Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Les commerçants s’inquiètent de la contraction du cheptel

La Fédération française des commerçants en bestiaux vient de fêter ses 70 ans et à côté d’une rétrospective sur le passé s’est interrogée sur l’avenir du métier.

Vente de bétail à Saint-Pierre su Dives.
Vente de bétail à Saint-Pierre su Dives.
© S. Bourgeois / archives

70 ans après la mise en place de leur fédération, les commerçants en bestiaux écoulent une part conséquente des bovins français avec des parts de marché variables selon les catégories. « Si cette profession n’a pas disparue, c’est parce que ses acteurs exercent une activité économique utile. C’est votre professionnalisme et capacité à vous adapter qui font que vous êtes toujours là », a rappelé Dominique Grange ancien directeur de la fédération, après avoir retracé les évolutions du métier ces 70 dernières années. Mais plus que le passé, c’est l’avenir qui préoccupe les acteurs de la profession. « Sans élevage, pas de commerçants ! », a rappelé Denis Sibille, ancien président d’Interbev à l’occasion de la table ronde organisée pour l’occasion. Et d’alerter une fois de plus sur les dangers liés à la céréalisation du territoire. Dans bien des régions, l’élevage laitier ou allaitant s’efface et cède la place à la charrue. Une évolution inquiétante. Le recul du nombre de cheptels bovins et ovins se traduit mathématiquement par une perte d’activité, faute d’animaux à commercialiser avec des emplois qui disparaissent. « Derrière ces évolutions, il y a la notion de prix du produit. Il faut aller prospecter les différentes régions du monde où la demande et l’activité économique progressent pour aller chercher de la croissance et des prix », revendiquait Denis Sibille.

Prix, marges et volumes toujours au cœur des discussions


Les discussions ont rebondi ensuite comme toujours, sur la question du prix du produit et de la marge qu’il est possible de pratiquer sur ce dernier lors de la commercialisation. « Dans leurs exploitations, les éleveurs ont fait des gains de productivité énormes ces vingt dernières années. Les commerçants ont fait de même. Si nous voulons maintenir notre chiffre d’affaires, nous devons faire toujours plus de volumes pour compenser des marges ramenées à l’animal qui sont de plus en plus étroites. Jusqu’où devrons-nous aller ? », interrogeait Stéphane Jamain, commerçant dans le Maine-et-Loire. Jean-Pierre Heuséle, président du conseil de surveillance du groupe Bigard a adroitement esquivé la question, ramenant le débat sur les distorsions de concurrence entre la France et l’Allemagne liées au coût de la main d’œuvre avec des abatteurs allemands qui font travailler de nombreux salariés étrangers en abusant des possibilités offertes par la directive européenne sur les travailleurs dits « détachés ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

chargement de bovins en ferme
[Covid-19] Les abatteurs se démènent pour remplir leur mission

Après une première semaine folle, au cours de laquelle la demande en viande a explosé, les entreprises du commerce et de l'…

[Covid-19] La « renationalisation » des achats de viande bovine doit aussi profiter aux éleveurs
Alors que suite à l’arrivée du coronavirus les enseignes de la grande distribution ont vu leurs ventes gonfler suite au…
Cette étude confirme que le rapport entre le poids de l’animal à la sortie de la ferme et la viande nette réellement utilisable (250 kg), varie selon de nombreux critères amont (race, catégorie de l’animal, état d’engraissement…). © C. Delisle
De l’animal au steak, des rendements passés à la loupe
L’Institut de l’élevage et Interbev ont mis à jour les rendements d’abattage et de découpe des principales races bovines abattues…
[Covid-19] Le marché de la viande bovine bouleversé
Les restrictions prises par les différents Etats membres pour contenir la pandémie de Covid-19 auront inévitablement des effets…
France Conseil Elevage demande le report de toute intervention en élevage
Les entreprises de conseil en élevage demandent le report des interventions de leur techniciens dans les exploitations, se…
Vaches du lot "moins de 8 ans avec une NEC supérieure à 2 à la mise en finition". Ici, 75 jours après le début de la période expérimentale, soit un mois avant abattage.  © OIER des Bordes
Un essai à la ferme des Bordes croise l’effet de l’âge et de la note d’état sur l’engraissement de Charolaises
Avec de jeunes vaches, les croissances en finition sont assurées. Une vache âgée peut être très performante en finition ou pas du…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande