Aller au contenu principal

PAC
Les derniers arbitrages de l'aide à la vache allaitante enfin dévoilés

Le ministère de l'Agriculture a fait part de ses décisions pour l'aide couplée destinée à soutenir les troupeaux de vaches allaitantes.

L'aide pour les femelles allaitantes sera conditionnée à la présence d'au moins 10 vaches mères avec l'application du principe de la transparence pour les Gaec.
L'aide pour les femelles allaitantes sera conditionnée à la présence d'au moins 10 vaches mères avec l'application du principe de la transparence pour les Gaec.
© F. d'Alteroche

 

Après plusieurs mois d'attente, le suspens est enfin levé. Le 27 mai, le ministère de l'Agriculture a dévoilé les derniers arbitrages de l'application française de la Politique Agricole Commune dont celui des aides couplées pour les vaches allaitantes. Le montant total de l'enveloppe réservée à ce secteur est finalement de 670 millions d'euros. Il inclut les 8 millions d'euros qui avaient initialement être prévu pour inciter à la finition des taurillons. « Plutôt que de créer une aide couplée pour l'engraissement avec une enveloppe limitée à 8 millions d'euros, ce montant sera affecté à la prime à la vache allaitante pour consolider les ateliers de taille moyenne de naisseurs-engraisseurs. » justifie le Ministère.

Cette aide pour les femelles allaitantes sera conditionnée à la présence d'au moins 10 vaches mères avec l'application du principe de la transparence pour les Gaec. « Ce principe permet de traiter de la même manière une exploitation avec un troupeau de 70 vaches gérée par un agriculteur individuel et une exploitation avec un troupeau de 140 vaches gérée par un Gaec comprenant deux chefs d'exploitation actifs à temps complet. »

Les droits historiques issus de la réforme de 1992 sont donc supprimés. La nouvelle référence est basée sur les vaches allaitantes présentes en 2013. Cette actualisation va permettre aux exploitants de primer toutes leurs vaches mères à hauteur de leur référence 2013, dans le respect des autres critères d'éligibilité (taux de productivité, nombre minimal de vaches présentes...). Sont éligibles les races allaitantes et les races mixtes, en s'assurant qu'une vache qui produit du lait n'est pas aidée via la prime à la vache allaitante. Pour ce qui est du taux de productivité, c'est le seuil de 0,8 veau/vache sur une période de 15 mois qui a été retenu. Ce seuil guère pénalisant sera encore plus conciliant pour les animaux transhumants. Pour ces derniers, il sera ramené à 0,6 veau/vache sur une période de 15 mois.

Les génisses pourront être prises en compte uniquement pour les nouveaux producteurs et à hauteur d'un maximum de 20% des femelles primables.

Pour les différents niveaux d'aide, trois seuils ont été retenus :

- 187 €/vache de la première à la cinquantième vache,

- 140 €/vache de la cinquante et unième à quatre vingt dix neuvième vache,

- 75 €/vache environ de la centième à la cent trente neuvième vache.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Julien Denormandie sommet de l'elevage
FNB : "Un contrat écrit obligatoire pour toutes les catégories de bovins d'ici fin 2022"
Selon un communiqué de la FNB, Julien Denormandie a annoncé lors de sa visite au Sommet de l'Elevage qu'au 1er janvier 2022,…
Maïs « coupe haute » : un fourrage plus concentré à bien rationner
Alors que les ensilages de maïs sont prometteurs cette année, Arvalis fait le point sur la technique de récolte de l'ensilage de…
Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine
Bruno Dufayet, Fédération nationale bovine : « Des signaux de marché au vert, les prix doivent sortir du rouge »
A quelques jours du Sommet de l’Elevage, le président de la Fédération nationale bovine estime que toutes les planètes sont…
Déchargement de broutards français dans un atelier italien - En Italie, la conjoncture actuelle est favorable avec des niveaux de prix nettement plus élevés que ce qui est habituellement pratiqué à cette période de l’année.
Trop peu valorisés, les broutards sont moins nombreux
Le prix du maigre a gagné quelques centimes en fin d’été mais ne progresse pas dans les mêmes proportions que les femelles finies…
Le parc d’attente est un demi-cercle à barrière poussante sécurisée permettant au choix d’orienter les animaux vers un parc, vers le quai de chargement ou vers l’entrée du couloir de contention. Le sol est un béton strié et il a été coulée après avoir bien vérifié que tout fonctionnait. Il est couvert d'un peu de sciure pour ne pas glisser.
[Contention des bovins] Une installation faite maison de haut niveau
Depuis dix ans, le Gaec des Reclous est équipé d’une belle installation associant bois et métal, complétée par un quai de…
« Egalim 2 est un choc culturel » selon Bruno Dufayet, président de la FNB
Dans les allées du Sommet de l’élevage, le président de la fédération nationale bovine est revenu sur la loi Egalim 2 qui va…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande