Aller au contenu principal

Engraissement
Le dispositif de sécurisation pour les investisseurs est prêt

La Fédération nationale bovine et la Fédération nationale de la coopération bétail et viandes ont mis au point un dispositif de gestion des flux de trésorerie pour sécuriser les résultats des ateliers d´engraissement. Il vise la création de 100 000 places d´engraissement dont 15 000 places en 2006.


La FNB et la FNCBV planchaient depuis deux ans avec le ministère de l´Agriculture et l´Office de l´élevage sur un dispositif de sécurisation de l´engraissement. Il est maintenant défini. Une circulaire est sortie en mai, et quelques dossiers sont même déjà prêts.
C´est la création de nouvelles places d´engraissement dans des ateliers spécialisés qui est visée. « La professionnalisation des ateliers et la gestion du risque lié à cette activité constituent des conditions pour son maintien », expliquent dans un communiqué commun la FNB et la FNCBV.
« Le dispositif ne vise ni à garantir les prix, ni à intervenir sur leur constitution. L´économie de marché devant rester primordiale », notent aussi les deux fédérations. Ce plan est conçu pour rester compatible avec la réglementation sur le niveau des aides à la production définie dans le cadre de l´OMC. « Il s´agit de régulariser les flux de trésorerie d´une année à l´autre, pour rendre les élevages plus solides pour rembourser les investissements, et ceci sur une durée limitée », expliquent la FNB et la FNCBV.

Le dispositif s´inscrit d´autre part en complément des autres programmes en faveur de l´élevage, en particulier des projets filière ou du plan de modernisation des bâtiments.
Il s´inspire de ce que certaines OP (organisations de producteurs) ont mis en place depuis quelques années. L´organisation de producteurs définit pour chaque année un prix de revient au kilo de carcasse pour un type donné d´animaux (jeunes bovins de moins d´un an, jeunes bovins laitiers.) Si sur une année donnée, le produit réalisé par l´éleveur ramené au kilo de carcasse est compris entre 95 % et 105 % de ce prix de revient, le dispositif n´intervient pas, il est dit « en plage neutre ».
En revanche, si le produit réalisé est en-dessous de 95 % du prix de revient, l´éleveur recevra une compensation. Et si son produit est supérieur à 105 %, il rétrocède au dispositif une partie de l´écart entre le prix de revient et le produit réalisé.
Pour les jeunes bovins, le dispositif concernera les élevages créant au moins cinquante places pour atteindre une taille minimum de cent places. ©S. Bourgeois

Favoriser la professionnalisation de l´engraissement
Pourront en bénéficier les éleveurs adhérents d´une organisation de producteurs qui contractualisent leurs animaux pour une durée minimale de cinq ans. La création d´au minimum cinquante nouvelles places d´engraissement pour une taille finale d´au moins cent places pour les jeunes bovins (ou bien de cinquante places pour des boeufs et génisses) est aussi requise, « pour atteindre une dimension économique d´atelier jugée viable. » Les OP commerciales sont les mieux préparées pour en faire bénéficier leurs adhérents mais le plan est aussi accessible aux OP non commerciales.
Les organisations de producteurs seront les gestionnaires du dispositif. Il n´y aura pas de « caisse nationale », mais une caisse par filière et type d´animaux produits (jeunes bovins de moins d´un an, jeunes bovins laitiers.) entre les OP et les entreprises d´abattage qui travaillent ensemble, et qui s´entendront sur les moyens à mettre en oeuvre. L´état versera une aide plafonnée à 2000 euros par éleveur, une autre partie de l´argent sera importée du Fonds de l´élevage et les entreprises d´abattage abonderont la caisse. L´objectif est la création de 15 000 places d´engraissement par an.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Lorsqu’elle est en position haute, la partie inférieure de la barrière se situe à 5 mètres du sol et n’est donc pas pénalisante pour rentrer dans la stabulation avec du gros matériel et en particulier pour curer le fumier. © F. d'Alteroche
Une stabulation aux nombreuses astuces
Au Gaec de l’Armançon en Côte-d’Or, la principale stabulation héberge 128 vaches suitées. Elle intègre différents équipements mis…
Les jeunes bovins au plus bas alors qu’ils devraient être au plus haut
Alors qu’ils devraient être au plus haut à cette période de l’année, les prix des taurillons finis sont au plus bas. Peu prisée…
La vente directe représente le  débouché pour en moyenne une vache par mois, parmi celles âgées de huit ans maximum. L'éleveur vend également en direct à peu près six veaux par an. © S. Bourgeois
Différents régimes pour l'engraissement des vaches de race Blonde d'Aquitaine
Des séries d’essais ont été menées dans le cadre du projet Défiblonde entre 2016 et 2020 pour affiner les connaissances sur les…
Franck Baechler. "Le bétail aide à redynamiser les flux de carbone." © S. Bourgeois
Franck Baechler : être autonome et construire mon sol
Installé depuis trois ans en agriculture de conservation des sols dans le Loir-et-Cher, Franck Baechler a introduit dans son…
Le nombre de petits cheptels ne cesse de diminuer mais la progression des unités de grande dimension tend à se stabiliser.
Fortes évolutions démographiques à prévoir pour les systèmes allaitants
À la demande d’Interbev et de la Confédération nationale de l’élevage, l’Institut de l’élevage a analysé la décapitalisation…
Une rémunération possible des éleveurs pour les efforts fournis en matière de réduction de l’empreinte carbone
Les webinaires d’automne de l’Institut de l’élevage ont été l’occasion de faire un point sur le plan carbone de la filière viande…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande