Aller au contenu principal
Font Size

Race Charolaise
Le contrôle en ferme des génisses jusqu´au vêlage se développe

L´expérimentation du contrôle en ferme des génisses après sevrage, débuté il y a trois ans en Bourgogne, est en cours de déploiement.


Le contrôle en ferme des génisses après leur sevrage est expérimenté dans une centaine d´élevages Charolais en Bourgogne depuis plusieurs campagnes. L´objectif est d´évaluer les qualités maternelles de futurs taureaux d´IA, tout en fournissant aux éleveurs de précieuses informations sur l´évolution de leurs génisses entre le sevrage et le premier vêlage.
Les résultats de la première série de testage ont été obtenus en 2003 et en 2004, ce dispositif sera déployé dans les régions Rhône-Alpes, Lorraine, Alsace, Champagne-Ardennes, Centre et Auvergne. Dans les Pays de la Loire, le programme pour l´instant en place pour des Charolaises de Vendée devrait être étendu à l´échelle de la région. La conclusion des trois séries expérimentales devrait intervenir en 2006.

Informations précieuses sur l´évolution des génisses
Aux pesées classiques réalisées avant sevrage, sont ajoutées trois pesées des génisses aux phases d´élevage-clé : une avant la mise à l´herbe entre douze et quinze mois, une à la rentrée à l´automne suivant, et une à deux ans. « Les poids à âge type et les performances hivernales et au pâturage sont ainsi évalués », explique Serge Miller de l´Institut de l´élevage. Un pointage permet aussi d´apprécier la morphologie des génisses à trente mois. Autant d´informations qui permettent aux éleveurs d´apprécier en toute objectivité l´évolution de leurs futures reproductrices. « Nous avons par exemple observé un écart de 130 kilos de poids moyen à deux ans entre le groupe des élevages les plus performants et celui des moins performants, soit un écart moyen de 180 g/j de GMQ entre le sevrage et l´âge de deux ans ». Les marges de progrès sont ainsi appréciées et servent de base de réflexion sur la conduite des génisses.

Le contrôle en ferme des génisses comprend ensuite la conception d´un planning d´accouplement des génisses, l´insémination du maximum d´entre elles et l´enregistrement des événements de la reproduction. Au vêlage sont notées les conditions. L´aptitude des génisses à l´allaitement est évaluée à partir des performances de croissance de leur veau à 210 jours.

Conserver sur l´élevage la descendance du taureau
Cette procédure de testage en ferme permet de conserver sur l´élevage la descendance du taureau de testage. Les éleveurs ne sont pas non plus formellement tenus dans le cadre du dispositif expérimental de conserver les génisses de testage jusqu´à leur premier vêlage. « Les éleveurs redeviennent les acteurs principaux du testage avec cette procédure. »



Source : Journée organisée par l´Institut de l´élevage : « Les nouveaux outils de sélection en bovins viande. »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Bâchage des silos : des pistes pour dégager les pneus
Machinisme
La bonne conservation du tas d’ensilage passe par la pose d’une couverture parfaitement hermétique. Si la qualité des bâches est…
L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Le marché des reproducteurs bovins allaitants à l’heure du coronavirus
Sur le marché intérieur, le commerce des bovins reproducteurs allaitants est pénalisé par la décapitalisation, la mauvaise…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande