Aller au contenu principal
Font Size

Animaux trouvés morts
Les éleveurs participeront au financement du service public d´équarrissage

Un an après les éleveurs de porcs et de volailles, les éleveurs de ruminants vont aussi contribuer au financement du service public de l´équarrissage.


La décision a été officiellement annoncée par le représentant du ministre le 19 juillet, à l´issue d´une réunion de planification du financement du service public de l´équarrisage pour la période juillet 2007- juin 2008. L´état versera une subvention de 44 millions d´euros comme pour la période précédente, et les éleveurs de ruminants, après ceux de porcs et de volailles, devront désormais mettre la main à la poche. Les montants de la taxe d´abattage restent inchangés par rapport à juillet 2006 pour les ruminants.
La participation globale des éleveurs de ruminants est évaluée à 7,2 millions d´euros. La facture individuelle devrait s´établir à 32 euros par tonne.
Une participation modeste de chaque éleveur de bovins a été annoncée pour la période juillet 2007-juin 2008. ©©S. Bourgeois

Un tournant
« Les négociations sont loin d´être terminées. Nous voulons poursuivre le travail sur la transparence du système engagé avec les équarrisseurs et les pouvoirs publics », indique la FNSEA.
« Cette décision - qui marque un tournant important dans l´approche politique du SPE - ne va mobiliser qu´une participation modeste de chaque éleveur de bovins ce qui permet pourtant de juguler l´inflation des taux de la taxe d´abattage, commente le SNIV. Il faut néanmoins rappeler que les abattoirs continuent de financer à eux seuls 60 % du budget du SPE et que toute la filière doit être mobilisée pour réduire ce coût. »
La FNICGV pour sa part « salue l´engagement des éleveurs dans la gestion du SPE, ce qui marque leur volonté d´avancer sur ce dossier sensible et est de nature à permettre une évolution à terme de la gestion du SPE. »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Bâchage des silos : des pistes pour dégager les pneus
Machinisme
La bonne conservation du tas d’ensilage passe par la pose d’une couverture parfaitement hermétique. Si la qualité des bâches est…
L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Le kéfir est distribué à la naissance puis une fois par jour pendant les deux jours suivants. © L. Lamarre
Le kéfir pour hygiéniser le tube digestif des veaux
Le kéfir est une boisson fermentée fabriquée à partir de lait ou de sucre. Son usage se développe beaucoup en élevage bovin ces…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande