Aller au contenu principal

Le marché de la "scottona" s'essoufle

La broutarde destinée à être engraissée en Italie en jeune bovin femelle - la scottona -  a pris beaucoup d'importance dans le marché du maigre depuis trois ans. L'institut de l'Elevage signale dans la lettre mensuelle de conjoncture Tendances que les prix commencent à s'éroder sur ce créneau de marché.

femelle laitonne engraissée en Italie
© S.Bourgeois

"Sur les trois premiers trimestres de 2019, l'Italie a importé 656 000 broutards français. Parmi ces animaux, on dénombrait 260 000 femelles, soit 9 % de plus qu'en 2018 et 10 % de plus qu'en 2017" détaille l'Institut de l'Elevage dans sa lettre mensuelle de conjoncture Tendances

Le développement des envois de femelles est du à une forte demande du marché italien pour cette catégorie d'animaux, et à la décapitalisation du cheptel français.

Ces animaux alimentent notamment le rayon "scottona" (génisse) des GMS et leurs cotations étaient parfaitement stables depuis deux ans. Mais cet automne, l'offre semble supérieure à la demande. La cotation de la femelle Charolaise, à 2.59 euro/kg, a perdu 6 centimes entre début octobre et début novembre et la Limousine, à 2.89 euros/kg, a perdu 2 centimes.

" Les opérateurs espèrent cependant toutefois que l'arrivée des températures hivernales stimulera les achats" explique l'Institut de l'Elevage. "Et les prix des broutardes restent toutefois assez élevés comparés aux années passées." 

 

 

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

[Sursemis des prairies] Dix conseils pour favoriser l’implantation
Pour favoriser le sursemis lors de la rénovation des prairies Bruno Osson de Semae, propose dix conseils à suivre.
Guillaume Hemeryck élève un troupeau salers de très bon niveau génétique, avec de la taille et de la croissance. © S. Bourgeois
Des Salers bien à leur place dans une grande exploitation de cultures
À la SARL du Bois de Nevert, dans la Somme, le troupeau Salers d’une centaine de vaches valorise des prairies au sein d’une…
charolaises pâturage
PAC : Julien Denormandie annonce une baisse de 3 à 4 % des soutiens aux élevages allaitants à l'échéance 2027
A l'issue d'un Conseil supérieur d'orientation de l'économie agricole ce vendredi 21 mai 2021, Julien Denormandie a présenté lors…
Passer du temps à anticiper, à organiser puis, à gérer le pâturage pour le faire durer le plus longtemps possible doit ensuite permettre de limiter le nombre d’heures passées sur un tracteur pour constituer des stocks puis les distribuer. © F. d'Alteroche
Des pistes pour conforter le revenu des élevages bovins viande
Autosuffisance alimentaire, valorisation du produit, productivité numérique, part de l’herbe pâturée dans l’alimentation, coûts…
Le bâtiment mesure 48 m x 19 m. Il est équipé de deux cellules de 120 m3 chacune pouvant stocker 150 tMS au total, d'un automate de ventilation avec variateurs de fréquence et d'une griffe. Des bottes de foin et paille (50 tMS) y sont également stockées. Les panneaux photovoltaïques plein sud couvrent 650 m2 de toit.  © S. Bourgeois
Un séchoir à fourrages pour un élevage bio de 50 charolaises
Benoît Jaunet, éleveur en bio dans les Deux-Sèvres, dispose depuis quatre ans d’un séchoir de fourrages. Un équipement rare en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande