Aller au contenu principal

Groupama : « le développement de l’assurance prairie reste confidentiel »

Lancée en 2016, l’assurance prairie subit la concurrence du fonds de garanties des calamités agricoles, préjudiciable à son développement. Interview de Delphine Létendart, directrice du marché agricole et Guillaume Suc, responsable assurance climatique sur récoltes, chez Groupama.

limousines suitées au pré
© C.Delisle
Guillaume Suc, responsable assurance climatique sur récoltes, chez Groupama © DR

Comment fonctionne l’assurance prairie ?

Guillaume Suc - L’assurance prairie assure un capital défini à partir du besoin fourrager de l’exploitation. L’éleveur détermine lui-même la quantité d’herbe à assurer en fonction de son cheptel, des autres apports fourragers hors prairies (maïs ensilage…) et des achats d’aliments. Le prix assuré est fixé par l’éleveur et correspond au prix moyen de rachat en fourrages sur l’exploitation, en tonnes de matière sèche. Il décide également du seuil de risque qu’il souhaite prendre, entre 20 et 30 %.
Les souscriptions s’effectuent de novembre à mi-mars pour une couverture jusqu’au 30 novembre de l’année. L’ensemble des modalités se fait en ligne.
L’assurance prairie se base sur une couverture indicielle qui permet de suivre la quantité d’herbe produite tout au long de la campagne à partir d’un suivi par satellite. On détermine un indice de référence historique sur les cinq dernières années, après retrait de la meilleure et de la plus mauvaise, pour éviter une vision de sous ou de surestimation du potentiel de production.
Si l’indice de l’année estime une perte supérieure à votre référence historique et au seuil d’intervention choisi, une indemnité sera automatiquement versée au souscripteur sans déclaration préalable.
Ce contrat est subventionné par les pouvoirs publics dans le cadre de la PAC jusqu’à 65 %.

Où en est l’évolution des souscriptions ?

G. - S. - Lors du lancement de l’assurance prairie, nous avons volontairement choisi de limiter le nombre de souscripteurs afin d’améliorer le produit dans une logique de coconstruction.
Delphine Létendart - Aujourd’hui, le dispositif fonctionne parfaitement mais rencontre une contrainte principale à son développement : il est en compétition avec le fonds de garanties des calamités agricoles, proposé par l’État. Ce dernier, qui exclut les éleveurs assurés, part d’une situation différente pour la mesure des pertes et dispose de modalités de seuil et de franchise distinctes. Les souscripteurs d’une assurance prairie ont ainsi un sentiment d’inéquité.
Tous les acteurs travaillent sur le sujet pour trouver des solutions et les conditions nécessaires au développement de l’assurance prairie.
Ainsi, sur le territoire, tous prescripteurs confondus, moins de 2 % des prairies sont assurées.

Quel est le profil des éleveurs ayant d’ores et déjà souscrit un tel contrat d’assurance ?

Delphine Létendart, directrice du marché agricole chez Groupama © M. Fayol
D. - L. – On assure des prairies sur l’ensemble du territoire, avec une légère tendance supérieure dans la partie Est de la France. Le profil des souscripteurs est assez varié mais on trouve principalement des éleveurs de bovins, lait, viande ou mixte avec une moyenne à 150 UGB pour 110 hectares de SAU. Le seuil de déclenchement de l’assurance généralement choisi est en moyenne à 25 %. Le contrat étant personnalisable, le coût est variable. Toutefois, les cotisations s’élèvent en moyenne à 21 euros/UGB et 31 euros/hectare avant subvention, soit respectivement à 10 et 14 euros, subvention déduite. Le taux de subvention est en moyenne d’environ 50 % et peut atteindre 65 % pour les contrats sans garanties complémentaires.

En 2019, année climatique très sèche, quel a été le taux de déclenchement de l’assurance ?

D. - L. - L’année dernière, la moitié de notre portefeuille a déclenché automatiquement une indemnisation avec une perte pouvant aller jusqu’à 75 % du potentiel de production. Ceci prouve bien que la protection du besoin fourrager des prairies fonctionne en cas d’aléas climatiques.

Une protection du besoin fourrager efficace en cas d’aléas climatiques

17 événements climatiques sont garantis

Coup de chaleur, coup de froid, coup de soleil, excès d’eau, excès de température, gel, grêle, humidité excessive, manque de rayonnement solaire, pluies torrentielles, pluies violentes, poids de la neige ou du givre, sécheresse, températures basses, tempête, tourbillon, vent de sable…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Les litières sont composées de paille mais également de plaquettes forestières issues de l’entretien des nombreuses haies présentes sur le parcellaire avec le choix récent d’en laisser « monter » quelque unes pour conforter la ressource en bois sur pied et s’adapter aux évolutions du climat avec davantage d’ombre en été. © F. d'Alteroche
"Un maximum de productivité par UTH et par UGB avec mon troupeau Charolais"
Bonne productivité numérique, mortalité maîtrisée, croissances de bon niveau, vêlage à deux ans de plus en plus fréquent… Tous…
Le cadran de Saint Yrieix en Haute-Vienne a fermé ses portes
Inauguré en décembre 2019, le marché au cadran de Saint-Yrieix-la-Perche a cessé ses activités depuis le 1er avril dernier.  
pâturage vaches allaitantes sécheresse
Semae : dix voies d’adaptation des systèmes fourragers au changement climatique

Dans un communiqué du 15 avril, Semae -…

Bernard Ducros. « Nous sommes à l’optimum pour la valorisation des bêtes. Notre prochain challenge va être de réduire les charges. » © B. Griffoul
Du veau d’Aveyron en autonomie complète
Dans le Tarn, Bernard Ducros élève seul 100 vaches en système veau d’Aveyron et du Ségala et produit la totalité de l’…
Philippe Bosc. "L'association ray- grass hybride + trèfle violet est comme toutes les prairies et céréales mise en place en semis direct sans aucun travail du sol et ceci depuis 26 ans." © F. d'Alteroche
"Je sème mes prairies sous le couvert d'un méteil"
Des fourrages de qualité sont déterminants pour favoriser la fertilité et avoir des vêlages les plus groupés possible. Philippe…
Des fiches pour réussir son bâtiment logettes en vaches allaitantes
Communes dans les élevages laitiers, les stabulations à logettes sont nettement moins fréquentes dans les systèmes allaitants. L’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande