Aller au contenu principal

Polyculture-Elevage
Le semis direct sur couvert végétal améliore les résultats économiques

Marinus Piek a choisi de réduire le nombre de façons culturales sur les parcelles de son exploitation de polyculture élevage pour limiter les coûts et améliorer la structure des sols.


Depuis quelques années, Marinus Piek souhaite réduire les frais sur son exploitation de polyculture élevage (une centaine de bovins) située à Sérignac (Tarn-et-Garonne). C´est en fait sur la mise en culture des 120 hectares (Ray grass ; mélange avoine, vesce, blé et pois fourrager ; maïs, sorgho et jachères) que l´exploitant souhaite diminuer ses charges. Depuis deux ans, il a choisi d´implanter ses cultures sans travail du sol, avec un semoir de semis direct. « Cette parcelle, située sur l´un des plus mauvais sol de l´exploitation, est ensemencée d´un mélange d´avoine, de blé, de vesce et de pois fourrager. C´est la troisième culture sans toucher le sol, après un maïs qui a été ensilé et lui-même semé sur de l´herbe qui a été ensilée ». Le mélange a été récolté en enrubannage, au début du mois de juin.


Le système racinaire des plantes travaille le sol
Un semis de tournesol a été réalisé sur certaines parcelles. Une vingtaine d´hectares sont semés en maïs avec le semoir Séméato à une distance entre rangs de 34 cm (1 rang sur 2) et une autre vingtaine en sorgho. Marinus Piek apprécie « la bonne implantation et l´état végétatif satisfaisant des sorghos sur les terres de boulbène ».
La solution de réaliser les semis sans travailler le sol permet de réduire les frais d´implantation des cultures et de faire face à une main-d´oeuvre de plus en plus rare. La réduction du nombre de passages sur les parcelles permet aussi d´effectuer des économies en carburant. « En minimisant le nombre d´interventions dans les parcelles, c´est un moyen de limiter ses charges et de s´adapter à la future politique agricole commune. C´est aussi un gain pour la structure du sol. Le travail se fait par les racines des plantes et non par des outils, » constate Marinus Piek. La présence d´un couvert végétal en hiver maintien la structure du sol ce qui réduit l´érosion, notamment dans les pentes. Ce couvert peut être aussi récolté et valorisé par les animaux avant un nouveau semis de printemps.

La présence d´une légumineuse dans le couvert est aussi un atout pour la culture suivante.
Dans ces cas, la présence de plusieurs trémies de semences sur le même semoir permet d´effectuer l´implantation de plusieurs cultures en un passage, même si les cultures germent à des périodes différentes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Lorsqu’elle est en position haute, la partie inférieure de la barrière se situe à 5 mètres du sol et n’est donc pas pénalisante pour rentrer dans la stabulation avec du gros matériel et en particulier pour curer le fumier. © F. d'Alteroche
Une stabulation aux nombreuses astuces
Au Gaec de l’Armançon en Côte-d’Or, la principale stabulation héberge 128 vaches suitées. Elle intègre différents équipements mis…
Les jeunes bovins au plus bas alors qu’ils devraient être au plus haut
Alors qu’ils devraient être au plus haut à cette période de l’année, les prix des taurillons finis sont au plus bas. Peu prisée…
La vente directe représente le  débouché pour en moyenne une vache par mois, parmi celles âgées de huit ans maximum. L'éleveur vend également en direct à peu près six veaux par an. © S. Bourgeois
Différents régimes pour l'engraissement des vaches de race Blonde d'Aquitaine
Des séries d’essais ont été menées dans le cadre du projet Défiblonde entre 2016 et 2020 pour affiner les connaissances sur les…
Franck Baechler. "Le bétail aide à redynamiser les flux de carbone." © S. Bourgeois
Franck Baechler : être autonome et construire mon sol
Installé depuis trois ans en agriculture de conservation des sols dans le Loir-et-Cher, Franck Baechler a introduit dans son…
Jérôme Mélard, éleveur à Puttigny en Moselle, diversifie les débouchés de son atelier d'engraissement avec des génisses Prim'herbe.  © Cloe
Des babynettes avec au moins 35 % d’herbe pour la filière Prim’herbe
L’union de coopératives Cloé démarre un partenariat avec le groupe Carrefour. La filière Prim’herbe vise à approvisionner le…
Le nombre de petits cheptels ne cesse de diminuer mais la progression des unités de grande dimension tend à se stabiliser.
Fortes évolutions démographiques à prévoir pour les systèmes allaitants
À la demande d’Interbev et de la Confédération nationale de l’élevage, l’Institut de l’élevage a analysé la décapitalisation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande