Aller au contenu principal

Concours Général des Produits
Le savoir-faire de la filière sous les projecteurs

Pour le 122e Concours général agricole des produits, s’est ouvert un concours expérimental à trois sections, de viande bovine.

© Syndicat Boeuf de Charolles/E.Sauvageot
Jusqu’à cette année, la viande bovine était la grande absente du Concours général agricole des produits et des vins (CGA) qui se tient à Paris, dans le cadre du Salon international de l’agriculture (SIA). Cependant, en 2013, un concours expérimental de viande bovine a été introduit, comportant trois sections : l’AOC Bœuf de Charolles, l’AOC Maine-Anjou et le label rouge Veau d’Aveyron et du Ségala. Cette aventure a débuté à la demande du CGA qui, voulant relancer un concours viande bovine, a fait appel à l’Institut national de l’origine et de la qualité (Inao) afin d’élaborer un protocole solide pour ce concours.

L’Inao de Mâcon a ainsi contacté le syndicat Bœuf de Charolles, « fort de dix années d’expérience en analyse sensorielle pour démontrer la particularité de la viande Bœuf de Charolles et en obtenir son AOC. L’idée était de proposer un protocole de réalisation du concours, en colla- boration avec l’Institut du Charolais. Cette opportunité permettait par ailleurs de faire la promotion de la viande et du savoir-faire de l’ensemble des maillons de la chaîne de production », explique Eléonore Sauvageot, animatrice du syndicat Bœuf de Charolles.

L’entrecôte a été sélectionnée pour la compétition


Une grille d’évaluation des produits a été mise en place, adaptable sur viande crue (jugement sur la couleur, l’ap- parence, le gras apparent et le grain de viande) et cuite (jugement sur l’odeur, la texture, la saveur et l’arôme). Deux principales dispositions ont été prises : effectuer des sections par produits et faire concourir des bouchers plutôt que des éleveurs, « valorisant ainsi la succession de savoir, nécessaire à la mise en avant de la viande », poursuit l’animatrice. Plus parlante du point de vue de la communication, l’entrecôte a été sélectionnée comme morceau plutôt que le train de côte.

« Grâce à l’implication des bouchers et de leur cheville, la section Bœuf de Charolles a présenté 5 candidats, jugés par un jury d’analyse sensorielle, et les sections label rouge Veau d’Aveyron et du Ségala et l’AOC Maine-Anjou, trois candidats chacune. Certains détails sont encore à ajuster dans le déroulement de l’épreuve, mais nous sommes satisfaits de ce premier test. Une réunion dans les semaines à venir devrait par ailleurs confirmer ou non, la tenue d’un véritable concours en 2014 », conclut Eléonore Sauvageot.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

La réforme des cotations "gros bovins entrée abattoir" entre en application
Depuis le 2 août 2022, est entrée en vigueur la réforme des cotations "gros bovins entrée abattoir". Des cotations mensuelles…
[Maïs ensilage] Valoriser au mieux les parcelles touchées par la sécheresse et la canicule
Arvalis Institut du Végétal donne des clés d’orientations pour la conduite des chantiers de maïs ensilage dans les parcelles plus…
Net recul des naissances de veaux allaitants sur la campagne 2021-2022
L’érosion du cheptel allaitant se traduit sans surprise par un net recul des naissances de veaux de race à viande. Les effets de…
Les coproduits peuvent avoir différentes voies de valorisation comme l’alimentation animale, la valorisation comme matière première dans une autre industrie, la valorisation agronomique (compostage, fertilisation) et les valorisations énergétiques (méthanisation, combustion).
Coproduits pour l'alimentation des bovins : un gisement de plus en plus convoité
La valorisation des coproduits issus des industries agroalimentaires a longtemps permis aux éleveurs du Grand Est de bénéficier…
La loi Egalim2 permet en utilisant les différentes options possibles de définir son niveau d'engagement avec ses premiers acheteurs.
Contractualisation en viande bovine : un outil de gestion du risque "prix"
Avec la loi Egalim2, la négociation des prix a lieu en amont des ventes de bovins. L’obligation de contractualisation pose la…
Des stimuli aversifs, audio ou électriques sont générés par un appareil fixé sur le cou de chaque animal, en lien avec la position de ce dernier.
Clôtures virtuelles : premiers résultats intéressants en fermes expérimentales
Arvalis et l’Institut de l’élevage livrent les premiers résultats des essais scientifiques menés dans leurs stations…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande