Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Limousin
Le modèle coopératif se pose des questions


Le positionnement du modèle coopératif répond-il réellement aux attentes des éleveurs ? La question n´est pas nouvelle, mais la réflexion engagée par les six coopératives adhérentes de l´Union bovine du Limousin (UBL)(1) l´est davantage. Pour appréhender la perception du modèle coopératif par les éleveurs bovins et cibler plus finement leurs attentes pour aujourd´hui et demain, l´UBL a procédé à une enquête auprès des professionnels de la filière.

« Le monde bouge et il est important de ne pas rester ancré dans nos certitudes », a souligné Maurice Ardant, animateur de l´UBL avant la présentation des résultats.
Sécurité de paiement, appartenance à une organisation de mise en marché performante et bonne organisation de la logistique de mise en marché des animaux sont les volets le plus fréquemment mis en avant pour souligner le côté positif du modèle coopératif. A l´inverse, ce modèle s´est avéré être souvent critiqué pour le manque de transparence dans son fonctionnement. En résumé la confiance d´un éleveur dans sa coopérative est d´autant plus grande que l´information y circule rapidement, dans le respect des règles du mutualisme et de la transparence.
Mais ce travail a aussi fait émerger beaucoup d´attentes de la part des éleveurs pour tout ce qui est mutualisation des risques entre les différents acteurs de la filière et tout particulièrement sur le sujet d´actualité qu´est la pérennisation ou même la relance de l´engraissement sur les exploitations.

Chercher ensemble des pistes d´amélioration
Ces travaux mettent aussi en avant des besoins différents suivant les adhérents, et notamment la nécessité pour la coopérative de mieux connaître ces derniers et d´être plus accessible pour apporter la bonne réponse à leurs interrogations. « Ce travail a aussi démontré que tous ensemble nous étions capables de nous mettre autour d´une table afin de chercher des pistes d´amélioration », a souligné Philippe Chazette président de l´UBL et de CCBE. Mais comme dans le contexte favorable actuel, certains éleveurs sont fortement tentés d´aller papillonner à droite et à gauche, il a aussi rajouté : « trop souvent la coopération est vue par certains éleveurs comme la valeur refuge lorsque le contexte économique est moins porteur. »
(1) Creuse Corrèze Berry Élevage, Coopérative des éleveurs de la Marche, Groupement limousin bétail et Viande, Les éleveurs du Pays Vert, Bévicor, Les éleveurs corréziens.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Bovins Viande.

Vous aimerez aussi

Vignette
La Turquie a battu en 2018 des records d'importation de broutards
La Turquie a importé 1 210 000 broutards en 2018, soit deux fois plus qu’en 2017. La très grande majorité des animaux sont venus…
Vignette
Un recensement agricole argentin capital à plus d’un titre

En cours de réalisation, les résultats du recensement agricole argentin vont poser les bases des…

Vignette
Le prix du bétail conditionnera le renouvellement des générations
Sans prix du bétail attractif, le renouvellement des générations d’éleveurs va poser problème. Telle pourrait être la conclusion…
Vignette
Le marché des jeunes bovins est assaini
Depuis fin janvier, les stocks de jeunes bovins ont pu être écoulés, et la situation en Italie permet de maintenir les prix,…
Vignette
Elivia en difficulté
Le site d’Eloyes, dans les Vosges, et celui du Mans ferment. Elivia présente son projet pour retrouver son équilibre et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande