Aller au contenu principal

Concours national
Le national Limousin en terres pyrénéennes

Pour ses 25 ans d’itinérance, le national Limousin s’est posé au pied des Pyrénées. Un accueil apprécié et quelques surprises dans le palmarès.

Les éleveurs Limousin des trois départements du piémont pyrénéen (Ariège, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées) n’étaient pas peu fiers d’avoir organisé le concours national chez eux, à Saint- Gaudens (Haute-Garonne). Les participants ont apprécié le chaleureux accueil et la qualité des infrastructures. Le concours, qui a mis en lice 420 animaux adultes présentés par 194 éleveurs, se tenait dans le cadre des Pyrénéennes, un salon agricole régional triennal. Ces déplacements hors du berceau sont une façon de « rendre hommage aux éleveurs qui viennent acheter des animaux dans le Limousin », explique Romain Ferrier, directeur de la communication de France Limousin Sélection.


C’était aussi l’occasion de se rapprocher des éleveurs espagnols qui ont un lien privilégié avec la race : une indexation commune avec la France est en train de se mettre en place en Catalogne et au Pays basque. C’est aussi l’aboutissement du travail réalisé depuis plusieurs dizaines d’années par des passionnés pour implanter la Limousine dans le piémont pyrénéen : « Nous avons pu réaliser ce travail en 25 à 30 ans grâce aux qualités de la race Limousine mais aussi grâce au programme de sélection méthodique et rigoureux, fruit de l’intelligence collective », s’enthousiasme Alain Rivière, éleveur en Ariège et l’un des cinq juges du concours.



« Ne pas aller vers des animaux trop lourds »



Montrer le travail réalisé mais pas ques- tion pour autant « d’affronter les éleveurs du berceau, explique Robert Arrouy, prési- dent de la section Midi-Pyrénées du herd- book. Se placer dans les sections, c’est déjà beaucoup. » Surprise de taille néanmoins dans le palmarès, le Gaec Pimpin est resté plus en retrait qu’à l’accoutumée. Si le prix d’ensemble ne pouvait lui échapper tant l’homogénéité de son lot sautait aux yeux, il n’a remporté aucun des deux prix d’honneur adulte. « Deux possibilités s’offraient à moi, a commenté le juge Jean- Pierre Bonnet, lorsqu’il a décerné le prix d’honneur mâle adulte. D’un côté un taureau exceptionnel par son volume et sa taille (Ndlr : Ecolier de l’élevage Pimpin). De l’autre, un animal exceptionnel parce qu’il est complètement en phase avec le marché. Nous devons faire attention à ne pas aller vers des animaux trop lourds et à préserver les facilités de vêlage. » Il a choisi le second, Espagnol. « Recadrer l’orientation de la race à travers cette image symbolique du concours, c’est fort et utile », reconnaissait Alain Rivière.



Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Emmanuelle Ducros © DR
Emmanuelle Ducros : « le RIP pour les animaux est un piège intellectuel "
Emmanuelle Ducros, journaliste économique et spécialiste des questions agricoles à l’Opinion nous éclaire sur le référendum pour…
 © C.Delisle
Un « RIP » qui agace bien des acteurs de la ruralité
Un Référendum d’initiative partagée pour les animaux a été lancé début juillet par le journaliste Hugo Clément. Cette initiative…
Un marché des broutards mâles sérieusement engorgé
La demande n’est pas au rendez-vous pour les taurillons finis et l’abondance de cette marchandise dans la plupart des pays…
Claude Piet (à droite) et Mickaël Lelaure de Terrena. « Le changement le plus net est que les jeunes bovins sont plus calmes et passent plus de temps couchés. » © S. Bourgeois
Une alimentation compacte pour éviter tout tri de la ration
Au Gaec des Puits dans le Maine-et-Loire, de l’eau est ajoutée dans la ration complète des jeunes bovins, depuis deux ans. Ce…
Le bâtiment de la Sepab permet de faire le tampon entre l’arrivée des animaux et leur chargement sur le bateau dans des conditions confortables. A Tarragone (Espagne), principal concurrent de Sète, ils attendent dans les camions ! © Sepab
Sète, le seul port européen certifié bien-être animal
À Sète, les animaux sont choyés dans un bâtiment flambant neuf. L’acheminement et le séjour au port sont certifiés bien-être…
 © C. Mandin
Cédric Mandin, FNB : « il faut se focaliser sur les indicateurs de marché »
Cédric Mandin, éleveur en Vendée et secrétaire général de la Fédération nationale bovine, tire le bilan de l’action de retenue en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande