Aller au contenu principal

Le conseil en élevage évolue

Avec des éleveurs de plus en plus formés, il n’est pas toujours aisé de recruter les techniciens très spécialisés à même de délivrer un suivi technique de bon niveau.

Le niveau de formation des agriculteurs augmente : d’ici dix ans, la moitié des jeunes installés auront un niveau de formation au moins équivalent à ceux de leurs conseillers.
Le niveau de formation des agriculteurs augmente : d’ici dix ans, la moitié des jeunes installés auront un niveau de formation au moins équivalent à ceux de leurs conseillers.
© J.-C. Gutner

Quel conseil demain en élevage ? Tel était le thème d’une table-ronde organisée à l’occasion de la dernière assemblée générale de France Conseil Élevage.
« Le conseiller a longtemps été une sorte de notable. Il transférait aux agriculteurs des informations techniques dont il était à peu près certain qu’elles auraient un impact positif sur les performances techniques et le revenu », expliquait Roger Le Guen sociologue et enseignant à l’École supérieure d’agriculture d’Angers. Une époque révolue ou en passe de l’être, compte tenu de l’évolution du niveau de formation des agriculteurs. « D’ici dix ans, la moitié des jeunes installés auront un niveau de formation au moins équivalent à ceux de leurs conseillers ! » Ces derniers devront donc être toujours plus pointus dans leurs domaines d’intervention. Les éleveurs qui auront fait le choix d’acheter les compétences techniques d’un conseiller en attendront légitimement un conseil pertinent et de haut niveau, leur permettant de tabler sur un bon retour sur investissement. De plus, avec des éleveurs de plus en plus connectés et adeptes des nouvelles technologies, nombre d’entre eux vont déjà de plus en plus souvent chercher eux-mêmes les informations techniques dont ils ont besoin. La neutralité d’un conseiller Bovins Croissance peut à ce moment-là être analysée comme une aide précieuse pour mieux se retrouver parmi différentes propositions visant à faire évoluer la conduite du troupeau.
Il convient donc de bien faire la différence entre le conseil « neutre » émanent d’un technicien qui n’a rien d’autre à vendre que son expertise technique et celui d’apparence gratuit émanant d’un fournisseur de l’agrofourniture. Même s’il n’est pas directement facturé, ce dernier est forcément lié à la vente d’un produit. « Le conseil est alors une stratégie marketing qui est là pour venir accompagner la vente », soulignait Roger Le Guen.

Des difficultés de recrutement dans le conseil technique


Parmi les autres enjeux du conseil technique en élevage pour les années à venir, vient celui du recrutement. Les jeunes ingénieurs sont désormais moins fréquemment issus du milieu agricole et ont donc une moins bonne connaissance de ce milieu. Ils sont souvent davantage attirés par les secteurs de l’agro-fourniture et de l’agroalimentaire que par le conseil individualisé en élevage. Des orientations professionnelles qui leur laissent percevoir de meilleures perspectives en termes d’évolution de carrière et de rémunération. « Les banques, les chambres d’agriculture et les centres de gestion font état de cette difficulté à laquelle ils sont confrontés pour recruter », précisait Roger Le Guen et ce dernier de confirmer que les jeunes ingénieurs qui entendent s’orienter vers les filières animales à la fin de leurs études sont au final peu nombreux. « Beaucoup d’anciens étudiants de ces filières nous indiquent qu’ils ne perçoivent pas de réelles perspectives d’évolution de carrière. » Et de souligner que certains jeunes détenteurs de brevets de techniciens supérieurs ou de licences professionnelles peuvent avoir un profil plus adapté pour faire du conseil technique, en particulier parce qu’ils sont plus au fait des réalités concrètes du terrain. « Pour un jeune ingénieur, avoir été quelques années au contact des éleveurs dans les exploitations en tant que salarié dans une entreprise de conseil en élevage donne une carte de visite intéressante pour sa future évolution de carrière », rappelait Serge Bazin, directeur de France Conseil Élevage. « Oui l’Institut de l’élevage est ravi de trouver de jeunes ingénieurs qui ont fait leurs premières armes dans le conseil en élevage ! », confirmait Anne-Charlotte Dockes, chef du département « Métiers d’éleveurs et société » à l’Institut de l’élevage.
L’autre évolution qui devra être prise en compte est la concurrence sur le terrain entre les différents organismes liés au secteur de l’élevage. Compte tenu de la baisse du nombre d’exploitations, le nombre d’acheteurs de conseil se réduit mathématiquement. « Aujourd’hui, pour un éleveur, les compétences du technicien qui interviendra sur son élevage sont devenues plus importantes que l’organisme dont il dépend », précisait Roger Le Guen.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Les litières sont composées de paille mais également de plaquettes forestières issues de l’entretien des nombreuses haies présentes sur le parcellaire avec le choix récent d’en laisser « monter » quelque unes pour conforter la ressource en bois sur pied et s’adapter aux évolutions du climat avec davantage d’ombre en été. © F. d'Alteroche
"Un maximum de productivité par UTH et par UGB avec mon troupeau Charolais"
Bonne productivité numérique, mortalité maîtrisée, croissances de bon niveau, vêlage à deux ans de plus en plus fréquent… Tous…
La Chine fait s'envoler les cours des matières premières pour l'engraissement des bovins
La hausse est impressionnante. Elle ne concerne malheureusement pas le prix de la viande bovine mais celle des différentes…
Le cadran de Saint Yrieix en Haute-Vienne a fermé ses portes
Inauguré en décembre 2019, le marché au cadran de Saint-Yrieix-la-Perche a cessé ses activités depuis le 1er avril dernier.  
FCO : des mesures dérogatoires s'appliqueront avec l'Italie et l'Espagne
La Loi de Santé Animale s'applique à partir du 21 avril 2021. GDS France informe que des accords ont été trouvés avec l'Italie et…
signature du partenariat entre Cloé et Charal ayant eu lieu ce jour (Alexandre RAGUET, Directeur de Cloé et Franck LUCAS, Directeur des Etablissements Charal Metz)
Un contrat Label Rouge "gros bovins" entre Cloé, Charal et Cora
L'union de coopératives Cloé a signé le 7 avril 2021 un contrat tripartite avec les établissements Charal de Metz et Cora. Il est…
Les Japonais sélectionnent une souche de bovins pour l’élevage urbain
Nanifier les vaches pour les élever sur les toits des immeubles et favoriser ainsi l’élevage urbain et les circuits courts. Tel…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande