Aller au contenu principal

B. Byrne et J. O´Toole
« Les exportations irlandaises sont au beau fixe »

Dans le cadre du Sial(1), Bernadette Byrne et Jim O´ Toole du Bord Bia expliquent que la demande en viande irlandaise est actuellement très soutenue et que les perspectives sont très bonnes pour la filière.


Quelles sont les conséquences pour l´Irlande du retour sur le marché de bovins britanniques ?
Jim O´ Toole - Pour l´instant, les conséquences sont très faibles. Le Royaume-Uni a toujours été, traditionnellement, un marché très important pour la viande bovine irlandaise, en dehors des conséquences de l´ESB, sur les quinze dernières années.
Nous avions estimé que le retour des vaches britanniques nous priverait d´un débouché de 80 000 Téc en 2006, un chiffre à mettre en perspective avec les 260 000 Téc qui y ont été exportées en 2005. Or, il se trouve que les prévisions qui ont été faites sur le retour de la production au Royaume-Uni ont été optimistes. Pour les réaliser, il faudrait abattre 4000 à 5000 vaches de plus par semaine que ce qui est réalisé actuellement. Et la consommation y est très soutenue. Finalement, pour l´instant, les débouchés irlandais vers le Royaume-Uni ont diminué d´environ 10 000 Téc. Cela ne nous pose pas de problème et nous permet de disposer de disponibilités supplémentaires pour d´autres marchés qui sont demandeurs.

La demande pour la viande irlandaise est-elle très forte de la part des pays d´Europe continentale ?
Bernadette Byrne - Les exportations irlandaises vers la France, l´Italie et les Pays-Bas - nos trois principaux clients - représenteront environ 150 000 Téc pour 2006, soit une progression de plus de 20 % sur l´année. Ceci s´explique par l´embargo lié à la fièvre aphteuse sur la viande provenant de certains états du Brésil, qui libère des marchés surtout en Allemagne et aux Pays-Bas, et aussi par le déficit croissant de production quasi-général en Europe continentale. Par exemple, pour le marché français, les fournisseurs traditionnels de vaches que sont l´Allemagne surtout, et dans une moindre mesure l´Italie, affichent eux-aussi une baisse de production et donc des disponibilités réduites pour l´export. En Irlande, la production devrait augmenter de 4 % en 2006 et il n´est pas prévu qu´elle baisse dans les huit à dix prochaines années.
Sur quels marchés, la viande irlandaise est-elle orientée en France ?
B. B. - En France, sont expédiées des vaches, destinées aussi bien au secteur de la restauration qu´à la grande distribution. Nous souhaitons développer une identification en rayon de GMS de la viande irlandaise. Nous avons réalisé il y a quelques années des tests en rayon libre-service auprès de 1000 consommateurs, avec de la viande identifiée, qui ont montré que l´Irlande, ses prairies et sa viande bovine, bénéficiaient d´une très bonne image auprès des Français. Les carcasses irlandaises sont d´un poids idéal pour la découpe et la commercialisation. Ces dernières années, le niveau génétique et la conformation ont bien progressé. La saisonnalité des abattages a été aussi bien réduite. Par exemple, en 2005, 21 % des abattages ont été faits sur le premier trimestre, 24 % au 2e, 26 % au 3e et 29 % au 4e. Des vaches irlandaises sont aussi exportées dans les pays scandinaves. Aux Pays-Bas et en Italie, nous expédions des boeufs.

Que pensez-vous de la concurrence de la viande d´Amérique du Sud en Europe continentale ?
J. O.T. - C´est une menace pour l´avenir de tous les producteurs européens de viande bovine. Pour l´instant, la préférence communautaire joue, il faudrait qu´elle soit consolidée par la volonté des consommateurs.
Pour en savoir plus
Le Bord Bia ou Irish Food Board, est l´organisme irlandais qui assure toutes les fonctions équivalentes à celles des organisations françaises que sont l´Ofival, l´interprofession, le Centre d´information des viandes et le Comaral (conseil en marketing et communication).
Cet organisme s´occupe de tous les produits agroalimentaires irlandais.

(1) Salon international de l´agroalimentaire qui se déroule en octobre, tous les deux ans, à Paris.

Les plus lus

Charlie Peltier est installé depuis trois ans. Son système fourrager est basé sur un ensilage de méteil pour le volume et les prairies multiespèces pour la qualité.
En viande bovine, une installation bien pensée et bien vécue

Installé depuis trois ans en Loire-Atlantique, Charlie Peltier a choisi de conduire un système naisseur économe et autonome en…

génisses rouges des prés
Pac : le montant de l’aide aux bovins allaitants de plus de 16 mois fixé à 106 euros par UGB

À compter de la campagne 2023, les deux aides distinctes pour les bovins allaitants (ABA) et laitiers (ABL) sont remplacées…

vaches de race aubrac
MHE : les critères d’éligibilité pour bénéficier de l’aide d’urgence sont précisés par décret

Dans un décret paru au Journal officiel ce 4 février 2024, le ministère de l’Agriculture détaille le plan d’aide…

Entrer et sortir des pâtures sans descendre du tracteur
Entrer et sortir des pâtures sans descendre du tracteur

À Montravers dans les Deux-Sèvres, Samuel Ouvrard a intégré un ressort aux fils qui constituent les portes d’entrée de ses…

manifestation  agriculteur tracteur blocage autoroute
Bovins viande : une crise profonde sur le sens du métier d’éleveur

Les éleveurs étaient à la première place pour manifester sur les barrages routiers, au cours d’une crise grave et inédite,…

jeunes bovins charolais à l'engraissement
Revenus 2023 en élevage bovins viande : retour à des niveaux un peu au-dessus de ceux d’avant 2022

Les revenus des systèmes bovins viande pour l’année 2023 s’annoncent à la baisse par rapport à 2022, mais globalement un peu…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande