Aller au contenu principal
Font Size

Interculture ou culture d'été
L'avoine diploïde : un couvert sud-américain

Avena strigosa est une culture intermédiaire qui, par rapport à l’avoine classique présente une exceptionnelle résistance à la rouille et une très grande rapidité d’implantation.

Protec’sol est commercialisée par Jouffray-Drillaud en mélange, par exemple ici avec une vesce velue.
Protec’sol est commercialisée par Jouffray-Drillaud en mélange, par exemple ici avec une vesce velue.
© JOUFFRAY DRILLAUD

 

Avena strigosa, du point de vue botanique, ressemble davantage à une folle avoine qu’à une avoine cultivée. Les variétés d’avoine classiques, Avena sativa, sont hexaploïdes, alors qu’elle est diploïde. Cette plante est très couramment utilisée au Brésil et au Chili pour la couverture du sol dans le cadre de techniques culturales simplifiées et est distribuée en France depuis quelques années.Panam France importe Luxurial, d’origine chilienne, Agrileader distribue Evergreen, d’origine brésilienne, et Jouffray-Drillaud propose Protec’ sol.

« Nous avons travaillé à partir de populations brésiliennes qui peuvent présenter des comportements assez variables. Notre travail a consisté à assurer une homogénéisation.Protec’sol représente la première génération de cette sélection, qui se poursuit », explique Denis David, directeur marketing chez Jouffray-Drillaud. 

L’avoine diploïde, en culture pure, se sème à 30-35 kilos par hectare et se développe très rapidement, assurant la formation d’une biomasse importante en six à huit semaines même en conditions difficiles. « L’avoine diploïde a la réputation de limiter le développement des nématodes, et d’avoir un effet allélopathique », explique Jean-Claude Neveu de Panam France. C’est-à-dire qu’en sa présence, le développement d’autres plantes est inhibé et qu’elle laisse des sols propres. Une exploitation en fauche ou pâture est possible au bout de six semaines environ. Jérémy Coulais, de la chambre d’agriculture de Vendée, a observé Evergreen chez des adhérents du Geda de la région Est Colline Deux Lays. « Elle fournit un fourrage intéressant en association avec du trèfle d’Alexandrie en semis de juin, par exemple juste derrière un méteil. Elle peut fournir jusqu’à 4 à 6 tMS faciles à récolter ». Elle peut aussi être implantée juste après une céréale.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
abattage à la ferme loire atlantique
L'AALVie lance un financement participatif pour son projet d'abattage à la ferme
L'association AALVie (abattage des animaux sur le lieu de vie) a dévoilé son projet lors d'une conférence de presse le 7 juillet…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Un seul gros bovin est traité à la fois et le temps entre la saignée et l’éviscération ne doit pas dépasser une heure. © AALVIE
Un caisson mobile pour abattre les animaux à la ferme
Depuis trois ans, des éleveurs de Loire-Atlantique et de Vendée préparent la mise en place de caissons mobiles pour abattre les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande