Aller au contenu principal

Légère érosion des apports sur les marchés aux bestiaux

Avec un cheptel français globalement sur la pente descendante tant pour les espèces bovines qu’ovines, les apports sur les 47 marchés aux bestiaux adhérents à la Fédération française des marchés de bétail vifs (FMBV) ont bien résisté l’an dernier. Toutes espèces et catégories confondues se sont élevées à un total de 1 168 899 animaux, soit environ 7 500 têtes de moins qu’en 2016. « Les apports augmentent en gros bovins maigres et en petits veaux tandis qu’ils connaissent une baisse en broutards, ovins et gros bovins de boucherie », précise la FMBV. Ces données statistiques attestent cependant d’un modeste rattrapage des effectifs comparativement à 2016. Année pour laquelle les apports avaient été très fortement marqués par l’arrivée de la fièvre catarrhale ovine (FCO). Le zonage associé avait alors marqué un coup d’arrêt dans le commerce vif et handicapé très fortement certaines places alors même que la campagne de commercialisation des broutards battait son plein.

Les bovins maigres (broutards et gros bovins maigres) sont très présents sur les marchés et ce sont les deux catégories qui ont été les moins concernées par l’érosion des apports ces 15 dernières années. Ils présentent l’avantage de pouvoir être facilement et rapidement centralisés, triés et allotés et se prêtent donc bien à ce mode de commercialisation. Cette catégorie avait bien progressé sur les marchés après les années de baisse drastique durant la première crise FCO. La seconde crise FCO qui a touché la France en 2015-2016 a produit les mêmes effets, à savoir des effectifs en baisse de 7 % par rapport à 2014. En 2017, les apports se redressent et progressent de 1 % malgré une troisième crise FCO en novembre-décembre 2017 qui a touché plusieurs marchés de l’Est de la France.

Mieux pour les cadrans, moins bien pour le gré à gré

Les apports sur les marchés sont constitués à 59 % par les apports des marchés de gré à gré (694 117 animaux) et à 41 % par les apports des marchés au cadran (474 782 animaux). Cette répartition varie selon les catégories. Les marchés au cadran sont prépondérants pour les gros bovins maigres (66 %) et les ovins (64,9 %) et très présents sur les broutards (44,5 %). Sans grande surprise, l’activité des marchés au cadran est en légère progression (+1 %) tandis que celle des marchés de gré à gré recule (-2 %). Autant d’évolutions qui sont dans la continuité de ce qui est observé depuis déjà une bonne dizaine d’années. La conversion progressive de marchés de gré à gré en marchés au cadran tend d’ailleurs à favoriser cette tendance.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Guillaume Hemeryck élève un troupeau salers de très bon niveau génétique, avec de la taille et de la croissance. © S. Bourgeois
Des Salers bien à leur place dans une grande exploitation de cultures
À la SARL du Bois de Nevert, dans la Somme, le troupeau Salers d’une centaine de vaches valorise des prairies au sein d’une…
[Sursemis des prairies] Dix conseils pour favoriser l’implantation
Pour favoriser le sursemis lors de la rénovation des prairies Bruno Osson de Semae, propose dix conseils à suivre.
Passer du temps à anticiper, à organiser puis, à gérer le pâturage pour le faire durer le plus longtemps possible doit ensuite permettre de limiter le nombre d’heures passées sur un tracteur pour constituer des stocks puis les distribuer. © F. d'Alteroche
Des pistes pour conforter le revenu des élevages bovins viande
Autosuffisance alimentaire, valorisation du produit, productivité numérique, part de l’herbe pâturée dans l’alimentation, coûts…
Le bâtiment mesure 48 m x 19 m. Il est équipé de deux cellules de 120 m3 chacune pouvant stocker 150 tMS au total, d'un automate de ventilation avec variateurs de fréquence et d'une griffe. Des bottes de foin et paille (50 tMS) y sont également stockées. Les panneaux photovoltaïques plein sud couvrent 650 m2 de toit.  © S. Bourgeois
Un séchoir à fourrages pour un élevage bio de 50 charolaises
Benoît Jaunet, éleveur en bio dans les Deux-Sèvres, dispose depuis quatre ans d’un séchoir de fourrages. Un équipement rare en…
© B. Griffoul
Un semoir de semis direct à dents auto-construit
Installés dans l’Aveyron, Fabien Fabre et Bastien Doumayrou ont fabriqué un semoir de semis direct à socs très fonctionnel pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande