Aller au contenu principal

Recensement agricole 2000
Les effectifs allaitants en progression

Entre le recensement agricole de 1988 et celui de 2000, le nombre de vaches allaitantes en France a augmenté de 24 %.


L´Institut de l´élevage a analysé les résultats du recensement agricole de 2000 dans son dossier Economie de l´élevage(1). Entre le recensement de 1988 et celui de 2000, le nombre de vaches laitières a diminué de 26 %, poursuivant sa baisse amorcée depuis le milieu des années 70. Dans le même temps, le nombre de brebis nourrices a baissé de 21 % et celui de vaches allaitantes a progressé de 24 %. « Cette progression a été très forte dans l´axe qui va des Pays de la Loire au Nord-Pas de Calais, et en particulier dans les zones herbagères de Normandie et Mayenne », analyse l´Institut de l´élevage.

Forte progression dans les zones herbagères du Nord-Ouest
La moitié de l´augmentation du nombre de vaches allaitantes est ainsi le fait des zones laitières ou mixtes du grand Ouest, des zones herbagères du Nord-Ouest et du Nord-Est, ainsi que des zones de polyculture-élevage en bordure du Bassin parisien. L´autre moitié de cette progression relève du grand bassin allaitant, et dans une moindre mesure dans les Pyrénées (en particulier sur les côteaux du Pays Basque). En Auvergne, le nombre de vaches allaitantes a particulièrement progressé dans les Combrailles et le Bocage bourbonnais, dans le Cantal. A noter également le renforcement des effectifs dans le sud du Massif Central : nord Aveyron, Margeride et Ségalas. Dans le Limousin, les effectifs sont restés stables dans une grande zone centrale, se sont développés en périphérie et ont baissé dans le bassin de Brive. En Bourgogne, l´augmentation est moyenne par rapport aux autres régions.
« Les zones où le cheptel de vaches allaitantes a régressé sont rares mais clairement localisées », explique l´Institut de l´élevage. « C´est le coeur du Bassin aquitain et la Corse. »

* Sur les 101 700 exploitations recensées détenant des vaches allaitantes, soixante-cinq mille retiraient plus des deux tiers de la marge brute standard de l´atelier vaches allaitantes.
Ces 65 000 exploitations peuvent être grosso modo rattachées à l´une des quatre zones suivantes : le bassin allaitant (45 000 exploitations), le sud des Pays de la Loire et les Deux-Sèvres (7000 exploitations), les Pyrénées et son piémont (9000 exploitations), et la zone herbagère de Normandie-Mayenne (10 000 exploitations détenant 5 à 20 vaches allaitantes).
* Les 18 000 exploitations de type polyculture - élevage (entre 1/3 et 2/3 de la marge brute standard de l´exploitation provient de l´élevage d´herbivores) détenant des vaches allaitantes se situaient essentiellement sur les pourtours du Bassin parisien et du Bassin aquitain, ainsi qu´en Lorraine, Champagne-Ardennes, Picardie, Normandie et Sarthe.

* Dans 12 500 exploitations dominent les grandes cultures (plus des 2/3 de la marge brute standard vient des cultures et elles occupent 80 % de la SAU en moyenne), les surfaces en herbe non labourables sont exploitées le plus souvent par des vaches allaitantes et plus rarement par des boeufs ou femelles à l´embouche, les ateliers d´engraissement de taurillons y sont un peu plus rares.
* Les 3000 exploitations allaitantes où un atelier hors-sol pèse plus du tiers de la marge brute standard sont très présentes dans le sud des Pays de la Loire.
* Dans 3000 exploitations, les cultures spéciales (petits fruits, arboriculture, légumes, viticulture, plantes aromatiques) dominent.
* Parmi ces 101 700 exploitations détenant des vaches allaitantes, 5100 possédaient un atelier ovins viande de plus de cinquante brebis.
* Parmi les 117 700 exploitations recensées au total détenant des vaches laitières, 25 143 possédaient un troupeau de plus de cinq vaches allaitantes.
Le cas des exploitations détenant moins de huit UGB bovins n´est pas abordé ici - elles ne rassemblent que 1 % des UGB bovines totales.

(1) L´élevage bovins, ovin et caprin -lait et viande- au recensement agricole de 2000. Dossier Economie de l´élevage, novembre 2002, 68 pages.
En vente au secrétariat du Geb au prix de 15 euros. Institut de l´élevage, 149 rue de bercy 75595 cedex 12. Tél : 01 40 04 51 50
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Matthieu Fages achète une moyenne d’un taureau salers par an dont certain en copropriété en accordant une importance particulière au caractère à l’image de Milan, 6 ans, (Fervent/Odon/Onyx) indexé à 115 en Isevr. Il est né au Gaec de la colline d’Urfé dans la Loire et acheté à la station de Saint Bonnet de Salers. © F. d'Alteroche
[De conseiller à éleveur ] « J’applique chez moi mes conseils pratiques »
Aux confins du Cantal et de l’Aveyron, Matthieu Fages a repris l’exploitation familiale en 2011 après avoir été salarié à Bovins…
De nouveaux index de synthèse plus lisibles arrivent pour le troupeau allaitant
REPRO, VELAGE, FORMAT,...en tout six index "techniques", chacun correspondant à un grand thème d’aptitudes, seront livrés fin…
Germain Fréville. « J’étais vraiment convaincu par les conseils que je donne. Je mets maintenant à l’épreuve ce que je préconise. J’essaie de faire des émules par l’exemple. » © S. Bourgeois
[De conseiller à éleveur] « J’avais en tête l’exploitation idéale et je l’ai trouvée »
Germain Fréville est double actif. Il travaille à mi-temps pour une association d’aide aux agriculteurs en difficulté et élève…
Ces bœufs âgés de 20 mois ont été hivernés en plein air avec une ration essentiellement pâturée et seront mis à l’engrais en cours d’été pour être abattus à partir de décembre.  © F. d'Alteroche
« L’herbe est pâturée le plus longtemps possible »
Avec 57 vêlages par an et la finition en bœufs de 30 mois de tous ses mâles, Jean-Pierre Bousseau mise d’abord sur le pâturage…
Le début 2021 laisse présager une embellie côté prix pour la viande bovine au second semestre. © C. Delisle
Filière viande bovine européenne : de meilleures perspectives pour fin 2021
Covid-19, Brexit, forte baisse du prix des JB et broutards… 2020 fut une année compliquée au sein du marché communautaire.…
jeunes bovins Charolais
Marché fluide pour les jeunes bovins
Sur le mois de juin 21, le rythme de prélèvement des mâles en ferme a été plus dynamique que celui des quatre années antérieures…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande