Aller au contenu principal

Engraissements des JB
Le réseau d´élevage Limousin propose des repères pour l´engraissement de broutards achetés


Les réseaux d´élevage Limousin proposent des repères technico-économiques pour la production de jeunes bovins « légers » (370 kg de carcasse) ou « lourds » (400 à 420 kg de carcasse) à partir de broutards achetés(1).
En zone Limousine, deux stratégies conduisant à acheter des broutards, en complément d´un système naisseur-engraisseur en place, sont rencontrées. La première correspond à une opportunité liée à la disponibilité d´un stock d´aliment, ou bien à une offre de maigre jugée intéressante à un moment où il y a de la place en bâtiment. Dans ce cas, aucun investissement spécifique n´est réalisé et l´effectif concerné dépasse rarement 25 à 30 animaux par an. L´autre stratégie correspond à une évolution du système avec la volonté d´occuper le bâtiment toute l´année par des entrées en bande des broutards, qui s´accompagne souvent d´investissements.
Une des motivations du choix de l´engraissement des naisseurs-engraisseurs du Limousin est la recherche d´un revenu supplémentaire. ©F d´ A.

Une récente enquête de l´Institut de l´élevage chez des naisseurs engraisseurs du Limousin a permis de cerner les principales motivations.
« La recherche d´un revenu supplémentaire est tout particulièrement lors d´une installation sans possibilité d´agrandissement, ou de l´arrêt de certaines aides comme les CTE, la PHAE. » L´engraissement de broutards complémentaires est aussi une façon de mieux adapter les besoins en travail avec le personnel disponible, comme par exemple un salarié à temps plein (alors que sans ce complément un temps partiel suffirait), un nouvel associé. « L´engraissement de broutards achetés est aussi vu comme un moyen de rentabiliser des investissements rendus nécessaires par la taille de l´exploitation. » C´est par exemple le cas quand les bâtiments sont modernisés lors de la mise aux normes, et quand pour améliorer les conditions de travail, les éleveurs investissent dans une distributrice, une désileuse.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Germain Fréville. « J’étais vraiment convaincu par les conseils que je donne. Je mets maintenant à l’épreuve ce que je préconise. J’essaie de faire des émules par l’exemple. » © S. Bourgeois
[De conseiller à éleveur] « J’avais en tête l’exploitation idéale et je l’ai trouvée »
Germain Fréville est double actif. Il travaille à mi-temps pour une association d’aide aux agriculteurs en difficulté et élève…
La cage mesure 3 m sur 3 m et 2 m de haut. Elle pèse environ 600 kg et a coûté 2800 € HT pour 40 heures de fabrication. « Le montage de la cage a été pensé pour avoir un compromis entre solidité, sécurité et légèreté », explique Fabien Vialle. Elle rentre dans le cadre de la législation routière et peut être transportée sur route (moins de 3 m 50 de large).   © E. Durand
Une cage de contention pour bovins mobile et multifonctions
Gaël Magnaval, éleveur de limousines en Corrèze, à proximité de Chamberet, a imaginé une cage mobile pour pouvoir poser ses…
Emmanuel Turpeau s'est installé en 2007. Son élevage allie génétique de très haut niveau et autonomie alimentaire.  © S. Bourgeois
[De conseiller à éleveur] "La passion de la Charolaise et le chemin vers le bio"
Emmanuel Turpeau a travaillé pour le herd-book charolais avant de s’installer. Il met désormais en application les principes…
jeunes bovins Charolais
Marché fluide pour les jeunes bovins
Sur le mois de juin 21, le rythme de prélèvement des mâles en ferme a été plus dynamique que celui des quatre années antérieures…
Le début 2021 laisse présager une embellie côté prix pour la viande bovine au second semestre. © C. Delisle
Filière viande bovine européenne : de meilleures perspectives pour fin 2021
Covid-19, Brexit, forte baisse du prix des JB et broutards… 2020 fut une année compliquée au sein du marché communautaire.…
Si les feed-lots représentent une part toujours plus importante pour la finition des bovins, 50 % des bovins sont encore exclusivement finis au pâturage. © C. Deloume
Le Brésil, une puissance exportatrice de viande bovine touchée par la pandémie
Si 2020 fut encore une année de records pour le premier exportateur mondial de viande bovine, l’année 2021 s’annonce sous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande