Aller au contenu principal

La race Créole
« Le programme d´amélioration génétique démarre »

Les premiers taureaux devraient être évalués en 2007. Les qualités de la race créole pourraient à long terme lui permettre une expansion dans d´autres zones tropicales.


Comment mettez-vous en place le schéma d´amélioration génétique de la créole aujourd´hui ?
Serge Erhard - L´Upra fonctionne depuis trois ans. Nous avons commencé par recenser tous les animaux créoles et créer un livre généalogique. Puis nous avons travaillé à rendre possible l´insémination animale en race pure. Cette technique n´était pratiquée qu´en croisement, mais le troupeau expérimental de l´Inra a permis de constituer un stock de semences créoles. L´élevage est atomisé, les troupeaux ont en moyenne de 5 à 15 têtes et comme il y a peu de mâles de race pure, l´insémination est la voie à privilégier. Il a fallu mettre en place le protocole vétérinaire et le statut sanitaire des troupeaux. Les premières inséminations devraient être réalisées fin 2005. Nous allons aussi installer une station d´évaluation, ce qui est difficile dans notre contexte. Les premiers veaux qui y entreront seront parmi ceux à naître en 2006.
Comment faire pour développer le cheptel femelle de race pure ?
S. E. - Nous nous inspirons des actions menées il y a une vingtaine d´années par les races gasconne, salers et surtout aubrac, qui étaient alors dans la même problèmatique que notre race aujourd´hui. Nous pouvons compter aussi au jour le jour sur les conseils avisés des UPRa de ces races.
Nous travaillons à faire mieux connaître la race ici. C´est la mieux adaptée à la fois au climat et aux ressources de la Guadeloupe. Nous préconisons de conduire un troupeau de femelles de race pure et de pratiquer des croisements industriels, selon un schéma préétabli. C´est avec le Limousin que les résultats sont les plus intéressants. Nous avons aussi déposé un dossier pour demander le classement en race menacée de la Créole, ce qui permettrait de faire bénéficier les éleveurs d´une aide dans le cadre du CAD, et nous sollicitons le Conseil Général.
Quels sont les objectifs à long terme de l´UPRA ?
S. E. - Il existe une demande, dans différents pays d´Afrique de l`Ouest et à Madagascar, aux Comorres, aux Séchelles, et même plus près dans la Caraïbe, pour une race productive adaptée et surtout résistante aux maladies transmises par les tiques. Notre race sur ce point précis n´a pas vraiment de concurrente. Les Brahmans ont un niveau de résistance beaucoup plus faible que les Créoles. Les difficultés sont plutôt d´ordre organisationnelle - il n´y a pas encore de génétique disponible à la vente - et administratives, en particulier sanitaires, ce qui freinent les possibilités d´exportation.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Emmanuelle Ducros © DR
Emmanuelle Ducros : « le RIP pour les animaux est un piège intellectuel "
Emmanuelle Ducros, journaliste économique et spécialiste des questions agricoles à l’Opinion nous éclaire sur le référendum pour…
Face à l’évolution des prix des broutards « incompréhensible et inacceptable », les Eleveurs du grand Massif Central appellent à la rétention de ces animaux en ferme.
Les éleveurs bovins du Grand Massif Central sont appelés à retenir au maximum les broutards en ferme
Les prix des broutards ne cessent de baisser depuis plusieurs semaines, aussi les Eleveurs de races à viande du grand Massif…
Un marché des broutards mâles sérieusement engorgé
La demande n’est pas au rendez-vous pour les taurillons finis et l’abondance de cette marchandise dans la plupart des pays…
Les facteurs de risque d’apparition de l’omphalite sont probablement très nombreux et varient d’un élevage à l’autre. © V. Herry
La prévention des omphalites est complexe

On manque sérieusement de données scientifiques sur les facteurs favorisant l’infection du nombril des…

Malgré un quasi-arrêt en mars et avril, fin juin, le port de Sète avait déjà expédié 40 000 bovins (broutards et génisses laitières). Quelque 121 000 animaux ont été expédiés en 2019 (80 % destinés en Algérie). © Sepab
Export de bovins vivants : l’Algérie permet de maintenir la dynamique des prix
Marché difficile et risqué, l’export de broutards vers l’Algérie reste indispensable pour maintenir une dynamique des prix. Et,…
Le lecteur de glycémie donne directement les résultats dans la pâture.  © B. Gavage
La conséquence d’un déficit énergétique en fin de gestation
Cette vache âgée a perdu beaucoup d’état en fin de gestation. Elle souffre d’une pathologie classique en élevage ovin mais moins…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande