Aller au contenu principal

Engraissements des JB
Le réseau d´élevage Limousin propose des repères pour l´engraissement de broutards achetés


Les réseaux d´élevage Limousin proposent des repères technico-économiques pour la production de jeunes bovins « légers » (370 kg de carcasse) ou « lourds » (400 à 420 kg de carcasse) à partir de broutards achetés(1).
En zone Limousine, deux stratégies conduisant à acheter des broutards, en complément d´un système naisseur-engraisseur en place, sont rencontrées. La première correspond à une opportunité liée à la disponibilité d´un stock d´aliment, ou bien à une offre de maigre jugée intéressante à un moment où il y a de la place en bâtiment. Dans ce cas, aucun investissement spécifique n´est réalisé et l´effectif concerné dépasse rarement 25 à 30 animaux par an. L´autre stratégie correspond à une évolution du système avec la volonté d´occuper le bâtiment toute l´année par des entrées en bande des broutards, qui s´accompagne souvent d´investissements.
Une des motivations du choix de l´engraissement des naisseurs-engraisseurs du Limousin est la recherche d´un revenu supplémentaire. ©F d´ A.

Une récente enquête de l´Institut de l´élevage chez des naisseurs engraisseurs du Limousin a permis de cerner les principales motivations.
« La recherche d´un revenu supplémentaire est tout particulièrement lors d´une installation sans possibilité d´agrandissement, ou de l´arrêt de certaines aides comme les CTE, la PHAE. » L´engraissement de broutards complémentaires est aussi une façon de mieux adapter les besoins en travail avec le personnel disponible, comme par exemple un salarié à temps plein (alors que sans ce complément un temps partiel suffirait), un nouvel associé. « L´engraissement de broutards achetés est aussi vu comme un moyen de rentabiliser des investissements rendus nécessaires par la taille de l´exploitation. » C´est par exemple le cas quand les bâtiments sont modernisés lors de la mise aux normes, et quand pour améliorer les conditions de travail, les éleveurs investissent dans une distributrice, une désileuse.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Lorsqu’elle est en position haute, la partie inférieure de la barrière se situe à 5 mètres du sol et n’est donc pas pénalisante pour rentrer dans la stabulation avec du gros matériel et en particulier pour curer le fumier. © F. d'Alteroche
Une stabulation aux nombreuses astuces
Au Gaec de l’Armançon en Côte-d’Or, la principale stabulation héberge 128 vaches suitées. Elle intègre différents équipements mis…
Les jeunes bovins au plus bas alors qu’ils devraient être au plus haut
Alors qu’ils devraient être au plus haut à cette période de l’année, les prix des taurillons finis sont au plus bas. Peu prisée…
La vente directe représente le  débouché pour en moyenne une vache par mois, parmi celles âgées de huit ans maximum. L'éleveur vend également en direct à peu près six veaux par an. © S. Bourgeois
Différents régimes pour l'engraissement des vaches de race Blonde d'Aquitaine
Des séries d’essais ont été menées dans le cadre du projet Défiblonde entre 2016 et 2020 pour affiner les connaissances sur les…
Franck Baechler. "Le bétail aide à redynamiser les flux de carbone." © S. Bourgeois
Franck Baechler : être autonome et construire mon sol
Installé depuis trois ans en agriculture de conservation des sols dans le Loir-et-Cher, Franck Baechler a introduit dans son…
Jérôme Mélard, éleveur à Puttigny en Moselle, diversifie les débouchés de son atelier d'engraissement avec des génisses Prim'herbe.  © Cloe
Des babynettes avec au moins 35 % d’herbe pour la filière Prim’herbe
L’union de coopératives Cloé démarre un partenariat avec le groupe Carrefour. La filière Prim’herbe vise à approvisionner le…
Le nombre de petits cheptels ne cesse de diminuer mais la progression des unités de grande dimension tend à se stabiliser.
Fortes évolutions démographiques à prévoir pour les systèmes allaitants
À la demande d’Interbev et de la Confédération nationale de l’élevage, l’Institut de l’élevage a analysé la décapitalisation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande