Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Dossier
Le taureau reste au coeur des ébats

Plus de 85 % des veaux issus du cheptel allaitant résultent de monte naturelle. Une proportion très variable selon les élevages et surtout la période de vêlage. Elle oscille entre 6 et 23 % selon les différentes races présentes sur le territoire français.

© F. Alteroche

C’est un constat. L’essentiel du cheptel allaitant français est conduit en monte naturelle. Une étude réalisée par Serge Miller, du service génétique de l’Institut de l’élevage permet d’en savoir davantage sur les catégories de taureaux qui ont permis de faire naître, en 2011, 3 980 701 veaux dans 130 126 élevages différents — chiffres de la base de données nationale d’identification (BDNI) qui précise aussi qu’il y avait en France le 1er janvier 2012, 4,018 millions de vaches « nourrices ».


L’étude confirme tout d’abord la part limitée du recours à l’insémination animale en système allaitant. Sur ces quelque 4 millions de veaux, seulement 12 % sont issus d’insémination. Cette proportion est assez variable selon les races (8 % en Aubrac, 19 % en Bazadaise, 23 % en Blanc Bleu, 19 % en Blonde, 13 % en Charolaise, 12 % en Gasconne, 8 % en Limousine, 21 % en Parthenaise, 19 % en Rouge des Prés et 6 % en Salers), les systèmes d’élevage et surtout les périodes de vêlage. Par conséquent, 88 % des veaux nés dans les élevages allaitants français il y a deux ans sont issus de taureaux de monte naturelle.


Toutes races confondues, les statistiques de la BDNI font état de 209 233 pères différents. Quand on sait que selon les races et les systèmes d’élevage entre un quart et un tiers de ces reproducteurs sont renouvelés chaque année, on en déduit qu’il s’agit d’un marché conséquent, tant en volume qu’en chiffre d’affaires. Il met surtout en jeu une multitude d’acteurs, mais un nombre limité d’intermédiaires puisque la plupart des transactions se font directement entre le naisseur et l’utilisateur du taureau.


Quelles évolutions pour le marché des reproducteurs ?


Comment va évoluer ce marché dans les années à venir, tant sur le plan quantitatif que qualitatif ? Différents observateurs travaillant dans le secteur de la génétique rappellent en premier lieu une évidence toujours bonne à redire. « La dynamique du marché du taureau dépend avant tout de celle des effectifs du cheptel allaitant et par conséquent de la bonne santé du marché de la viande bovine. »


L’autre interrogation pouvant influer sur le nombre d’animaux commercialisés concerne la part des femelles allaitantes qui seront inséminées. Le sexage des semences permettra-t-il de susciter un regain d’intérêt pour l’insémination ? L’arrivée de la sélection génomique permettra-t-elle d’élargir l’évaluation des taureaux diffusés par insémination à de nouveaux critères facilitant la conduite d’élevage (tonicité des veaux à la naissance, qualité des mamelles, résistance aux parasites...) renforçant l’intérêt de leur utilisation ?


Des incertitudes demeurent en termes de calendrier et certains observateurs rappellent aussi que rien n’interdira de réaliser des tests génomiques sur de jeunes mâles destinés à être utilisés en monte naturelle. L’insémination animale reste très liée aux mois d’hiver Autre évidence, les contraintes liées à l’alternance des saisons resteront d’actualité. La période de réalisation des inséminations animales sera forcément limitée aux quelques mois d’hivernage, quand les vaches sont facilement accessibles dans les bâtiments.


De plus, tous les éleveurs ne sont pas de fervents partisans du vêlage d’automne, du moins pour la totalité de leur cheptel. Même s’il permet d’étaler les mises en marché, il représente un surcoût pour l’alimentation hivernale et se traduit par des besoins plus importants en surfaces pour les stabulations. Autant de facteurs qui s’ajoutent à la contrainte de détection des chaleurs et — même si de nouveaux outils sont disponibles pour faciliter ce travail — à l’évolution défavorable, maintes fois évoquée, du ratio entre le nombre d’UGB et d’UTH. Tous ces éléments laissent à penser que la monte naturelle restera le mode de reproduction prédominant en système allaitant.

Dossier

- en savoir plus sur les taureaux : analyse des données de le BDNI et du SIG p.22

- Stations d'évaluations : basse sensible du financement p.26

- A la SCA Arsicaud de Charente maritime, les 320 blondes et les 95 limousines conduites en monte naturelle

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

chargement de bovins en ferme
[Covid-19] Les abatteurs se démènent pour remplir leur mission

Après une première semaine folle, au cours de laquelle la demande en viande a explosé, les entreprises du commerce et de l'…

[Covid-19] La « renationalisation » des achats de viande bovine doit aussi profiter aux éleveurs
Alors que suite à l’arrivée du coronavirus les enseignes de la grande distribution ont vu leurs ventes gonfler suite au…
Cette étude confirme que le rapport entre le poids de l’animal à la sortie de la ferme et la viande nette réellement utilisable (250 kg), varie selon de nombreux critères amont (race, catégorie de l’animal, état d’engraissement…). © C. Delisle
De l’animal au steak, des rendements passés à la loupe
L’Institut de l’élevage et Interbev ont mis à jour les rendements d’abattage et de découpe des principales races bovines abattues…
[Covid-19] Le marché de la viande bovine bouleversé
Les restrictions prises par les différents Etats membres pour contenir la pandémie de Covid-19 auront inévitablement des effets…
France Conseil Elevage demande le report de toute intervention en élevage
Les entreprises de conseil en élevage demandent le report des interventions de leur techniciens dans les exploitations, se…
Vaches du lot "moins de 8 ans avec une NEC supérieure à 2 à la mise en finition". Ici, 75 jours après le début de la période expérimentale, soit un mois avant abattage.  © OIER des Bordes
Un essai à la ferme des Bordes croise l’effet de l’âge et de la note d’état sur l’engraissement de Charolaises
Avec de jeunes vaches, les croissances en finition sont assurées. Une vache âgée peut être très performante en finition ou pas du…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande