Aller au contenu principal
Font Size

Alimentation en eau des pâtures
L´énergie solaire se développe plus que l´éolien ou d´autres systèmes autonomes

Plusieurs systèmes d´abreuvoirs autonomes existent pour fournir une eau de qualité aux parcelles isolées. Les équipements solaires sont aujourd´hui plus attractifs que l´éolien, entretien oblige !


Les abreuvoirs à alimentation autonome, destinés aux parcelles pâturées éloignées du réseau d´eau, évoluent et connaissent un regain d´intérêt. Ils simplifient le travail quotidien des éleveurs et offrent une eau de qualité limitant les risques de parasitisme. Les abreuvoirs, alimentés par un système de pompage fonctionnant à l´énergie solaire, intéressent de plus en plus d´éleveurs français.
L´énergie solaire est captée par les panneaux (capteurs photovoltaïques amorphes ou polycristallins) réactifs à une faible luminosité et offrant un bon rendement, puis est stockée dans des batteries. Ces dernières alimentent une pompe à eau (immergée jusqu´à 50 m ou, de surface).
Le débit varie de 160 à 1400 l/h, selon les modèles et les constructeurs, ce qui permet d´alimenter un troupeau de vingt à trente bovins.
Aucun entretien particulier est nécessaire. La seule contrainte pour obtenir un fonctionnement optimal est d´installer le système à l´écart d´une zone d´ombre.
L´abreuvoir à alimentation autonome à énergie solaire prend tout son intérêt lorsque le soleil est le plus fort : les batteries se rechargent le plus efficacement et peuvent répondre au pic de demande en eau des bovins.
L´énergie solaire est captée par les panneaux réactifs à une faible luminosité et offrant un bon rendement.©Gaec Bauchet

Temps de maintenance élevé pour le système éolien
Le coût d´un équipement de base est de l´ordre de 2000 ?.
L´autre énergie naturelle exploitée pour alimenter les pompes à eau dans les pâtures est le vent. Généralement, une éolienne de pompage se compose d´un pylône de quatre à 16 mètres au sommet duquel se fixe une roue (1,6 à 2,7 m de diamètre) constituée de 15 à 20 pales, souvent en tôle galvanisée. La roue se déclenche à partir d´une vitesse de vent de deux à trois mètres par seconde. Cet ensemble se place sur un forage (40 m maxi de profondeur) ou à une distance de 200 m d´un point d´eau. Les constructeurs annoncent « un débit minimal de 3 à 8 m3/jour, pour un investissement à partir de 1300 euros. » Il est obligatoire de créer un conduit de retour au puits avant le débordement du bac, afin de limiter le risque de pollution bactérienne.

L´entretien préconisé par les fabricants se réduit à un graissage des roulements (une à deux fois par an) et la purge de la tubulure avant l´hiver. Certains proposent un graissage automatique avec un système à bain d´huile. Les éleveurs considèrent le système de pompage par énergie éolienne plus contraignant que le système à énergie solaire puisqu´il « est nécessaire de démonter toute la tringlerie (jusqu´à 40 m), pour vérifier l´état (corrosion) tous les ans. C´est une manipulation exigeante en temps et en main-d´oeuvre. D´autre part, en plein été, le vent est parfois absent, alors que c´est à ce moment que mes vaches boivent le plus. », explique un éleveur converti à l´énergie solaire.
Les éoliennes de pompage ne sont plus à la mode, du fait de leur entretien contraignant. ©DR

La force de l´eau ou celle des animaux assure le pompage
Autre énergie renouvelable pour actionner une pompe à eau, c´est le système du bélier, où le courant de l´eau doit être important, combiné à une cloche et à des clapets. Ce dispositif s´avère économique (à partir de 687 euros) et peut être utilisé sur une longue durée (au moins 30 ans). Il permet de monter l´eau jusqu´à plusieurs dizaines de mètres, vers un abreuvoir ou une cuve de réserve. Richard Walton, dernier fabricant français à Bordeaux, avoue que « le bélier est parfois difficile à régler et il est difficile d´estimer exactement son rendement. » Il existe aussi la pompe de prairie ou pompe à nez : le bovin pousse une palette mobile avec son mufle pour actionner une pompe immergée. Elle peut s´installer sur des cours d´eau de faible débit, jusqu´à 7 ou 8 mètres de profondeur, pour 300 à 800 ?. L´absence d´eau stagnante empêche les oiseaux et les renards de contaminer l´eau.
Cet abreuvoir est destiné à une vingtaine de bovins, mais un seul, ou deux, peuvent boire en même temps.

Enfin, la pompe à hélice flottante est « un système, retenu par une corde, qui flotte sur le cours de l´eau. Un courant de 2 km/h permet de pomper environ 4500 l/jour. Ce système nécessite peu d´entretien et coûte environ 1200 ?. L´hélice peut par contre se bloquer en cas de débris flottants », explique Mario Quevillon, ingénieur agronome québécois.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
abattage à la ferme loire atlantique
L'AALVie lance un financement participatif pour son projet d'abattage à la ferme
L'association AALVie (abattage des animaux sur le lieu de vie) a dévoilé son projet lors d'une conférence de presse le 7 juillet…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Un seul gros bovin est traité à la fois et le temps entre la saignée et l’éviscération ne doit pas dépasser une heure. © AALVIE
Un caisson mobile pour abattre les animaux à la ferme
Depuis trois ans, des éleveurs de Loire-Atlantique et de Vendée préparent la mise en place de caissons mobiles pour abattre les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande