Aller au contenu principal

Polyculture-Elevage
Le semis direct sur couvert végétal améliore les résultats économiques

Marinus Piek a choisi de réduire le nombre de façons culturales sur les parcelles de son exploitation de polyculture élevage pour limiter les coûts et améliorer la structure des sols.


Depuis quelques années, Marinus Piek souhaite réduire les frais sur son exploitation de polyculture élevage (une centaine de bovins) située à Sérignac (Tarn-et-Garonne). C´est en fait sur la mise en culture des 120 hectares (Ray grass ; mélange avoine, vesce, blé et pois fourrager ; maïs, sorgho et jachères) que l´exploitant souhaite diminuer ses charges. Depuis deux ans, il a choisi d´implanter ses cultures sans travail du sol, avec un semoir de semis direct. « Cette parcelle, située sur l´un des plus mauvais sol de l´exploitation, est ensemencée d´un mélange d´avoine, de blé, de vesce et de pois fourrager. C´est la troisième culture sans toucher le sol, après un maïs qui a été ensilé et lui-même semé sur de l´herbe qui a été ensilée ». Le mélange a été récolté en enrubannage, au début du mois de juin.


Le système racinaire des plantes travaille le sol
Un semis de tournesol a été réalisé sur certaines parcelles. Une vingtaine d´hectares sont semés en maïs avec le semoir Séméato à une distance entre rangs de 34 cm (1 rang sur 2) et une autre vingtaine en sorgho. Marinus Piek apprécie « la bonne implantation et l´état végétatif satisfaisant des sorghos sur les terres de boulbène ».
La solution de réaliser les semis sans travailler le sol permet de réduire les frais d´implantation des cultures et de faire face à une main-d´oeuvre de plus en plus rare. La réduction du nombre de passages sur les parcelles permet aussi d´effectuer des économies en carburant. « En minimisant le nombre d´interventions dans les parcelles, c´est un moyen de limiter ses charges et de s´adapter à la future politique agricole commune. C´est aussi un gain pour la structure du sol. Le travail se fait par les racines des plantes et non par des outils, » constate Marinus Piek. La présence d´un couvert végétal en hiver maintien la structure du sol ce qui réduit l´érosion, notamment dans les pentes. Ce couvert peut être aussi récolté et valorisé par les animaux avant un nouveau semis de printemps.

La présence d´une légumineuse dans le couvert est aussi un atout pour la culture suivante.
Dans ces cas, la présence de plusieurs trémies de semences sur le même semoir permet d´effectuer l´implantation de plusieurs cultures en un passage, même si les cultures germent à des périodes différentes.

Les plus lus

Camion d'abattoir mobile du Boeuf ethique
L’abattoir mobile du Bœuf éthique vendu aux enchères à Beaune le 17 avril

Plus d’un an après la liquidation du Bœuf Ethique, premier outil d’abattage mobile en France, son matériel est mis en vente…

parage fonctionnel des pieds bovins
Boiteries : « Je me suis formé au parage fonctionnel »

Guillaume Sansoit, éleveur de charolaises dans la Nièvre, a suivi avec un de ses salariés une journée de formation sur le…

L’implantation de la cage est à raisonner pour qu’un homme seul puisse y amener ses bovins en sécurité.
Boiteries : choisir une cage de parage adaptée aux vaches allaitantes

La cage de parage devient un équipement incontournable pour les exploitations touchées par la dermatite digitale. Veillez à…

Les prix d'honneur ont été difficiles à départager au concours de Varennes-sur-Allier (Allier), tenu les 15, 16 et 17 mars en race charolaise. « Une série d'une vingtaine de génisses, aux conformation et qualité de viande hors-normes, s'est particulièrement démarquée. Le lot était très homogène, avec des volumes de carcasse qui dépassaient les 650 kg », rapporte Olivier Chaveroche, responsable au concours.
Bovins de boucherie : les concours de Pâques enregistrent de belles ventes

Après une édition 2023 en demi-teinte, les organisateurs des traditionnels concours de Pâques tirent un bilan plutôt positif…

Légende
« Je conduis mes vaches gasconnes des Pyrénées à 100 % en IA et en système plein air »

Dans le piémont de la montagne Noire, Myriam Collignon élève une centaine de gasconnes des Pyrénées conduites en plein air et…

jeunes bovins charolais boiteries morbihan bretagne
Boiteries : « Nous avons dû jouer sur plusieurs fronts pour lutter contre panaris, Mortellaro et fourbure »

Gwendal Marchand a résolu une bonne partie des problèmes de boiteries sur son exploitation grâce à un audit approfondi avec…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande