Aller au contenu principal

Le groupe Feder se penche sur la babynette

Pour mieux cibler les itinéraires techniques, le groupe coopératif Feder a commencé à analyser la production de babynettes auprès d’une quinzaine de ses adhérents.

© Feder

La production de génisses primeurs, également appelées « babynettes », connaît un certain développement depuis le début des années 2010. Un produit qui permet de raccourcir le cycle de production — comparativement à la génisse lourde abattue à partir de 30 mois —, avec une gamme de poids carcasse permettant une dimension des muscles bien en phase avec les attentes de la distribution et des chaînes de restaurants spécialisées dans les grillades. Pour mieux cibler les itinéraires techniques permettant de produire ces animaux, le groupe coopératif Feder a fait réaliser  une enquête chez une quinzaine de ses adhérents. « On trouve deux variantes selon les exploitations : la génisses de 16 mois mise à l’engraissement dès le premier hiver suivant le sevrage et la génisse de 26 mois remise à l’herbe une seconde fois », précise Benoît Simonet, en charge de cette étude. Pour les premières, le poids carcasse oscille entre 300 et 350 kilos. Pour les secondes, il est un peu plus lourd et s’approche parfois de celui de génisses de 30 mois. Les animaux étudiés étaient principalement de race Charolaise avec également quelques croisées Salers. Différents types de rations sont utilisées pour la finition. « Si on se fie aux performances et surtout au coût alimentaire, l’enrubannage d’herbe semble le meilleur fourrage pour leur engraissement. Il devra cependant être de qualité (présence de légumineuses) pour que la complémentation soit la moins importante possible. On apportera tout de même des correcteurs énergétiques (céréales) et azoté (tourteaux…) afin d’atteindre un seuil de 95 à 100 PDI/UF et une densité énergétique proche de 0,95 pour un GMQ d’environ 1 200 grammes », rapporte Benoît Simonet. L’ensilage de maïs est analysé comme une solution pour limiter l’apport de céréales si rendement et richesse en grain ne sont pas pénalisés par la météo. « Sans irrigation, les quantités et la qualité sont aléatoires. »

Une viande entre le rose clair pour les plus jeunes et le rouge clair


La ration sèche ne s’imposera qu’en cas de pénurie de fourrages. « Elle nécessite une bonne technique d’engraissement et de la surveillance, car un déséquilibre est vite pénalisant. De plus, malgré de bonnes performances, son coût est un réel frein à son utilisation. » Côté GMQ, la moyenne s’établie à 1210 grammes pour l’ensemble des lots suivis. « On observe une légère relation entre le poids de carcasse des vaches de réforme qui reflète le gabarit du troupeau et les performances des génisses. » Mais ces femelles sont des laitonnes non conservées pour le renouvellement lors du tri post-sevrage. Elles sont censées être les moins bonnes du troupeau.
Une fois abattues, les carcasses sont plutôt grasses, mais il s’agit de gras de couverture, donc guère pénalisant. La couleur de viande oscille entre le rose clair (pour des animaux abattus avant 15 mois) et le rouge clair. « Mais en général on observe une couleur de viande plus foncée que des taurillons montrant le rôle d’une plus grande précocité de la part des femelles. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Grandes Cultures
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
filet brise-vent
Plan de relance : des aides pour la biosécurité et le bien-être animal
Le volet agricole du plan de relance comprend une mesure « pacte biosécurité et bien-être animal ». Le dispositif sera piloté par…
Cette année, la campagne de vêlages se passe vraiment bien avec 85 % de vêlages sans aide, et les retours en chaleurs sont nettement plus rapides qu’auparavant. Pour certaines, c’est quinze jours après le vêlage. © S. Bourgeois
Une approche globale pour une reproduction au top
Des vaches bien préparées au vêlage retournent vite en chaleurs. C’est l’expérience qu’a faite Jean-Michel Michelot, éleveur dans…
Le plan protéines n’oublie pas l’herbe

La stratégie nationale protéines végétales, dévoilée le 1er décembre vise à réduire la…

"Un veau qui ne se lève pas se remarque rapidement ce qui permet de le prendre en charge sans délai », soulignent les éleveurs interrogés sur leur conduite de limitation des tétées. © C. Delisle
Y a-t-il un intérêt à limiter l’accès des veaux à leurs mères ?
Dans le cadre du projet Optirepro, l’Institut de l’élevage et la chambre d’agriculture des Pays de la Loire se sont penchés sur…
Laurent Poirier, naisseur engraisseur de Charolaises. « Je ne vois pas le blocage des veaux comme une contrainte mais plutôt comme l’opportunité de faire un point sur la production laitière de mes vaches. » © C. Delisle
« Mes veaux sont plus dociles et homogènes avec la limitation des tétées »
Laurent Poirier trouve de nombreux avantages à limiter les tétées à deux lâchers par jour à compter de la rentrée stabulation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande