Aller au contenu principal

Congrès mondial de la viande à Paris
Les Amériques veulent nourrir le monde

Le Congrès mondial de la viande s’est déroulé à Paris les 5 et 6 juin dans une ambiance très positive. Les perspectives de développement sont énormes à l’échéance de 20 à 50 ans, et la contre-attaque pour redorer l’image du secteur s’organise.

© agropecuaria Jacarezinho LTDA

Avec l’accroissement de la population mondiale, la demande en produits carnés va augmenter d’au moins 60 %, et plus probablement de 100 % dans les cinquante prochaines années. Et ce souffle de croissance, qui est déjà tangible, ne concernera pas seulement la viande mais aussi sans exception les abats, les peaux, les graisses animales, et les protéines animales transformées.

Une croissance qui devra être durable


Les perspectives à moyen et long terme sont donc extrêmement positives pour la rentabilité de la production de viande. Les grands pays producteurs sont en ordre de bataille. Pour eux, les nouvelles technologies (OGM, vaccins, sélection génomique, et aussi les ß-agonistes…) apporteront les réponses pour faire face à la demande. L’Europe affiche elle aussi la volonté de répondre aux signes positifs du marché avec son identité de viande de qualité. « Nous pensons que le production de viande bovine de qualité sera localisée dans le sud de l’Europe, en France et en Italie. Mais la PAC va induire une baisse de production », a cependant temporisé David Nelson, consultant de la Rabobank. Dans les pays en développement, on trouve d’un côté une production industrielle à grande échelle et de l’autre de très nombreux petits élevages. L’enjeu est d’éviter qu’un fossé ne se creuse entre ces deux systèmes, car les petits élevages ont un rôle capital à jouer pour répondre à l’augmentation locale de la demande en viande.


Cette croissance qui se profile devra se faire de façon durable, et avant tout ce sont les émissions de gaz à effet de serre qui concentrent l’attention des professionnels. Mais de bonnes nouvelles sont de ce côté-là aussi au rendez vous. Pour les réduire au niveau des élevages, beaucoup de choses semblent possibles, en particulier améliorer l’efficience de la transformation en viande par les animaux et traiter les effluents d’élevage. Et le poids des émissions liées au transport de la viande étant faible, le développement des échanges mondiaux est donc peu susceptible d’aggraver le bilan. Les professionnels du secteur de la viande sont prêts à agir (par exemple le Brésil a déjà lancé son plan de réduction des émissions). Ils se sentent armés techniquement pour enfin sortir du dialogue de sourds qui a prévalu sur ce thème depuis de longues années. De quoi être fier de produire de la viande bovine !



Dossier Congrès mondial de la viande à Paris


La maîtrise des gaz à effet de serre en première ligne p.28

L'élevage est une ressource essentielle dans les pays en développement p.29

Les grands acteurs doivent produire plus avec moins de ressources p.30

« L’élevage brésilien gagne en crédibilité » Katia Abreu, présidente de la Confédération de l’agriculture et de l’élevage du Brésil p.33

Le marché du cinquième quartier trouve sa place p.34

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Lorsqu’elle est en position haute, la partie inférieure de la barrière se situe à 5 mètres du sol et n’est donc pas pénalisante pour rentrer dans la stabulation avec du gros matériel et en particulier pour curer le fumier. © F. d'Alteroche
Une stabulation aux nombreuses astuces
Au Gaec de l’Armançon en Côte-d’Or, la principale stabulation héberge 128 vaches suitées. Elle intègre différents équipements mis…
Les jeunes bovins au plus bas alors qu’ils devraient être au plus haut
Alors qu’ils devraient être au plus haut à cette période de l’année, les prix des taurillons finis sont au plus bas. Peu prisée…
La vente directe représente le  débouché pour en moyenne une vache par mois, parmi celles âgées de huit ans maximum. L'éleveur vend également en direct à peu près six veaux par an. © S. Bourgeois
Différents régimes pour l'engraissement des vaches de race Blonde d'Aquitaine
Des séries d’essais ont été menées dans le cadre du projet Défiblonde entre 2016 et 2020 pour affiner les connaissances sur les…
Franck Baechler. "Le bétail aide à redynamiser les flux de carbone." © S. Bourgeois
Franck Baechler : être autonome et construire mon sol
Installé depuis trois ans en agriculture de conservation des sols dans le Loir-et-Cher, Franck Baechler a introduit dans son…
Le nombre de petits cheptels ne cesse de diminuer mais la progression des unités de grande dimension tend à se stabiliser.
Fortes évolutions démographiques à prévoir pour les systèmes allaitants
À la demande d’Interbev et de la Confédération nationale de l’élevage, l’Institut de l’élevage a analysé la décapitalisation…
Une rémunération possible des éleveurs pour les efforts fournis en matière de réduction de l’empreinte carbone
Les webinaires d’automne de l’Institut de l’élevage ont été l’occasion de faire un point sur le plan carbone de la filière viande…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande