Aller au contenu principal

Bovins Viande : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière viande bovine dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches al

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Engraissements des JB
Le réseau d´élevage Limousin propose des repères pour l´engraissement de broutards achetés


Les réseaux d´élevage Limousin proposent des repères technico-économiques pour la production de jeunes bovins « légers » (370 kg de carcasse) ou « lourds » (400 à 420 kg de carcasse) à partir de broutards achetés(1).
En zone Limousine, deux stratégies conduisant à acheter des broutards, en complément d´un système naisseur-engraisseur en place, sont rencontrées. La première correspond à une opportunité liée à la disponibilité d´un stock d´aliment, ou bien à une offre de maigre jugée intéressante à un moment où il y a de la place en bâtiment. Dans ce cas, aucun investissement spécifique n´est réalisé et l´effectif concerné dépasse rarement 25 à 30 animaux par an. L´autre stratégie correspond à une évolution du système avec la volonté d´occuper le bâtiment toute l´année par des entrées en bande des broutards, qui s´accompagne souvent d´investissements.
Une des motivations du choix de l´engraissement des naisseurs-engraisseurs du Limousin est la recherche d´un revenu supplémentaire. ©F d´ A.

Une récente enquête de l´Institut de l´élevage chez des naisseurs engraisseurs du Limousin a permis de cerner les principales motivations.
« La recherche d´un revenu supplémentaire est tout particulièrement lors d´une installation sans possibilité d´agrandissement, ou de l´arrêt de certaines aides comme les CTE, la PHAE. » L´engraissement de broutards complémentaires est aussi une façon de mieux adapter les besoins en travail avec le personnel disponible, comme par exemple un salarié à temps plein (alors que sans ce complément un temps partiel suffirait), un nouvel associé. « L´engraissement de broutards achetés est aussi vu comme un moyen de rentabiliser des investissements rendus nécessaires par la taille de l´exploitation. » C´est par exemple le cas quand les bâtiments sont modernisés lors de la mise aux normes, et quand pour améliorer les conditions de travail, les éleveurs investissent dans une distributrice, une désileuse.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Vignette
La baisse de production se confirme
La décapitalisation bovine française se confirme, accentuée par l’impact sanitaire de la FCO. Les disponibilités en animaux…
Vignette
'Astuce' Un araseur de bouses et taupinières
À Saint-Aubin-en-Charollais en Saône-et-Loire, Simon Dumontet a réalisé un outil bien pratique pour niveler le sol et araser…
Vignette
De la sécurité avec des méteils semés sous couvert de prairies
Chez Denis Briantais en Indre-et-Loire. L’éleveur s’est relevé des crues de 2016 et a passé 2018 sans trop de problèmes, grâce en…
Vignette
"L'accord avec le Mercosur semble n'avoir jamais été aussi proche"
Dans un communiqué du 28 mai, la FNB appelle une nouvelle fois le gouvernement à répondre concrètement à ses interrogations. L'…
Vignette
Faux steaks hachés de Pologne : la FNB demande la généralisation du "100 % muscle"
Dans un communiqué du 7 juin, la FNB exprime l’exaspération des éleveurs français face à ces situations qui ne sont pas…
Vignette
"Quatre ans pour expérimenter l’abattoir mobile"
Le décret est paru fin avril. Il reste cependant plusieurs étapes à passer avant que le premier abattoir mobile de France pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande