d’engraissement », soulignait Claude Vincent, spécialiste de la viande bovine à la chambre d’agriculture de l’Indre à l’occasion d’une journée sur ce type de produit. A l’initiative de Creuse Corrèze Berry Elevage et de Jean-Paul Girault, président de la Ferme des Bordes, éleveur dans l’Indre et lui-même producteur de ce type d’animaux, des essais sont actuellement en cours sur cette ferme expérimentale pour chercher à remédier rapidement à cette lacune. Deux lots de huit génisses issues de broutardes « tout venant » sont donc conduites en ration sèche (céréales aplaties + complémentaire + paille fraîche et appétente à volonté) avec des itinéraires de production résumés dans le graphique ci joint. « L’objectif est de les abattre à moins de 18 mois pour des poids carcasses compris entre 280 et 320 kg », expliquait Franck Rigot, responsable technique de cette ferme et en charge du suivi de l’expérimentation. « Après un démarrage un peu difficile, leur GMQ avoisine actuellement les 1 300 grammes. » L’objectif est de produire des animaux assez standard d’une conformation oscillant entre le R et le U- sans couverture de gras excessive. « Les éleveurs pouvant être concernés par ce type de production sont d’abord les producteurs de broutardes ou de broutardes repoussées qui disposent sur leur exploitation de suffisamment de ressources fourragères (maïs, céréales…) mais aussi de places dans les bâtiments », ajoutait Claude Vincent. 

Avis d'expert

Luc Van Nespen, spécialiste Bovins viande d’Inzo :  Attention aux « petites boules »

« Sur ce type de génisses, il est difficile d’avoir des rations alimentaires à très forte densité énergétique pendant plus de six mois. Comparativement à des mâles, les génisses déposent du gras plus rapidement dans leurs tissus. Sur des animaux de format assez modeste et pas trop « grandissants » le risque est d’avoir des animaux qui se transforment rapidement en « petites boules » trop grasses. Si l’objectif est d’arriver à 320 kg de carcasse à partir de petites broutardes sevrées à 260 kg, il ne faut certainement pas les mettre de suite à l’engraissement. Il faut d’abord leur faire prendre un peu de carcasse. Sinon on arrivera à des animaux trop légers et surtout trop gras. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Face à l’évolution des prix des broutards « incompréhensible et inacceptable », les Eleveurs du grand Massif Central appellent à la rétention de ces animaux en ferme.
Les éleveurs bovins du Grand Massif Central sont appelés à retenir au maximum les broutards en ferme
Les prix des broutards ne cessent de baisser depuis plusieurs semaines, aussi les Eleveurs de races à viande du grand Massif…
Paul et son oncle Philippe Couvé. « On privilégie les animaux de race Charolaise car on trouve toujours acquéreur. » © C. Delisle
Une conduite simple mais efficace des jeunes bovins
À la SCEA Couvé et fils, dans l’Orne, le bien-être animal a été privilégié, sans compromis pour autant sur les performances des…
Le lecteur de glycémie donne directement les résultats dans la pâture.  © B. Gavage
La conséquence d’un déficit énergétique en fin de gestation
Cette vache âgée a perdu beaucoup d’état en fin de gestation. Elle souffre d’une pathologie classique en élevage ovin mais moins…
Quentin Gougeon, éleveur à Vaiges en Mayenne (à droite). « Depuis mon installation, je travaille au maintien du bocage pour abriter les bovins et les céréales conduites en agriculture biologique. On valorise une partie de notre production de bois par le biais de la SCIC Mayenne bois énergie. » « La structure se charge d’organiser la commercialisation d’un bois durable et équitable », ajoute Olivier Lepage, chargé de développement à la SCIC. © C. Delisle
Chez Quentin et Dominique Gougeon, les haies sont un patrimoine à valoriser
Sur l’exploitation de Quentin et Dominique Gougeon à Vaiges en Mayenne, les haies sont conduites comme une culture à part entière…
Davantage de viande Charolaise pour les restaurants McDonalds
La viande charolaise sera plus largement utilisée dans les restaurants McDonalds tout au long du mois d’octobre. Elle concernera…
Hugues Pichard, nouveau Président de Races de France
Le Président de l’Organisme de Sélection Charolais France est depuis le premier octobre le nouveau Président de Races de France,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande