Aller au contenu principal
Font Size

Jean-Louis Cazaubon, vice-président de l'APCA
Les abattoirs de proximité ont de l'avenir

Les chambres d’agriculture jouent un rôle dans le soutien aux abattoirs de proximité. De nombreux petits abattoirs sont aujourd’hui à monter, à réinventer ou à mettre au goût du jour.

Jean-Louis Cazaubon, éleveur laitier dans les Hautes-Pyrénées, est viceprésident de l’Assemblée permanente
des chambres d’agriculture, et président de la chambre d’agriculture de Midi-Pyrénées.
Jean-Louis Cazaubon, éleveur laitier dans les Hautes-Pyrénées, est viceprésident de l’Assemblée permanente
des chambres d’agriculture, et président de la chambre d’agriculture de Midi-Pyrénées.
© S. GARCIA/TRAIT D’UNION PAYSAN

L’APCA a organisé une journée sur le maintien des abattoirs de proximité. Pourquoi ?

Jean-Louis Cazaubon - Les besoins des éleveurs pour ce type d’outils sont importants. Le recensement général agricole a montré que presqu’une exploitation d’élevage sur quatre pratiquait, à petite ou grande échelle, la vente de proximité (c’est-à-dire la vente directe, ou la vente via un intermédiaire local qui peut être un boucher, une superette…). Une enquête conduite par l’APCA portant sur 57 dépar - tements a montré aussi que de nombreux projets étaient en cours sur le terrain pour faire fonctionner des abattoirs de proximité. On voit bien que la demande pour ce créneau des produits de proximité augmente et pour un bon maillage territorial, il y a de nombreux outils à monter, à réinventer, ou à mettre au goût du jour. C’est une mission parfaitement dans le rôle des chambres d’agriculture sur l’aménagement du territoire, car les abattoirs de proximité permettent de dégager de la valeur ajoutée et de créer des emplois en zone rurale. Ce serait une erreur de ne s’occuper que des circuits nationaux et de l’exportation. Il y a aussi des parts de marché à récupérer dans les circuits de proximité.


Les abattoirs de proximité qui existent répondent-ils aux besoins des éleveurs ?


J.-L. C. - Les abattoirs municipaux qui ferment et sont souvent repris par le secteur privé, sont souvent destinés à une utilisation mono-espèce. Les éleveurs ont davantage besoin d’outils multi-espèces. Un abattoir multi-espèce de 1500 tonnes peut très bien être viable, avec une salle de découpe et de transformation. L’investissement de départ est très important. Il est souvent de 1,5 à 2millions d’euros, ce qui ne se trouve pas facilement. Le montage financier est à raisonner en partenariat avec les collectivités, et une des solutions souvent choisie est de s’associer avec les bouchers.


Les frais d’abattage et de découpe sont élevés dans ce type de circuit. Connaît-on les pistes pour maîtriser ces charges ?

J.-L. C. - Les coûts ramenés à l’animal sont en effet plus importants que dans un outil industriel. Les petits outils ont les mêmes exigences que les grands sur le plan sanitaire ou de la réglementation environnementale… Un certain nombre de charges fixes ne sont pas diluées. Une organisation rationnelle de la maind’oeuvre est difficile. Le point clé de la réussite consiste probablement en la responsabilisation des éleveurs qui approvisionnent l’abattoir, pour qu’ils s’engagent dans la durée à apporter un certain volume d’animaux. La qualification du personnel d’abattoir est aussi importante. Pour que la valeur ajoutée soit au rendez-vous pour les éleveurs dans ce créneau, la découpe doit être de qualité. Mais le jeu en vaut la chandelle. C’est toujours plus avantageux d’utiliser les services d’un abattoir proche que de faire une bonne centaine de kilomètres avec sa bête dans une remorque et de retourner deux jours plus tard en camionnette frigorifique chercher la carcasse.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Les systèmes les plus rémunérateurs ont joué systématiquement sur une part suffisante de céréales autoconsommées (>50 % des concentrés consommés de l’atelier), sur une bonne gestion du poste mécanisation, une productivité des UGB correcte et une productivité de la main-d’œuvre satisfaisante. © C. Delisle
Systèmes d'élevage bovins viande, quelle rentabilité ?
Un traitement statistique des coûts de production, collectés sur trois ans dans les Pays de la Loire et en Deux-Sèvres, a permis…
jeunes bovins ration pommes de terre
Des pommes de terre à saisir pour nourrir le troupeau allaitant
Des disponibilités importantes de tubercules se présentent cette année pour l'alimentation animale. Daniel Platel de la chambre d…
Cinq alternatives à la paille pour la litière des bovins viande
Les disponibilités en paille s'annoncent moins importantes et plus précoces pour la campagne 2020. Différentes possibilités…
Vignette
Un bâtiment d’engraissement « caniculo-compatible »
Pour conforter une installation, le Gaec Civade dans le Cher a investi dans un bâtiment d’engraissement. Entièrement réalisé en…
Le concours national Charolais adultes reporté, le concours des veaux aménagé
Le conseil d’administration du Herd Book Charolais réuni le 25 juin a décidé de reporter le concours national des adultes à une…
rayon viande bovine bio grande distribution Leclerc
La viande bovine bio ignore la crise
L’agriculture biologique continue d’avoir le vent en poupe. Elle semble même surfer sur la vague à la faveur des critiques sur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande