Aller au contenu principal

Les étapes d’un projet agrivoltaïque : un parcours du combattant

De l’initiation à la mise en service de la centrale photovoltaïque, la route est longue. Il faut compter de cinq à sept ans.

Agrivoltaïsme : menace ou opportunité

La signature de la promesse de bail, qui dure quatre ans environ, représente la première étape de tout projet agrivoltaïque. À partir de là, des études agricoles, environnementales et paysagères sont menées sur une durée de douze mois. Elles sont obligatoires pour déposer une demande de permis de construire. La durée d’instruction du dossier de permis de construire peut durer entre douze et vingt mois.

L’ensemble de ces éléments est ensuite soumis à la Commission départementale de défense et de préservation des espaces naturels, agricoles et forestiers (CDPENAF) pour avis consultatif. Cet organisme est chargé de lutter contre l’artificialisation des terres agricoles. Il associe des élus locaux, la chambre d’agriculture, plusieurs autres syndicats agricoles et des associations agréées de protection de l’environnement. Le commissaire enquêteur mène un examen public auprès des riverains puis remet son avis. La décision finale revient à la préfecture qui accorde ou non le permis de construire, en suivant généralement l’avis de la CDPENAF.

De cinq à sept ans entre l’initiative et la mise en service

Après l’obtention du permis de construire, il faut encore que la société photovoltaïque négocie une convention de raccordement avec le distributeur local et obtienne un tarif de revente de l’électricité pour assurer le financement de la centrale agrivoltaïque. Les travaux de raccordement prennent ensuite un an. Une fois toutes les étapes précédentes franchies, la signature du bail et d’un contrat peut être enclenchée et la construction de la centrale agrivoltaïque, débuter. Selon la taille du projet, sa durée est variable. Au total, cinq à sept années se seront écoulées. Ensuite, le maintien de l’activité agricole sera soumis à vérification.

Les plus lus

Charlie Peltier est installé depuis trois ans. Son système fourrager est basé sur un ensilage de méteil pour le volume et les prairies multiespèces pour la qualité.
En viande bovine, une installation bien pensée et bien vécue

Installé depuis trois ans en Loire-Atlantique, Charlie Peltier a choisi de conduire un système naisseur économe et autonome en…

génisses rouges des prés
Pac : le montant de l’aide aux bovins allaitants de plus de 16 mois fixé à 106 euros par UGB

À compter de la campagne 2023, les deux aides distinctes pour les bovins allaitants (ABA) et laitiers (ABL) sont remplacées…

vaches de race aubrac
MHE : les critères d’éligibilité pour bénéficier de l’aide d’urgence sont précisés par décret

Dans un décret paru au Journal officiel ce 4 février 2024, le ministère de l’Agriculture détaille le plan d’aide…

Entrer et sortir des pâtures sans descendre du tracteur
Entrer et sortir des pâtures sans descendre du tracteur

À Montravers dans les Deux-Sèvres, Samuel Ouvrard a intégré un ressort aux fils qui constituent les portes d’entrée de ses…

manifestation  agriculteur tracteur blocage autoroute
Bovins viande : une crise profonde sur le sens du métier d’éleveur

Les éleveurs étaient à la première place pour manifester sur les barrages routiers, au cours d’une crise grave et inédite,…

jeunes bovins charolais à l'engraissement
Revenus 2023 en élevage bovins viande : retour à des niveaux un peu au-dessus de ceux d’avant 2022

Les revenus des systèmes bovins viande pour l’année 2023 s’annoncent à la baisse par rapport à 2022, mais globalement un peu…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande