Aller au contenu principal

Le groupe Gascon construit son avenir

Fin novembre, le groupe Gascon a inauguré son éco-espace multifonctions et a présenté son projet d’avenir 2019-2023 qui comprend notamment une nouvelle identité pour la race.

Pour mieux identifier son origine, la Gasconne se dote d’une nouvelle identité : elle se nommera désormais Gasconne des Pyrénées.
© Groupe Gascon

Au terme de deux ans de travaux, le groupe Gascon a pris ses quartiers à la station Pepirag, de Villeneuve-du-Paréage en Ariège, dans son nouvel espace multifonctions. Ces aménagements vont permettre à toute la filière de disposer d’une vitrine pour mettre en avant la race et ses produits auprès de visiteurs extérieurs. Cet espace est équipé d’un ring de présentations et de démonstrations et allie modernité, technicité et écologie : collecte des eaux pluviales, gestion des effluents, structure en bois avec panneaux photovoltaïques…

En parallèle, le groupe Gascon a présenté son projet racial 2019-2023. « Tous les cinq ans, les éleveurs de la race ont pris l’habitude de prendre du recul pour réviser le programme racial. Un état des lieux précis sur l’organisation collective a été réalisé en 2016 pour les dix ans du groupe. Suite à ce travail, les responsables actuels gascons ont pris conscience du carrefour historique où ils se retrouvent aujourd’hui et ont décidé de lancer une réflexion profonde avec les jeunes éleveurs », explique Alfred Vismara, éleveur dans l’Aude et président du groupe Gascon. Ils ont ainsi proposé des idées de rénovation portant à la fois sur le modèle économique, sur l’organisation humaine et sur l’identité de la race.

Une nouvelle identité pour la race

Afin d’affirmer l’ancrage dans son territoire de la race Gasconne, l’équipe dédiée au projet racial a souhaité que le nom de la race soit associé à son berceau. Comme 85 % du cheptel se trouve dans la région Occitanie dont les deux tiers dans les Pyrénées, la race se nommera dorénavant la Gasconne des Pyrénées. « L’enjeu de ces travaux est de fédérer autour d’une identité affirmée. Le groupe recherche une homogénéité raciale sur les Pyrénées pour conférer à la race une identité commerciale efficace en amont et en aval », assure François Toulis, président de la station Pepirag, avant de poursuivre : « ce lieu rénové et le projet d’avenir porté par des jeunes éleveurs témoignent que la Gasconne des Pyrénées est la réponse à un développement optimal de notre territoire. Il est donc important de garder un lien fort entre notre race et son territoire pour que le potentiel d’élevage et commercial s’exprime au mieux. »

Les plus lus

Bovins viande : un revenu 2022 bas, sauf pour les systèmes avec cultures
L'Institut de l'Elevage a simulé sur cas-types le revenu 2022 des élevages bovins viande. Hausse des prix des bovins et hausse…
« Le marché italien et le développement de primes spécifiques à la vache allaitante, ont véritablement permis le maintien et le développement du naissage en France, notamment dans les zones défavorisées », souligne Philippe Chotteau, chef du département économie de l’Institut de l’élevage.
Bovins viande : vers un retour aux faibles effectifs des années 1980 ?
Rétrospective avec Philippe Chotteau, chef du département économie de l’Institut de l’élevage, sur les évènements qui ont jalonné…
taureau race limousine
A Lanaud, quatre taureaux limousins vendus aux enchères plus de 15 000 euros
100 % des veaux ont été vendus lors des enchères pour la deuxième série de taureaux limousins issus de la station nationale de…
Stéphanie Mocques-Goure donne la priorité aux résultats économiques. Sur son exploitation, tout est géré au mieux pour limiter les charges et pouvoir se dégager un revenu.
Bovins viande : « Je veux vivre de mon métier »
À Beaufort-en-Anjou dans le Maine-et-Loire, Stéphanie Mocques-Goure a transformé en profondeur son système pour réussir à se…
Les cours des broutards charolais stabilisés à haut niveau
Les cours des broutards charolais stabilisés à haut niveau
Durant les derniers mois de l’année 2022, les cours des broutards sont restés stables ou ont à peine diminué.
Avant de faire entrer les animaux dans les cases, il convient d’étaler avec un godet une dizaine de centimètres d’écorce broyée puis de « pailler » une à deux fois par semaine.
Des écorces de bois comme alternative à la paille
Les plaquettes de bois ne sont pas le seul produit issu de la biomasse forestière à pouvoir être utilisé comme alternative à la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande