Aller au contenu principal

Le plan protéines n’oublie pas l’herbe

© C. Delisle

La stratégie nationale protéines végétales, dévoilée le 1er décembre vise à réduire la dépendance française aux importations de matières riches en protéines, notamment le soja. L’objectif est de doubler les surfaces de plantes riches en protéines (soja, pois, légumes secs, luzerne, légumineuses fourragères…) pour atteindre 8 % de la SAU en 2030. Le plan veut aussi améliorer l’autonomie alimentaire des élevages et développer une offre de produits locaux en matière de légumes secs. Ce plan est doté de 100 millions d’euros sur deux ans provenant du plan de relance de l’économie. Ces soutiens porteront par exemple sur les capacités de séchage des légumineuses fourragères, les capacités logistiques et de transformation des graines riches en protéines ou encore la création d’outils de trituration.

Pour les éleveurs, 20 millions d’euros sont prévus pour améliorer l’autonomie alimentaire des élevages. La moitié servira à aider à investir dans du matériel comme par exemple des toasters, mais aussi des andaineurs, aplatisseurs...et l’autre moitié à cofinancer l’achat de semences de légumineuses pour améliorer les prairies.

La téléprocédure sur le site de FranceAgriMer pour déposer se demande d'aide sera disponible entre le 11 janvier 2021. Le dispositif est ouvert jusqu’au 31 décembre 2022 pour le dépôt des demandes d’aide, et dans la limite des crédits disponibles.

La liste des investissements éligibles se trouve en page 10 de la décision de la directrice N° INTV-SANAEI-2020-75 - Protéines du 17/12/2020 (voir le pdf ci-dessous)

Le montant minimal des dépenses présentées dans la demande d’aide est fixé à 1 000 € HT et le plafond de dépenses éligibles est fixé par demande à 40 000 € HT pour les matériels, et 5 000€ HT pour l’enrichissement des prairies en légumineuses.

Le taux de l’aide est fixé à 40 % du coût HT des investissements éligibles pour les équipements listés en annexe de la décision, avec une majoration de 10 points pour les jeunes.

Pour les CUMA, le plafond des dépenses éligibles est fixé à 150 000€ HT par demande.

Lire aussi concernant le plan de relance le volet des aides aux investissements dans le but de réduire  l’utilisation des intrants Plan de relance - Top départ pour déposer les dossiers de demande de subventions

Lire aussi : Toaster ses protéagineux pour gagner en autonomie

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Pour toucher le bonus haies, il faut faire certifier la gestion durable des haies.
PAC 2023 : un bonus haies de 7 euros l’hectare
Le bonus haies et le nouveau barème pour les infrastructures agroécologiques sont les deux nouveautés de la PAC 2023-2027…
Bovins viande : un revenu 2022 bas, sauf pour les systèmes avec cultures
L'Institut de l'Elevage a simulé sur cas-types le revenu 2022 des élevages bovins viande. Hausse des prix des bovins et hausse…
La convergence aggrave la perte sur l'aide couplée pour les systèmes engraisseurs spécialisés de jeunes bovins, naisseurs-engraisseurs de jeunes bovins et naisseurs-engraisseurs de veaux sous la mère.
PAC 2023 : les aides du premier pilier ne favorisent pas les systèmes qui engraissent
D’après une simulation de l’Institut de l’élevage, les systèmes qui engraissent seraient franchement perdants sur le premier…
Florent Roux du Gaec du domaine des Ravauds à Volesvres en Saône-et-Loire, 150 charolaises sur 260 ha (dont 220 de prairies naturelles).
"Un très bon ensilage d’herbe récolté le 28 octobre"
Les conditions météo de l’automne ont permis à certaines prairies d’exprimer leur potentiel, avec en plus une forte…
En Espagne, la convergence n'est pas favorable aux systèmes engraisseurs.
PAC 2023 : quels choix ont fait nos voisins européens pour les bovins viande ?
Chez nos voisins et partenaires européens, les aides couplées aux bovins viande évoluent globalement peu, et il n’y a pas…
taureau race limousine
A Lanaud, quatre taureaux limousins vendus aux enchères plus de 15 000 euros
100 % des veaux ont été vendus lors des enchères pour la deuxième série de taureaux limousins issus de la station nationale de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande