Aller au contenu principal

Les alternatives à la fenaison en individuel

Déléguer tout ou partie de la récolte du foin ou travailler en commun entre voisins sont des stratégies qui tiennent la route pour être plus efficaces, tant sur le plan technique qu’économique. Les reportages de ce dossier en apportent la démonstration.

© Kverneland

Dans bien des élevages allaitants, foin et enrubannage assurent une grande partie voire même parfois la totalité des stocks fourragers. La peur de mouiller du foin, de ne pas pouvoir le récolter au stade le plus opportun mais aussi le poids des habitudes font que beaucoup d’exploitations détiennent souvent en propre l’ensemble du matériel nécessaire à sa récolte.

Même si certains éleveurs aiment la belle mécanique, investir toujours davantage dans le machinisme pour faire face à l’augmentation des surfaces exploitées et à la baisse de la main-d’œuvre disponible a ses limites. Le matériel actuel est souvent dimensionné pour travailler sur des surfaces importantes. Elles excèdent ce qui est classiquement rencontré dans bon nombre d’exploitations. Qui plus est, les outils tractés nécessitent parfois des tracteurs de forte puissance, dont l’achat est rarement justifié sur des exploitations d’élevage souvent avant tout herbagères.

Impact à analyser au cas par cas

Déléguer une partie de la récolte du foin à des prestataires, ou travailler en commun avec du matériel lui aussi acheté en commun, n’est pas toujours entré dans les mœurs. Pourtant, à l’heure où bien des éleveurs sont noyés sous le boulot, cela constitue d’abord un gain de temps pour se recentrer sur son métier d’éleveur, le suivi et la conduite du cheptel. Avoir recours aux services d’une Cuma ou d’une entreprise permet de bénéficier de matériel récent et performant. Les prestations sont le plus souvent de qualité avec des débits de chantier conséquents. Externaliser ces tâches induit une baisse de certaines dépenses mais se traduit par de nouvelles charges. L’impact est à analyser au cas par cas.

Mais, si on délègue sans réduire la quantité de matériel sous le hangar, on a tout faux. Comme pour toute stratégie, il faut être cohérent et une fois engagé aller au bout de la démarche.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Grandes Cultures
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
filet brise-vent
Plan de relance : des aides pour la biosécurité et le bien-être animal
Le volet agricole du plan de relance comprend une mesure « pacte biosécurité et bien-être animal ». Le dispositif sera piloté par…
Cette année, la campagne de vêlages se passe vraiment bien avec 85 % de vêlages sans aide, et les retours en chaleurs sont nettement plus rapides qu’auparavant. Pour certaines, c’est quinze jours après le vêlage. © S. Bourgeois
Une approche globale pour une reproduction au top
Des vaches bien préparées au vêlage retournent vite en chaleurs. C’est l’expérience qu’a faite Jean-Michel Michelot, éleveur dans…
Le plan protéines n’oublie pas l’herbe

La stratégie nationale protéines végétales, dévoilée le 1er décembre vise à réduire la…

"Un veau qui ne se lève pas se remarque rapidement ce qui permet de le prendre en charge sans délai », soulignent les éleveurs interrogés sur leur conduite de limitation des tétées. © C. Delisle
Y a-t-il un intérêt à limiter l’accès des veaux à leurs mères ?
Dans le cadre du projet Optirepro, l’Institut de l’élevage et la chambre d’agriculture des Pays de la Loire se sont penchés sur…
Laurent Poirier, naisseur engraisseur de Charolaises. « Je ne vois pas le blocage des veaux comme une contrainte mais plutôt comme l’opportunité de faire un point sur la production laitière de mes vaches. » © C. Delisle
« Mes veaux sont plus dociles et homogènes avec la limitation des tétées »
Laurent Poirier trouve de nombreux avantages à limiter les tétées à deux lâchers par jour à compter de la rentrée stabulation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande