Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Outre-Manche
A l´école des tresseurs de haies


En Angleterre, il n´y a pas que les écoles de sorciers. Harry Potter aurait pu apprendre l´art du tressage de haies ! Depuis la Préhistoire, les éleveurs d´ovins, de caprins et de bovins confectionnent ainsi des enclos pour garder leur troupeau la nuit, le protéger des bêtes sauvages ou du vol. La végétation continuant à pousser, ces haies deviennent de plus en plus impénétrables.
Déjà, en l´an 55, Jules César note que les paysans « coupent des branches fines et les plient pour qu´elles se couchent et forment un mur, que l´on ne peut traverser ». Certains ajoutent de la terre. L´analogie avec les maisons à colombages est troublante - la haie tressée serait-elle à l´origine de cette architecture ?
Ce savoir-faire s´est transmis jusqu´à la généralisation du fil de fer barbelé qui menaçait de sonner le glas de cette pratique. Heureusement, vers 1970, trois « hedge layers » (tresseurs de haies) prennent conscience d´un patrimoine en péril et fondent la National Hedgelaying Society, qui organise des formations et un concours annuel. Aujourd´hui, plus de 4000 kilomètres de haies sont replantés, 7000 restaurés et leur protection est inscrite dans les lois du Royaume, au même titre que les murs en pierre sèche, autre technique retenue pour clore les parcelles des grandes exploitations britanniques.

©P. Bourgault

Pour en savoir plus : www.hedgelaying.org.uk - www.collegeofthepeak.org.uk
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

chargement de bovins en ferme
[Covid-19] Les abatteurs se démènent pour remplir leur mission

Après une première semaine folle, au cours de laquelle la demande en viande a explosé, les entreprises du commerce et de l'…

[Covid-19] La « renationalisation » des achats de viande bovine doit aussi profiter aux éleveurs
Alors que suite à l’arrivée du coronavirus les enseignes de la grande distribution ont vu leurs ventes gonfler suite au…
Cette étude confirme que le rapport entre le poids de l’animal à la sortie de la ferme et la viande nette réellement utilisable (250 kg), varie selon de nombreux critères amont (race, catégorie de l’animal, état d’engraissement…). © C. Delisle
De l’animal au steak, des rendements passés à la loupe
L’Institut de l’élevage et Interbev ont mis à jour les rendements d’abattage et de découpe des principales races bovines abattues…
[Covid-19] Le marché de la viande bovine bouleversé
Les restrictions prises par les différents Etats membres pour contenir la pandémie de Covid-19 auront inévitablement des effets…
France Conseil Elevage demande le report de toute intervention en élevage
Les entreprises de conseil en élevage demandent le report des interventions de leur techniciens dans les exploitations, se…
Vaches du lot "moins de 8 ans avec une NEC supérieure à 2 à la mise en finition". Ici, 75 jours après le début de la période expérimentale, soit un mois avant abattage.  © OIER des Bordes
Un essai à la ferme des Bordes croise l’effet de l’âge et de la note d’état sur l’engraissement de Charolaises
Avec de jeunes vaches, les croissances en finition sont assurées. Une vache âgée peut être très performante en finition ou pas du…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande