Aller au contenu principal

Les commerçants s’inquiètent de la contraction du cheptel

La Fédération française des commerçants en bestiaux vient de fêter ses 70 ans et à côté d’une rétrospective sur le passé s’est interrogée sur l’avenir du métier.

Vente de bétail à Saint-Pierre su Dives.
Vente de bétail à Saint-Pierre su Dives.
© S. Bourgeois / archives

70 ans après la mise en place de leur fédération, les commerçants en bestiaux écoulent une part conséquente des bovins français avec des parts de marché variables selon les catégories. « Si cette profession n’a pas disparue, c’est parce que ses acteurs exercent une activité économique utile. C’est votre professionnalisme et capacité à vous adapter qui font que vous êtes toujours là », a rappelé Dominique Grange ancien directeur de la fédération, après avoir retracé les évolutions du métier ces 70 dernières années. Mais plus que le passé, c’est l’avenir qui préoccupe les acteurs de la profession. « Sans élevage, pas de commerçants ! », a rappelé Denis Sibille, ancien président d’Interbev à l’occasion de la table ronde organisée pour l’occasion. Et d’alerter une fois de plus sur les dangers liés à la céréalisation du territoire. Dans bien des régions, l’élevage laitier ou allaitant s’efface et cède la place à la charrue. Une évolution inquiétante. Le recul du nombre de cheptels bovins et ovins se traduit mathématiquement par une perte d’activité, faute d’animaux à commercialiser avec des emplois qui disparaissent. « Derrière ces évolutions, il y a la notion de prix du produit. Il faut aller prospecter les différentes régions du monde où la demande et l’activité économique progressent pour aller chercher de la croissance et des prix », revendiquait Denis Sibille.

Prix, marges et volumes toujours au cœur des discussions


Les discussions ont rebondi ensuite comme toujours, sur la question du prix du produit et de la marge qu’il est possible de pratiquer sur ce dernier lors de la commercialisation. « Dans leurs exploitations, les éleveurs ont fait des gains de productivité énormes ces vingt dernières années. Les commerçants ont fait de même. Si nous voulons maintenir notre chiffre d’affaires, nous devons faire toujours plus de volumes pour compenser des marges ramenées à l’animal qui sont de plus en plus étroites. Jusqu’où devrons-nous aller ? », interrogeait Stéphane Jamain, commerçant dans le Maine-et-Loire. Jean-Pierre Heuséle, président du conseil de surveillance du groupe Bigard a adroitement esquivé la question, ramenant le débat sur les distorsions de concurrence entre la France et l’Allemagne liées au coût de la main d’œuvre avec des abatteurs allemands qui font travailler de nombreux salariés étrangers en abusant des possibilités offertes par la directive européenne sur les travailleurs dits « détachés ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Delphine et Françk Maguet, Gaec Maguet James à Cristot dans le Calvados.Ignoble P élève ses deux petites femelles et le petit mâle a été adopté par une autre vache.
« Notre charolaise de 8 ans nous a déjà donné treize veaux »
Delphine et Franck Maguet, du Gaec Maguet James à Cristot dans le Calvados, ont dans leur troupeau ce que l'on appelle une bonne…
Fortement contesté lors de leur édification durant l'hiver 2015, les deux stabulations de 180 m de long avaient été vandalisées avec des tags injurieux puis partiellement incendiées en décembre 2016.
Le centre d’engraissement de Saint Martial le Vieux repris par la société T’RHEA
Le centre d’engraissement collectif de Saint Martial le Vieux situé sur le plateau de Millevaches dans la Creuse a été repris par…
Un foin de faible valeur à volonté est-il idéal pour des vaches allaitantes gestantes ?
Peut-on tolérer un déficit protéique important, susceptible de perturber le fonctionnement du rumen, sur la fin de gestation des…
[Prospective] Un net recul du cheptel allaitant se profile à l’horizon 2030
Une étude prospective réalisée par l’Institut de l’élevage fait état d’un recul proche de 600 000 têtes pour le nombre de vaches…
La France produit moins de jeunes bovins mais en consomme davantage
La France produit moins de jeunes bovins mais en consomme davantage
Bien qu’essentielle au maintien des équilibres de production entre les différentes catégories de bovins, la production française…
Niveau record pour l'Ipampa viande bovine en septembre 2021
L'Ipampa viande bovine est l'indice des prix d'achat des moyens de production pour les producteurs de viande bovine. Il permet de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande