Aller au contenu principal

Blonde : le quart sud-ouest à l’honneur Porte de Versailles 

En Blonde d’Aquitaine, les récompenses les plus convoitées ont été emportées par des élevages situés dans le berceau de la race. Le concours a surtout permis de mettre en avant des animaux à la fois lourds et très garnis en viande : une impressionnante vitrine. 

Même si la Blonde est de plus en plus présente dans une large moitié ouest de la France, ce sont d’abord des élevages d’un large quart sud-ouest qui ont remporté l’essentiel des médailles lors du concours Blond organisé sur le Salon International de l’Agriculture. Cette superbe vitrine a été présenté de façon dynamique avec toute la passion et la fougue oratoire de Pascal Milon, technicien de France Blonde d’Aquitaine sélection. 

« En Blonde, nous avons la chance d’avoir des animaux qui dès qu’ils sont bien préparés extériorisent beaucoup de muscle et d'aptitudes bouchères sans pour autant être porteurs du gêne culard. » a souligné David Acheritogaray, jeune éleveur des Pyrénées Atlantiques et juge unique de ce concours.

Toujours très en état, les animaux étaient répartis dans pas moins de sept sections, et même dans celles de femelles, la plupart franchissaient sans problème le cap de la tonne. Finesse, longueur de corps, faculté à extérioriser d’excellents rendements viande sur os ont comme à l’accoutumé été mis en avant tout au long de la description des différents lauréats.

Six femelles d’exception 

La meilleure démonstration des aptitudes bouchères de la Blonde d’Aquitaine avait toutefois été apportée la veille du concours avec la présentation puis la vente aux enchères de six vaches de boucherie exceptionnelles tant par leur volume, leur finesse et la qualité de leur finition. Leur prix moyen au kilo carcasse a atteint un peu plus de 22,5 € avec une fourchette oscillant entre 19,2 et 25 € pour des poids qui ne devraient guère descendre sous le seuil des 600 kilos de carcasse.

Les plus lus

Bovins viande : un revenu 2022 bas, sauf pour les systèmes avec cultures
L'Institut de l'Elevage a simulé sur cas-types le revenu 2022 des élevages bovins viande. Hausse des prix des bovins et hausse…
« Le marché italien et le développement de primes spécifiques à la vache allaitante, ont véritablement permis le maintien et le développement du naissage en France, notamment dans les zones défavorisées », souligne Philippe Chotteau, chef du département économie de l’Institut de l’élevage.
Bovins viande : vers un retour aux faibles effectifs des années 1980 ?
Rétrospective avec Philippe Chotteau, chef du département économie de l’Institut de l’élevage, sur les évènements qui ont jalonné…
taureau race limousine
A Lanaud, quatre taureaux limousins vendus aux enchères plus de 15 000 euros
100 % des veaux ont été vendus lors des enchères pour la deuxième série de taureaux limousins issus de la station nationale de…
Stéphanie Mocques-Goure donne la priorité aux résultats économiques. Sur son exploitation, tout est géré au mieux pour limiter les charges et pouvoir se dégager un revenu.
Bovins viande : « Je veux vivre de mon métier »
À Beaufort-en-Anjou dans le Maine-et-Loire, Stéphanie Mocques-Goure a transformé en profondeur son système pour réussir à se…
Elevage bovins viande : mieux s'organiser pour mieux vivre au travail
Elevage bovins viande : mieux s'organiser pour mieux vivre au travail
Le travail, sujet très personnel n’est pas facile à aborder. Pourtant, il est un point de tension de plus en plus fort pour les…
Les cours des broutards charolais stabilisés à haut niveau
Les cours des broutards charolais stabilisés à haut niveau
Durant les derniers mois de l’année 2022, les cours des broutards sont restés stables ou ont à peine diminué.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande