Aller au contenu principal
Font Size

L’élevage du Massif central s’interroge sur son avenir

Poursuite de la tendance, véritable déclin ou nouveau développement ? Les organisations du Massif central envisagent plusieurs scénarios possibles pour l’élevage allaitant.

Trois scénarios ont été imaginés à la lumière des facteurs qui pourraient influencer l’avenir : potentiel agricole, démographie, marchés, politiques agricoles, attentes des consommateurs….
Trois scénarios ont été imaginés à la lumière des facteurs qui pourraient influencer l’avenir : potentiel agricole, démographie, marchés, politiques agricoles, attentes des consommateurs….
© F. d'Alteroche

Il est peu de dire que le secteur de la viande bovine revêt une importance capitale dans le Massif central. Si les fragilités de la filière concernent toutes les régions, le bassin allaitant est confronté à des difficultés spécifiques. Une étude a été engagée voici deux ans, afin de définir stratégies et actions visant à conforter les filières viande bovine du Massif central. Porté par le Sidam (organisme de prospective fédérant les chambres d’agriculture et le syndicalisme majoritaire), avec l’appui de l’Institut de l’élevage et des financements publics, cette étude vient de déboucher sur un état des lieux et des scénarios prospectifs. Les actions à mettre en œuvre, ce sera pour plus tard.



Stratégies et actions pour infléchir le cours des choses


Trois scénarios ont été imaginés à la lumière des facteurs qui pourraient influencer l’avenir (potentiel agricole, démographie, marchés, politiques agricoles, attentes des consommateurs…). Tout d’abord un scénario tendanciel qui verrait les évolutions récentes se poursuivre avec une diminution et un agrandissement des exploitations, une légère érosion du cheptel et une forte restructuration de l’aval.
Le deuxième scénario, dit productif, verrait les filières mener une stratégie offensive, accompagnée par une politique agricole favorable, pour développer l’engraissement. Le troisième enfin, nettement plus pessimiste, se traduirait par un recul de la production, en faveur des céréales dans les zones convertibles et de la friche dans les zones purement herbagères. Les filières et le territoire seraient fortement affectés par ce déclin de l’élevage. Un quatrième scénario, pour la partie sud du massif, envisage une reconversion importante des producteurs de lait vers la viande bovine. Ces scénarios ont été soumis à l’appréciation des acteurs de la filière. Qu’en est-il ressorti ? Le premier paraît aux yeux de beaucoup « inévitable du fait de l’inertie du secteur bovin et de la difficulté d’infléchir le cours des choses » et fait craindre des difficultés pour approvisionner les outils et les marchés. Le second « semble peu probable » mais « le plus souhaitable ». Le troisième n’est pas jugé très probable non plus, peu de gens croyant à des évolutions aussi brutales, hormis lorsque les céréales peuvent remplacer l’herbe. Après cet exercice prospectif, somme toute assez convenu, le meilleur est sans doute à venir, avec stratégies et actions de nature à « infléchir le cours des choses ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
abattage à la ferme loire atlantique
L'AALVie lance un financement participatif pour son projet d'abattage à la ferme
L'association AALVie (abattage des animaux sur le lieu de vie) a dévoilé son projet lors d'une conférence de presse le 7 juillet…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Un seul gros bovin est traité à la fois et le temps entre la saignée et l’éviscération ne doit pas dépasser une heure. © AALVIE
Un caisson mobile pour abattre les animaux à la ferme
Depuis trois ans, des éleveurs de Loire-Atlantique et de Vendée préparent la mise en place de caissons mobiles pour abattre les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande