Aller au contenu principal

Les atouts de la complémentarité entre cultures et élevages

La coopération entre céréaliers et éleveurs à l’échelle du territoire est de plus en plus considérée comme une solution prometteuse à la spécialisation des exploitations et des régions agricoles, aussi bien pour des raisons économiques qu’environnementales ou encore sociales. La finalité étant de favoriser une autonomie locale en intrants renouvelables et une meilleure valorisation des interactions entre cultures et élevages.

 © J. C. Gutner
© J. C. Gutner

Depuis la seconde moitié du XIXe siècle, le modèle polyculture-élevage a peu à peu laissé la place à la spécialisation croissante des exploitations et des territoires. Or, ce processus qui s’étend va à l’encontre des complémentarités propres aux systèmes de polyculture-élevage reconnus pour accroître la résilience, l’efficacité et la durabilité économiques comme environnementales des exploitations et ce, d’autant plus dans un contexte de changement climatique, d’épuisement des ressources non renouvelables et d’aléas économiques croissants.

Malgré les nombreux atouts de la polyculture-élevage, il est difficile d’imaginer un retour vers ce type de dynamique. Toutefois, face aux limites de la spécialisation des systèmes d’exploitation — excédents de matière organique, perte d’autonomie alimentaire d’un côté, perte de fertilité des terres, vulnérabilité aux maladies en lien avec le peu de rotations de cultures, utilisation d’intrants de synthèse, de l’autre… — il est tout à fait possible d’envisager de « recréer » un système de polyculture-élevage mais à l’échelle des territoires. Ces échanges offrent des synergies entre cultures, animaux et prairies. Ils représentent une piste prometteuse dans la transition agroécologique.

Cependant, la mise en place de partenariats équilibrés est essentielle à la pérennisation des échanges sur le long terme entre ces deux types de systèmes de production dont les travaux et modes de vie se différencient toujours plus mais entre lesquels des complémentarités naissent, du fait même de leur spécialisation. Instaurer un système d’échanges pour valoriser leurs productions respectives ou pour simplement s’entraider nécessite un investissement dans la démarche et une réflexion en amont.

Outre le classique échange paille contre fumier, il existe d’autres interactions possibles et atouts de la complémentarité culture-élevage. La notion de coopération revêt un éventail d’attraits, économique (sécurisation des débouchés et approvisionnement en contexte de volatilité des prix de marché, réduction des charges intrants…), agronomique, sanitaire, réglementaire (gestion territoriale des effluents, gestion des Cipan), environnemental, voire sociétal (identité locale, lien social…).

 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Lorsqu’elle est en position haute, la partie inférieure de la barrière se situe à 5 mètres du sol et n’est donc pas pénalisante pour rentrer dans la stabulation avec du gros matériel et en particulier pour curer le fumier. © F. d'Alteroche
Une stabulation aux nombreuses astuces
Au Gaec de l’Armançon en Côte-d’Or, la principale stabulation héberge 128 vaches suitées. Elle intègre différents équipements mis…
Les jeunes bovins au plus bas alors qu’ils devraient être au plus haut
Alors qu’ils devraient être au plus haut à cette période de l’année, les prix des taurillons finis sont au plus bas. Peu prisée…
La vente directe représente le  débouché pour en moyenne une vache par mois, parmi celles âgées de huit ans maximum. L'éleveur vend également en direct à peu près six veaux par an. © S. Bourgeois
Différents régimes pour l'engraissement des vaches de race Blonde d'Aquitaine
Des séries d’essais ont été menées dans le cadre du projet Défiblonde entre 2016 et 2020 pour affiner les connaissances sur les…
Franck Baechler. "Le bétail aide à redynamiser les flux de carbone." © S. Bourgeois
Franck Baechler : être autonome et construire mon sol
Installé depuis trois ans en agriculture de conservation des sols dans le Loir-et-Cher, Franck Baechler a introduit dans son…
Jérôme Mélard, éleveur à Puttigny en Moselle, diversifie les débouchés de son atelier d'engraissement avec des génisses Prim'herbe.  © Cloe
Des babynettes avec au moins 35 % d’herbe pour la filière Prim’herbe
L’union de coopératives Cloé démarre un partenariat avec le groupe Carrefour. La filière Prim’herbe vise à approvisionner le…
Le nombre de petits cheptels ne cesse de diminuer mais la progression des unités de grande dimension tend à se stabiliser.
Fortes évolutions démographiques à prévoir pour les systèmes allaitants
À la demande d’Interbev et de la Confédération nationale de l’élevage, l’Institut de l’élevage a analysé la décapitalisation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande