Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Le groupe Bigard s’engage avec Unébio

Le 20 février, le numéro un de la viande en France, le Groupe Bigard, a signé un contrat avec l’Union des éleveurs bio, Unébio, premier réseau d’éleveurs bio. Ce partenariat vise à répondre à la demande croissante des consommateurs en viande bio. Il constitue l’engagement le plus conséquent signé à ce jour en matière de viande bovine biologique. Ce contrat prévoit l’achat à UNEBIO de l’équivalent de 7 500 bovins bio par an issus des troupeaux laitiers et allaitants selon une grille de prix garantis et stables au cours de l’année.

Les animaux seront transformés par les différents sites agréés AB des entités du Groupe Bigard, Charal, Socopa et Galais Viandes au plus près des fermes où ils ont été élevés. Cette filière s’adressera à l’ensemble des circuits de distribution, de la grande distribution (rayons LS et traditionnel) à la boucherie artisanale et proposera carcasses entières, découpes et UVCI, en particulier du steak haché, dont la demande est particulièrement dynamique.

« Le fait de disposer de débouchés et de prix garantis constitue un élément de rassurance essentiel pour les éleveurs. A nous de répondre à cet engagement en assurant une qualité régulière. Ce qui est en jeu, c’est le maintien d’exploitations bio, l’accompagnement à la conversion, voire l’installation de jeunes éleveurs », estime de son côté Guillaume Lejal, le directeur général d’UNEBIO

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Florent Calmès. « Je travaille plus sur le coût de production que sur le GMQ. » © B. Griffoul
Chez Florent Calmès : simplifier le travail pour gérer seul un cheptel de 125 vaches
Florent Calmès, installé dans l’Aveyron, ne fait pas de compromis sur le résultat économique mais a fortement simplifié le…
Élodie et Florent Gobet élèvent 75 à 80 Charolaises à Propières dans le Rhône) et commercialisent tout en vente directe. © Gaec Gobet
Chez Elodie et Florent Godard : « avec le confinement, la demande en vente directe a nettement augmenté »

« Avec mon mari, Florent, nous élevons 75 à 80 Charolaises à Proprières, dans le Rhône. Je gère l…

clôture virtuelle Nofence
Un premier test de clôtures virtuelles par Arvalis
Arvalis a testé pendant deux mois à l’automne 2019 le système de clôtures virtuelles Nofence à la ferme expérimentale de Saint-…
Didier Guillaume a annoncé une prochaine réunion au ministère pour débattre sur le prix trés dégradé de la viande bovine à la production.
[Covid 19] Selon Didier Guillaume, la baisse de rémunération des éleveurs bovins est « inadmissible »
La dégringolade du prix des bovins finis suscite un sentiment de dégoût chez les éleveurs et ne va pas inverser l’actuelle…
Antoine et Pascal Perrin ont apprécié que cette plante valorise très bien l’eau tombée. © C. Sudraud/SAS Scanner
"Le sorgho fourrager multicoupe pour compléter les stocks"
Le Gaec Perron a cultivé en 2019 du sorgho fourrager multicoupe sur 3,5 hectares. Semé mi-mai, en choisissant une variété bon…
Quentin Alteyrac. « Les 280 hectares conduits en pâturage de précision représentent le cœur de la ferme. Ils sont d’un seul tenant. Seule une route avec peu de passages sépare la partie garrigue, exposée Sud, de la partie prairie exposée Nord. Chaque parcelle a son point d’eau. » © Ferme de Fajac
Quentin Alteyrac dans l'Aude : « améliorer l’efficience du système dans son ensemble »
Dans l’Aude, sur la ferme de Fajac, gérée par Quentin Alteyrac, lorsque le système tout herbe a été modifié pour mettre en place…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande