Aller au contenu principal

Groupama : « le développement de l’assurance prairie reste confidentiel »

Lancée en 2016, l’assurance prairie subit la concurrence du fonds de garanties des calamités agricoles, préjudiciable à son développement. Interview de Delphine Létendart, directrice du marché agricole et Guillaume Suc, responsable assurance climatique sur récoltes, chez Groupama.

limousines suitées au pré
© C.Delisle
Guillaume Suc, responsable assurance climatique sur récoltes, chez Groupama © DR

Comment fonctionne l’assurance prairie ?

Guillaume Suc - L’assurance prairie assure un capital défini à partir du besoin fourrager de l’exploitation. L’éleveur détermine lui-même la quantité d’herbe à assurer en fonction de son cheptel, des autres apports fourragers hors prairies (maïs ensilage…) et des achats d’aliments. Le prix assuré est fixé par l’éleveur et correspond au prix moyen de rachat en fourrages sur l’exploitation, en tonnes de matière sèche. Il décide également du seuil de risque qu’il souhaite prendre, entre 20 et 30 %.
Les souscriptions s’effectuent de novembre à mi-mars pour une couverture jusqu’au 30 novembre de l’année. L’ensemble des modalités se fait en ligne.
L’assurance prairie se base sur une couverture indicielle qui permet de suivre la quantité d’herbe produite tout au long de la campagne à partir d’un suivi par satellite. On détermine un indice de référence historique sur les cinq dernières années, après retrait de la meilleure et de la plus mauvaise, pour éviter une vision de sous ou de surestimation du potentiel de production.
Si l’indice de l’année estime une perte supérieure à votre référence historique et au seuil d’intervention choisi, une indemnité sera automatiquement versée au souscripteur sans déclaration préalable.
Ce contrat est subventionné par les pouvoirs publics dans le cadre de la PAC jusqu’à 65 %.

Où en est l’évolution des souscriptions ?

G. - S. - Lors du lancement de l’assurance prairie, nous avons volontairement choisi de limiter le nombre de souscripteurs afin d’améliorer le produit dans une logique de coconstruction.
Delphine Létendart - Aujourd’hui, le dispositif fonctionne parfaitement mais rencontre une contrainte principale à son développement : il est en compétition avec le fonds de garanties des calamités agricoles, proposé par l’État. Ce dernier, qui exclut les éleveurs assurés, part d’une situation différente pour la mesure des pertes et dispose de modalités de seuil et de franchise distinctes. Les souscripteurs d’une assurance prairie ont ainsi un sentiment d’inéquité.
Tous les acteurs travaillent sur le sujet pour trouver des solutions et les conditions nécessaires au développement de l’assurance prairie.
Ainsi, sur le territoire, tous prescripteurs confondus, moins de 2 % des prairies sont assurées.

Quel est le profil des éleveurs ayant d’ores et déjà souscrit un tel contrat d’assurance ?

Delphine Létendart, directrice du marché agricole chez Groupama © M. Fayol
D. - L. – On assure des prairies sur l’ensemble du territoire, avec une légère tendance supérieure dans la partie Est de la France. Le profil des souscripteurs est assez varié mais on trouve principalement des éleveurs de bovins, lait, viande ou mixte avec une moyenne à 150 UGB pour 110 hectares de SAU. Le seuil de déclenchement de l’assurance généralement choisi est en moyenne à 25 %. Le contrat étant personnalisable, le coût est variable. Toutefois, les cotisations s’élèvent en moyenne à 21 euros/UGB et 31 euros/hectare avant subvention, soit respectivement à 10 et 14 euros, subvention déduite. Le taux de subvention est en moyenne d’environ 50 % et peut atteindre 65 % pour les contrats sans garanties complémentaires.

En 2019, année climatique très sèche, quel a été le taux de déclenchement de l’assurance ?

D. - L. - L’année dernière, la moitié de notre portefeuille a déclenché automatiquement une indemnisation avec une perte pouvant aller jusqu’à 75 % du potentiel de production. Ceci prouve bien que la protection du besoin fourrager des prairies fonctionne en cas d’aléas climatiques.

Une protection du besoin fourrager efficace en cas d’aléas climatiques

17 événements climatiques sont garantis

Coup de chaleur, coup de froid, coup de soleil, excès d’eau, excès de température, gel, grêle, humidité excessive, manque de rayonnement solaire, pluies torrentielles, pluies violentes, poids de la neige ou du givre, sécheresse, températures basses, tempête, tourbillon, vent de sable…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Emmanuelle Ducros © DR
Emmanuelle Ducros : « le RIP pour les animaux est un piège intellectuel "
Emmanuelle Ducros, journaliste économique et spécialiste des questions agricoles à l’Opinion nous éclaire sur le référendum pour…
Face à l’évolution des prix des broutards « incompréhensible et inacceptable », les Eleveurs du grand Massif Central appellent à la rétention de ces animaux en ferme.
Les éleveurs bovins du Grand Massif Central sont appelés à retenir au maximum les broutards en ferme
Les prix des broutards ne cessent de baisser depuis plusieurs semaines, aussi les Eleveurs de races à viande du grand Massif…
Paul et son oncle Philippe Couvé. « On privilégie les animaux de race Charolaise car on trouve toujours acquéreur. » © C. Delisle
Une conduite simple mais efficace des jeunes bovins
À la SCEA Couvé et fils, dans l’Orne, le bien-être animal a été privilégié, sans compromis pour autant sur les performances des…
Le lecteur de glycémie donne directement les résultats dans la pâture.  © B. Gavage
La conséquence d’un déficit énergétique en fin de gestation
Cette vache âgée a perdu beaucoup d’état en fin de gestation. Elle souffre d’une pathologie classique en élevage ovin mais moins…
Quentin Gougeon, éleveur à Vaiges en Mayenne (à droite). « Depuis mon installation, je travaille au maintien du bocage pour abriter les bovins et les céréales conduites en agriculture biologique. On valorise une partie de notre production de bois par le biais de la SCIC Mayenne bois énergie. » « La structure se charge d’organiser la commercialisation d’un bois durable et équitable », ajoute Olivier Lepage, chargé de développement à la SCIC. © C. Delisle
Chez Quentin et Dominique Gougeon, les haies sont un patrimoine à valoriser
Sur l’exploitation de Quentin et Dominique Gougeon à Vaiges en Mayenne, les haies sont conduites comme une culture à part entière…
Davantage de viande Charolaise pour les restaurants McDonalds
La viande charolaise sera plus largement utilisée dans les restaurants McDonalds tout au long du mois d’octobre. Elle concernera…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande