Aller au contenu principal

Le plein de nouveautés pour le prochain Sommet de l’élevage

La grande Halle de Cournon d’Auvergne accueillera le prochain Sommet de l’élevage et ses organisateurs entendent marquer les esprits pour cette trentième édition. Elle aura lieu sur 4 jours, bénéficiera d’un nouveau hall en dur de 10 000 m2. Il sera associé à d’importantes réorganisations pour la disposition des surfaces d’exposition.

Alors que les organisateurs du Space ont récemment annoncé qu’ils faisaient passer la durée de leur salon de quatre à trois jours, ceux du Sommet de l’élevage font l’inverse. La prochaine édition de ce salon aura donc lieu les 5, 6, 7 et 8 octobre prochain (du mardi au vendredi). Cette évolution, couplée au fait que ce soit la trentième édition de ce salon, a été annoncée comme une nouvelle étape clé -la troisième- pour contribuer au développement de cette manifestation. La première ayant été sa création en 1992 à proximité de la base de loisir de Cournon avec, cette année-là, 11 000 visiteurs et 200 exposants. La seconde étape majeure avait eu lieu en 2004 lors de l’arrivée de ce salon à la grande Halle d’Auvergne, laquelle a été créée à l’initiative de Valéry Giscard d’Estaing quand il était Président du Conseil Régional d’Auvergne. C’est d’ailleurs ce nouveau site qui a autorisé la montée en puissance de cet évènement.

Passer le cap des 100 000 visiteurs

Pour cette trentième édition, l’objectif est d’attirer un total de 1 500 exposants et de passer le cap des 100 000 visiteurs. Comme l’a souligné Fabrice Berthon, Commissaire Général de l’évènement depuis sa première édition, cet allongement de la durée du salon vise à fluidifier le flux des visiteurs et à faciliter par la même occasion l’accès en voiture à ce site d’exposition. Cet accès sera qui plus est amélioré par la fin des travaux autoroutiers liés à la mise en deux fois trois voies de l’autoroute A75, le principal axe routier qui depuis le sud vers le nord traverse l’agglomération de Clermont-Ferrand. « Avec un accès au parc expo facilité, les visiteurs disposeront d’un temps de visite plus long ; autant d’opportunités de contacts supplémentaires pour les exposants et une qualité d’accueil améliorée. » a souligné Fabrice Berthon.

10 000 m2 en dur supplémentaires

Autre évolution importante annoncée, la mise en service d’un bâtiment en dur supplémentaire de 10 000 m2 incluant deux nouvelles salles de conférence. Il est actuellement en cours de construction et cela représente un investissement de 20 Millions d’Euros cofinancé par la Région Aura et GL Events (gestionnaire du site). Dénommé tout simplement « Hall 2 » par les organisateurs, il accueillera les exposants du secteur laitier (hors génétique et animaux), ceux liés aux bâtiments et aux énergies renouvelables, ainsi que les « secteurs à fort potentiel de développement » à savoir la transformation de produits laitiers ou carnés à la ferme en vue d’une commercialisation en direct et les énergies renouvelables. « Le hall 1, devenu très dense ces dernières années, sera ainsi aéré. Les allées de circulation seront élargies pour un plus grand confort de visite et de déplacement. » La mise en service de ce nouveau hall se traduira par une évolution de la disposition des différentes surfaces d’exposition et de concours en particulier les espaces consacrés aux bovins de races laitières, aux ovins/caprins et aux équins. En s'étalant dans le temps et dans l'espace, les organisateurs du Sommet espèrent également gagner en confort de visite tout en facilitant le respect de la distanciation sociale.

Webinaires en « live » et « replay »

Enfin, le Sommet de l’Élevage se dote d’une application smartphone afin de se décliner sur un espace digital. Chaque exposant pourra désormais référencer ses produits sur une marketplace et aura la possibilité d’organiser des webinaires en « live » et « replay » grâce à ce nouvel outil mis à leur disposition. De nouveaux services en lignes seront accessibles pour préparer bien en amont sa venue. « Le Sommet est en phase avec son temps, en permettant aux éleveurs de s’adapter et de s’équiper pour répondre aux attentes sociétales, tout en montrant leur savoir-faire technique et génétique », souligne Jacques Chazalet, éleveur ovin dans le Puy de Dôme et Président du salon.Comme cela avait souligné à l’automne dernier cette prochaine édition sera bien couplée au concours National de la race Aubrac pour les bovins viande et Simmental côté laitières.

Décisions des autorités sanitaires

La problématique liée au coronavirus fait forcément une nouvelle fois peser certaines interrogations et les organisateurs restent en cela à la merci des différentes décisions qui pourraient être prises par les autorités sanitaire. Les dernières annonces faites par le gouvernement pour permettre d’accélérer le rythme pour la vaccination des français et plus largement des européens tout au long du premier semestre puis de l’été permettent toutefois d’être raisonnablement optimistes. En cas d'annulation liée à la crise sanitaire, « l'ensemble des sommes consacrées à la participation au Sommet seraient remboursées, comme en 2020 », ont précisé les organisateurs.

 

 

Pour en savoir plus

Sommet de l’élevage

https://www.sommet-elevage.fr/fr/home/

Participation de la race aubrac

https://www.reussir.fr/bovins-viande/les-evolutions-du-climat-nous-confortent-dans-nos-objectifs-de-selection-de-la-race-aubrac

Concours des sommets d’or

https://www.reussir.fr/sommets-dor-2020-14-innovations-pour-les-eleveurs-jugees-par-les-eleveurs

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

« A cause des campagnols terrestres, nos vaches ont mangé de la terre tout l’hiver »
« A cause des campagnols terrestres, nos vaches ont mangé de la terre tout l’hiver »
Alexandra, Jean-Pierre et leur fils Florian Lannez travaillent en Gaec avec 95 vaches sur 140 ha. Ils sont confrontés aux…
De combien augmente le coût de production de la viande bovine avec la flambée des charges ?
L’Institut de l’Elevage a simulé l’impact de la flambée des charges sur le coût de production du kilo de viande bovine.
Fin de la rétention des jeunes bovins
Depuis fin mars, les sorties de jeunes bovins de type viande sont plus importantes. Elles correspondent à un décalage des ventes…
Alexis Thibault, Gaec de la Vallée des Blondes, 250 mères Blondes d’Aquitaine naisseur-engraisseur, 3 associés, à Le Busseau, dans les Deux-Sèvres
[Bioscurité] « J’utilise une cloche pour protéger les cadavres de bovins adultes»
Alexis Thibault du Gaec de la vallée des blondes dans les Deux-Sèvres a acheté une cloche à cadavres de grande dimension, qui…
Angeline, Thierry et Martin Radiguet. « On n’envisageait pas de passer l’exploitation en agriculture biologique sans finir nos animaux. La bascule est un outil indispensable pour piloter cette phase."
D’un système naisseur conventionnel à un système naisseur-engraisseur bio
Au Gaec des Hautes Broudières à Tourouvre au Perche dans le Perche ornais, le passage à l’agriculture biologique a été synonyme d…
Anticiper un recul des disponibilités en paille en réalisant dès à présent un stock de plaquettes
Le bois plaquette a fait ses preuves pour confectionner la litière dans les élevages cultivant peu de céréales mais disposant de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande