Aller au contenu principal

L’élevage du Massif central s’interroge sur son avenir

Poursuite de la tendance, véritable déclin ou nouveau développement ? Les organisations du Massif central envisagent plusieurs scénarios possibles pour l’élevage allaitant.

Trois scénarios ont été imaginés à la lumière des facteurs qui pourraient influencer l’avenir : potentiel agricole, démographie, marchés, politiques agricoles, attentes des consommateurs….
Trois scénarios ont été imaginés à la lumière des facteurs qui pourraient influencer l’avenir : potentiel agricole, démographie, marchés, politiques agricoles, attentes des consommateurs….
© F. d'Alteroche

Il est peu de dire que le secteur de la viande bovine revêt une importance capitale dans le Massif central. Si les fragilités de la filière concernent toutes les régions, le bassin allaitant est confronté à des difficultés spécifiques. Une étude a été engagée voici deux ans, afin de définir stratégies et actions visant à conforter les filières viande bovine du Massif central. Porté par le Sidam (organisme de prospective fédérant les chambres d’agriculture et le syndicalisme majoritaire), avec l’appui de l’Institut de l’élevage et des financements publics, cette étude vient de déboucher sur un état des lieux et des scénarios prospectifs. Les actions à mettre en œuvre, ce sera pour plus tard.



Stratégies et actions pour infléchir le cours des choses


Trois scénarios ont été imaginés à la lumière des facteurs qui pourraient influencer l’avenir (potentiel agricole, démographie, marchés, politiques agricoles, attentes des consommateurs…). Tout d’abord un scénario tendanciel qui verrait les évolutions récentes se poursuivre avec une diminution et un agrandissement des exploitations, une légère érosion du cheptel et une forte restructuration de l’aval.
Le deuxième scénario, dit productif, verrait les filières mener une stratégie offensive, accompagnée par une politique agricole favorable, pour développer l’engraissement. Le troisième enfin, nettement plus pessimiste, se traduirait par un recul de la production, en faveur des céréales dans les zones convertibles et de la friche dans les zones purement herbagères. Les filières et le territoire seraient fortement affectés par ce déclin de l’élevage. Un quatrième scénario, pour la partie sud du massif, envisage une reconversion importante des producteurs de lait vers la viande bovine. Ces scénarios ont été soumis à l’appréciation des acteurs de la filière. Qu’en est-il ressorti ? Le premier paraît aux yeux de beaucoup « inévitable du fait de l’inertie du secteur bovin et de la difficulté d’infléchir le cours des choses » et fait craindre des difficultés pour approvisionner les outils et les marchés. Le second « semble peu probable » mais « le plus souhaitable ». Le troisième n’est pas jugé très probable non plus, peu de gens croyant à des évolutions aussi brutales, hormis lorsque les céréales peuvent remplacer l’herbe. Après cet exercice prospectif, somme toute assez convenu, le meilleur est sans doute à venir, avec stratégies et actions de nature à « infléchir le cours des choses ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Lorsqu’elle est en position haute, la partie inférieure de la barrière se situe à 5 mètres du sol et n’est donc pas pénalisante pour rentrer dans la stabulation avec du gros matériel et en particulier pour curer le fumier. © F. d'Alteroche
Une stabulation aux nombreuses astuces
Au Gaec de l’Armançon en Côte-d’Or, la principale stabulation héberge 128 vaches suitées. Elle intègre différents équipements mis…
Les jeunes bovins au plus bas alors qu’ils devraient être au plus haut
Alors qu’ils devraient être au plus haut à cette période de l’année, les prix des taurillons finis sont au plus bas. Peu prisée…
La vente directe représente le  débouché pour en moyenne une vache par mois, parmi celles âgées de huit ans maximum. L'éleveur vend également en direct à peu près six veaux par an. © S. Bourgeois
Différents régimes pour l'engraissement des vaches de race Blonde d'Aquitaine
Des séries d’essais ont été menées dans le cadre du projet Défiblonde entre 2016 et 2020 pour affiner les connaissances sur les…
Franck Baechler. "Le bétail aide à redynamiser les flux de carbone." © S. Bourgeois
Franck Baechler : être autonome et construire mon sol
Installé depuis trois ans en agriculture de conservation des sols dans le Loir-et-Cher, Franck Baechler a introduit dans son…
Le nombre de petits cheptels ne cesse de diminuer mais la progression des unités de grande dimension tend à se stabiliser.
Fortes évolutions démographiques à prévoir pour les systèmes allaitants
À la demande d’Interbev et de la Confédération nationale de l’élevage, l’Institut de l’élevage a analysé la décapitalisation…
Une rémunération possible des éleveurs pour les efforts fournis en matière de réduction de l’empreinte carbone
Les webinaires d’automne de l’Institut de l’élevage ont été l’occasion de faire un point sur le plan carbone de la filière viande…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande