Aller au contenu principal

Le Gouvernement confirme son opposition à l'accord UE Mercosur

A la remise du rapport d'experts le 18 septembre 2020, le Premier Ministre a réaffirmé que la France s'oppose à cet accord "en l'état". Les organisations professionnelles demande une nouvelle fois le rejet de cet accord.

UE Mercosur
© DR

Une commission d’experts indépendants, présidée par l’économiste de l’environnement Stefan Ambec, directeur de recherche à l’INRAE et à la TSE a remis le 18 septembre 2020 à Jean Castex son rapport sur l’impact du projet d’accord de libre-échange entre l’Union européenne et les pays du Mercosur. Jean Castex a confirmé que la France s’opposait à cet accord « en l’état ».

 

 

Les négociations de l’Accord d’association entre l’Union européenne et le Mercosur (Argentine, Brésil, Paraguay, Uruguay) ont été conclues le 28 juin 2019 pour le volet commercial, et le 18 juin 2020 pour le volet de dialogue politique et de coopération.

Déjà en août 2019, en marge du sommet du G7 à Biarritz, le Président de la République avait indiqué que la France ne pouvait pas soutenir l'accord UE-Mercosur en l’état, compte tenu de l’orientation prise par les politiques publiques de ce bloc de pays qui vont clairement à l'encontre des objectifs collectifs de l'Accord de Paris. Et le rapport avait été commandé.

Ce rapport met en lumière l’impact potentiel de l’accord commercial sur l’augmentation de la déforestation dans les pays du Mercosur. Ensuite, elles soulignent le niveau d’ambition insuffisant de ce projet d’accord en tant qu’outil pour amener nos partenaires commerciaux à une meilleure prise en compte du dérèglement climatique et de la protection de la biodiversité, notamment via le respect de l’Accord de Paris.

Dans son communiqué du 18 septembre, le Gouvernement considère qu’il est nécessaire de concentrer les travaux en particulier sur l’élaboration de dispositions pouvant permettre de s’assurer :

  • Qu’un accord d'association avec le Mercosur ne puisse en aucun cas entraîner une augmentation de la déforestation importée au sein de l’Union européenne ;
  • Que les politiques publiques des pays du Mercosur soient pleinement conformes avec leurs engagements au titre de l'Accord de Paris, qui font partie intégrante de l’accord d'association ;
  • Que les produits agroalimentaires importés bénéficiant d’un accès préférentiel au marché de l’Union européenne respectent bien, de droit et de fait, les normes sanitaires et environnementales de l’Union européenne. Un suivi de ces produits sera effectué.

Ceci avant d’envisager toute reprise du processus vers un accord entre l’Union européenne et le Mercosur. Pour ce faire, le comité de suivi de la politique commerciale, présidé par le ministre délégué auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, chargé du commerce extérieur et de l’attractivité, M. Franck Riester, sera étroitement consulté.

La FNB considère au vu de ce rapport l'accord entre l'UE et le Mercosur indéfendable. "L’accord avec le Mercosur doit être rejeté dès la première étape de ratification, c’est-à-dire le vote en vue de sa signature par les Etats membres, au Conseil de l’UE, que l’ancien Commissaire européen au Commerce, Phil HOGAN, avait récemment annoncé « pour le mois d’octobre »" conclut le communiqué du 18 septembre de l'organisation.

Interbev réaffirme sa demande de rejet de l'accord. "Dans le respect de nos territoires comme de nos citoyens, l'Interprofession refuse d'accepter tout autre accord qui donnerait lieu à l'importation de viandes ne respectant pas strictement les normes imposées aux producteurs européens sur le plan sanitaire, environnemental et du bien-être animal."

La FNSEA et JA saluent dans leur communiqué du 18 septembre le "non" du Gouvernement. "Au-delà de cette prise de position que nous attendions, c’est le concept même des accords de libre échange qui doit être revu pour promouvoir un commerce régulé, un traitement différencié du secteur agricole et permettre à tous les pays du monde une souveraineté alimentaire solidaire. N'importons pas l'agriculture que nous ne voulons pas !

 

 

La Coordination Rurale, dans son communiqué du 18 septembre conjoint avec 43 organisations d'agriculteurs de quatorze pays européens, demande  non pas des corrections, mais une réorientation complète de la politique commerciale. "Les importations croissantes et non qualifiées des pays du Mercosur intensifient la pression sur les coûts pour les familles d’agriculteurs et les paysans européens. "

 

 

Lire aussi : Les traités de libre-échange menacent la viande française

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Le cadran de Saint Yrieix en Haute-Vienne a fermé ses portes
Inauguré en décembre 2019, le marché au cadran de Saint-Yrieix-la-Perche a cessé ses activités depuis le 1er avril dernier.  
Philippe Bosc. "L'association ray- grass hybride + trèfle violet est comme toutes les prairies et céréales mise en place en semis direct sans aucun travail du sol et ceci depuis 26 ans." © F. d'Alteroche
"Je sème mes prairies sous le couvert d'un méteil"
Des fourrages de qualité sont déterminants pour favoriser la fertilité et avoir des vêlages les plus groupés possible. Philippe…
pâturage vaches allaitantes sécheresse
Semae : dix voies d’adaptation des systèmes fourragers au changement climatique

Dans un communiqué du 15 avril, Semae -…

Bernard Ducros. « Nous sommes à l’optimum pour la valorisation des bêtes. Notre prochain challenge va être de réduire les charges. » © B. Griffoul
Du veau d’Aveyron en autonomie complète
Dans le Tarn, Bernard Ducros élève seul 100 vaches en système veau d’Aveyron et du Ségala et produit la totalité de l’…
Des fiches pour réussir son bâtiment logettes en vaches allaitantes
Communes dans les élevages laitiers, les stabulations à logettes sont nettement moins fréquentes dans les systèmes allaitants. L’…
Quentin Dupuis. « On renouvelle nos prairies au fur et à mesure, en intégrant des légumineuses. Les trèfles violets et blancs correspondent bien à notre exploitation. » Tous les lots sont conduits en pâturage tournant. © C. Delisle
[Légumineuses] "De la protéine dans 60 % des prairies temporaires"
Chez Didier et Quentin Dupuis à Vausseroux dans les Deux-Sèvres, l’herbe est une culture aussi importante que les céréales. Pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande