Aller au contenu principal
Font Size

Les commerçants s’inquiètent de la contraction du cheptel

La Fédération française des commerçants en bestiaux vient de fêter ses 70 ans et à côté d’une rétrospective sur le passé s’est interrogée sur l’avenir du métier.

Vente de bétail à Saint-Pierre su Dives.
Vente de bétail à Saint-Pierre su Dives.
© S. Bourgeois / archives

70 ans après la mise en place de leur fédération, les commerçants en bestiaux écoulent une part conséquente des bovins français avec des parts de marché variables selon les catégories. « Si cette profession n’a pas disparue, c’est parce que ses acteurs exercent une activité économique utile. C’est votre professionnalisme et capacité à vous adapter qui font que vous êtes toujours là », a rappelé Dominique Grange ancien directeur de la fédération, après avoir retracé les évolutions du métier ces 70 dernières années. Mais plus que le passé, c’est l’avenir qui préoccupe les acteurs de la profession. « Sans élevage, pas de commerçants ! », a rappelé Denis Sibille, ancien président d’Interbev à l’occasion de la table ronde organisée pour l’occasion. Et d’alerter une fois de plus sur les dangers liés à la céréalisation du territoire. Dans bien des régions, l’élevage laitier ou allaitant s’efface et cède la place à la charrue. Une évolution inquiétante. Le recul du nombre de cheptels bovins et ovins se traduit mathématiquement par une perte d’activité, faute d’animaux à commercialiser avec des emplois qui disparaissent. « Derrière ces évolutions, il y a la notion de prix du produit. Il faut aller prospecter les différentes régions du monde où la demande et l’activité économique progressent pour aller chercher de la croissance et des prix », revendiquait Denis Sibille.

Prix, marges et volumes toujours au cœur des discussions


Les discussions ont rebondi ensuite comme toujours, sur la question du prix du produit et de la marge qu’il est possible de pratiquer sur ce dernier lors de la commercialisation. « Dans leurs exploitations, les éleveurs ont fait des gains de productivité énormes ces vingt dernières années. Les commerçants ont fait de même. Si nous voulons maintenir notre chiffre d’affaires, nous devons faire toujours plus de volumes pour compenser des marges ramenées à l’animal qui sont de plus en plus étroites. Jusqu’où devrons-nous aller ? », interrogeait Stéphane Jamain, commerçant dans le Maine-et-Loire. Jean-Pierre Heuséle, président du conseil de surveillance du groupe Bigard a adroitement esquivé la question, ramenant le débat sur les distorsions de concurrence entre la France et l’Allemagne liées au coût de la main d’œuvre avec des abatteurs allemands qui font travailler de nombreux salariés étrangers en abusant des possibilités offertes par la directive européenne sur les travailleurs dits « détachés ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
abattage à la ferme loire atlantique
L'AALVie lance un financement participatif pour son projet d'abattage à la ferme
L'association AALVie (abattage des animaux sur le lieu de vie) a dévoilé son projet lors d'une conférence de presse le 7 juillet…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Un seul gros bovin est traité à la fois et le temps entre la saignée et l’éviscération ne doit pas dépasser une heure. © AALVIE
Un caisson mobile pour abattre les animaux à la ferme
Depuis trois ans, des éleveurs de Loire-Atlantique et de Vendée préparent la mise en place de caissons mobiles pour abattre les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande