Aller au contenu principal

Alimentation des bovins
Les génisses blondes de boucherie au même régime que les génisses


Pour des génisses « classiques » de race à viande, les recommandations sont de viser 500 à 700 g de GMQ (gain moyen quotidien) le premier hiver et 300 à 500 g le second. Ceci permet de valoriser au mieux le pâturage suivant. Mais quelles croissances hivernales préconiser pour des génisses de race blonde d´Aquitaine, peu précoces et à fort potentiel musculaire, qui seront abattues à 30-32 mois ? Les mêmes recommandations peuvent être retenues pour la phase de croissance d´après le résultat d´un essai conduit à la Ferme expérimentale de Mauron (Morbihan) par les Chambres d´agriculture de Bretagne et l´Institut de l´élevage. « Il est possible de rattraper un retard de croissance en hiver par des apports alimentaires supérieurs mais il ne faut pas dépasser 800 g de GMQ, explique Alain Guillaume de l´EDE du Finistère. Des croissances hivernales très élevées, de plus de 800 g/jour, risquent de faire moins bien valoriser l´herbe au pâturage suivant et de pénaliser le développement et la fertilité des génisses de renouvellement en rapport à un excès de gras dans le cas d´une conduite commune avec les génisses de boucherie. »
Pour des génisses de race blonde d´Aquitaine, viser 500 à 700 g de GMQ le premier hiver et 300 à 500 g le second.©S. Bourgeois

Deux niveaux d´alimentation ont été mis en oeuvre au cours des deux premières années de génisses blondes : 500 à 550 g pour un lot et 800 g de GMQ pour l´autre(1). « A la fin du premier hiver, la différence de poids moyen entre les deux lots était de 21 kilos, dont 60 % ont été compensés au pâturage, explique Alain Guillaume. A la fin du deuxième hiver, les poids moyens des deux lots étaient de 474 kilos et 520 kilos, soit un écart de 46 kg. Et la compensation au pâturage a été assez modique, l´écart de poids entre les deux lots était de 35 kg en fin de saison de pâturage. » Ces performances sont à mettre en relation avec les conditions humides des deux printemps de l´expérimentation (années 99 et 2000).
Ces deux lots de génisses ont été engraissées à l´auge avec un régime ensilage de maïs, foin, et un mélange blé, tourteau de soja et CMV et ont réalisé des croissances similaires en finition. Mais pour atteindre le même poids de carcasse de 422 kg, les génisses qui avaient eu une croissance plus faible en phase d´élevage ont eu besoin de 32 jours de plus que les autres. « Les quantités de fourrage et de concentrés des deux conduites sont très voisines », note Alain Guillaume.

Nota : Les génisses blondes, achetées broutardes, ont été alimentées avec de l´ensilage de maïs rationné, de la paille, du tourteau de soja et un composé minéral vitaminé. La paille a été remplacée par du foin pour le deuxième hiver.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Delphine et Françk Maguet, Gaec Maguet James à Cristot dans le Calvados.Ignoble P élève ses deux petites femelles et le petit mâle a été adopté par une autre vache.
« Notre charolaise de 8 ans nous a déjà donné treize veaux »
Delphine et Franck Maguet, du Gaec Maguet James à Cristot dans le Calvados, ont dans leur troupeau ce que l'on appelle une bonne…
Fortement contesté lors de leur édification durant l'hiver 2015, les deux stabulations de 180 m de long avaient été vandalisées avec des tags injurieux puis partiellement incendiées en décembre 2016.
Le centre d’engraissement de Saint Martial le Vieux repris par la société T’RHEA
Le centre d’engraissement collectif de Saint Martial le Vieux situé sur le plateau de Millevaches dans la Creuse a été repris par…
Un foin de faible valeur à volonté est-il idéal pour des vaches allaitantes gestantes ?
Peut-on tolérer un déficit protéique important, susceptible de perturber le fonctionnement du rumen, sur la fin de gestation des…
[Prospective] Un net recul du cheptel allaitant se profile à l’horizon 2030
Une étude prospective réalisée par l’Institut de l’élevage fait état d’un recul proche de 600 000 têtes pour le nombre de vaches…
La France produit moins de jeunes bovins mais en consomme davantage
La France produit moins de jeunes bovins mais en consomme davantage
Bien qu’essentielle au maintien des équilibres de production entre les différentes catégories de bovins, la production française…
Niveau record pour l'Ipampa viande bovine en septembre 2021
L'Ipampa viande bovine est l'indice des prix d'achat des moyens de production pour les producteurs de viande bovine. Il permet de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande