Aller au contenu principal

Les flux commerciaux avec l'Algérie ont bien repris

Dans les bâtiments d'engraissement algériens, les taurillons sont très souvent finis à l'attache.
Dans les bâtiments d'engraissement algériens, les taurillons sont très souvent finis à l'attache.
© B. Griffoul

L'ouverture, début janvier, par l'Algérie du contingent tarifaire de 5000 tonnes à droits de douane nuls s'est déroulée dans des conditions plus sereines que l'an dernier. Quelque 9 900 bovins d'engraissement ont traversé la Méditerranée fin décembre, ainsi qu'un peu moins de 1800 génisses laitières et un petit millier de veaux sevrés. Le contingent a été dépassé, mais de façon moins importante que début 2014. La baisse des cours du pétrole ne semble pas devoir affecter le commerce des bovins pour les mois à venir. Selon Francis Jacquier (Sofrana), la principale difficulté pour les éleveurs algériens est la pénurie et la cherté des aliments du bétail, suite à la sévère sécheresse de l'an dernier, dans l'attente des prochaines récoltes. Certains recherchent des solutions pour importer des fourrages d'Espagne ou de France. « Nous leur proposons un aliment granulé composé de foin mélassé, à 220 euros la tonne rendu au port de Sète », explique Laurent Trémoulet, directeur de la Sepab, gestionnaire du parc à bestiaux. Des aliments taxés à hauteur de 40 % à l'arrivée !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

 © Agricentre
Le teff grass, une nouvelle fourragère estivale
Eragrostis tef ou teff grass, graminée cultivée comme céréale secondaire en Afrique, arrive en France comme fourragère. Sa…
Le bâtiment est en bois avec une ventilation naturelle, une bonne ambiance à l’intérieur et des écarts de température diurne-nocturne atténués par la toiture en panneaux « sandwich » de 4 centimètres d’épaisseur. © F. d'Alteroche
Une stabulation sur caillebotis double usage pour les vaches allaitantes
Dans le Cantal, la nécessité d’accroître les capacités de stockage en lisier d’un bâtiment entravé a incité les associés du Gaec…
Les vaches ont très vite adopté les logettes et les cornadis suédois leur ont permis de sauver leurs cornes, sans dommages jusqu’à présent. © F. d'Alteroche
Des caillebotis pour les vaches, pour ne pas remettre en cause l’autonomie
Le Gaec d’Éole utilise à peine 12 tonnes de paille-hiver pour les seules cases à veaux et cases de vêlage d’une stabulation « …
Les atouts du caillebotis pour les vaches allaitantes
Les stabulations intégrant au moins une partie de caillebotis sur fosse sont courantes en élevage laitier, plus rares en système…
 © M-H André
L’Argentine, cette usine à bœufs qui tourne au ralenti
Dans bon nombre d’élevages naisseurs argentins, le potentiel de production est loin d’être utilisé à 100 % de ses capacités. Une…
De la Stabiliser à la Redyblack, vers une nouvelle race bovins viande en France
Portée par l’association Bovinext, la RedyBlack est la première race bovine depuis des décennies à obtenir son agrément OS en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande