Aller au contenu principal

Le herd-book Limousin contraint à s’adapter à l’arrivée du coronavirus

Le nombre d’élevages adhérents au Herd-book Limousin affiche un léger recul tandis que le nombre de vaches « cotisantes » est en légère progression. L’arrivée du coronavirus se traduit par de nouvelles façons de travailler et de vendre.

A la station de Lanaud les acheteurs ont désormais la possibilité d'acheter les taureaux fraichement évalués en pianotant sur leurs claviers.
© F. d'Alteroche

En léger recul sur la dernière campagne, l’évolution du nombre d’élevages adhérents au Herd-Book Limousin semble calquée sur l’actuelle tendance à la baisse du nombre d’élevage allaitants présents sur le territoire Français. Le HBL totalisait en juin dernier quelques 1.400 numéros de cheptels, soit 37 de moins que sur la campagne précédente, ce qui représente une diminution contenue de 3%. « A l’échelle des sections, Midi-Pyrénées reste sur la 1ère marche du podium avec 214 adhérents, devant la Corrèze avec 171, et la Haute-Vienne, 132. » précise Emilien Rouet, directeur de la communication de France Limousin sélection. Le nombre de vaches cotisantes (70 622) est en légère progression et traduit l’actuelle tendance à la progression de la dimension des cheptels.

Recul de l’activité certification

Le coronavirus semble dès à présent avoir marqué la campagne 2019/2020 avec un recul de l’activité de certification des jeunes reproducteurs en particulier au cours du printemps 2020. Au final la baisse est de 6,4% pour les femelles et de 4,9% pour les mâles sur l’ensemble de l’exercice.

Toujours côté chiffres, cette même campagne 2019/2020 a permis d’évaluer un total de 575 jeunes taureaux à la station nationale de qualification de Lanaud pour un total de 2.262 déclarés par leurs naisseurs. Parmi ces animaux, 449 ont été qualifiés « Espoirs » ou «RJ » ( Reproducteur Jeune ). Proposés aux enchères à l’issue de leur évaluation, 77% des veaux Espoirs se sont vendus le jour de leur mise en vente à 3.206 € de moyenne (contre 76% et 3.155€ sur la campagne précédente) et 99% à une moyenne de 5.021 € pour les RJ (contre 98% et 4.853€ sur la campagne précédente). Une partie d’entre eux poursuivront d’ailleurs leur carrière en dehors de nos frontières et principalement dans d’autres pays membres de l’Union Européenne. La Limousine continue d’ailleurs de séduire les éleveurs étrangers. « Avec 2.132 pedigrees édités sur la campagne, on assiste à une légère diminution par rapport aux campagnes précédentes (-194 par rapport à 2018-2019). » précise Emilien Rouet. Les principaux importateurs de cette génétique sont les italiens avec 457 femelles et 92 mâles, les espagnols (412 et 111), les serbes (206 et 4), les hongrois (141 et 31) et les croates (106 femelles). Viennent ensuite la Pologne, la Lituanie, la Belgique et la Roumanie. Une vingtaine de pays d’Europe importe la génétique Limousine.

Bilan financier sain

La campagne 2019/2020 s’est par ailleurs conclue sur un bilan financier parfaitement sain et les comptes du Herd-Book Limousin lui permettent de l’aveu de son Président Jean-Marc Alibert d’être « assis sur de bonnes bases ». La campagne 2020/2021 sera pour les éleveurs Limousin comme toute la société française marquée du sceau du coronavirus, responsable en particulier de l’annulation du concours National. Il aurait du avoir lieu à Limoges du 18 au 20 septembre, couplé au Congrès international de la race limousine.

A l’image de son Assemblée Générale qui a eu lieu par écrans interposés, l’arrivé du coronavirus s’est aussi traduite pour les adhérents du herd-book Limousin par une utilisation accrue des outils informatiques. « Aujourd'hui, nous nous voyons à travers des écrans, nous communiquons via nos claviers d’ordinateurs ou de téléphones et les ventes se font en ligne, à l'image des Espoirs et des RJ de la dernière série de la campagne précédente et de la première série 2020-2021 de la Station Nationale de Qualification de Lanaud. » a souligné Jean-Marc Alibert. Et d’appeler également à utiliser davantage ces outils pour « soutenir et aider à l’amplification de la communication raciale, essentielle dans un contexte de défiance vis à vis de la viande et de ceux qui la produisent. »

 

Lire aussi : Sélectionner sur la durée de l’anoestrus post-partum en race Limousine

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Lorsqu’elle est en position haute, la partie inférieure de la barrière se situe à 5 mètres du sol et n’est donc pas pénalisante pour rentrer dans la stabulation avec du gros matériel et en particulier pour curer le fumier. © F. d'Alteroche
Une stabulation aux nombreuses astuces
Au Gaec de l’Armançon en Côte-d’Or, la principale stabulation héberge 128 vaches suitées. Elle intègre différents équipements mis…
Les jeunes bovins au plus bas alors qu’ils devraient être au plus haut
Alors qu’ils devraient être au plus haut à cette période de l’année, les prix des taurillons finis sont au plus bas. Peu prisée…
La vente directe représente le  débouché pour en moyenne une vache par mois, parmi celles âgées de huit ans maximum. L'éleveur vend également en direct à peu près six veaux par an. © S. Bourgeois
Différents régimes pour l'engraissement des vaches de race Blonde d'Aquitaine
Des séries d’essais ont été menées dans le cadre du projet Défiblonde entre 2016 et 2020 pour affiner les connaissances sur les…
Franck Baechler. "Le bétail aide à redynamiser les flux de carbone." © S. Bourgeois
Franck Baechler : être autonome et construire mon sol
Installé depuis trois ans en agriculture de conservation des sols dans le Loir-et-Cher, Franck Baechler a introduit dans son…
Jérôme Mélard, éleveur à Puttigny en Moselle, diversifie les débouchés de son atelier d'engraissement avec des génisses Prim'herbe.  © Cloe
Des babynettes avec au moins 35 % d’herbe pour la filière Prim’herbe
L’union de coopératives Cloé démarre un partenariat avec le groupe Carrefour. La filière Prim’herbe vise à approvisionner le…
Le nombre de petits cheptels ne cesse de diminuer mais la progression des unités de grande dimension tend à se stabiliser.
Fortes évolutions démographiques à prévoir pour les systèmes allaitants
À la demande d’Interbev et de la Confédération nationale de l’élevage, l’Institut de l’élevage a analysé la décapitalisation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande