Aller au contenu principal

Bovins Viande : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière viande bovine dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches al

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Débouchés du boeuf
L´avenir du Boeuf de Bazas suspendu à des aides publiques

L´avenir des mâles castrés dans la filière Boeuf de Bazas, production traditionnelle saisonnière, semble lié au maintien d´aides publiques.


La filière Boeuf de Bazas, protégée à la fois par un Label rouge, obtenu en 1997, et une indication géographique protégée (IGP), est très fortement ancrée dans la tradition. Sur les 600 animaux labellisés, elle produit une centaine de mâles castrés abattus entre 4 et 5 ans, quasiment tous commercialisés pendant les cinq semaines qui précèdent et suivent la fête du boeuf gras de Bazas (Gironde), le jeudi précédent le mardi gras. Le carnaval est le point d´orgue d´une « tradition d´engraissement » propre à cette région du Bazadais (sud de la Gironde et nord des Landes), explique Bruno Dionis du Séjour, président de l´association du Boeuf de Bazas. Une région où se maintiennent des systèmes d´élevage extensifs avec engraissement de boeufs et de jeunes vaches de boucherie.
Toutefois, une dizaine d´éleveurs seulement finnissent du boeuf traditionnel, parmi lesquels pas plus de cinq qui engraissent leurs propres animaux. La production a tout de même connue une belle envolée entre 2003 et 2005 grâce à une aide régionale pour la création de pépinières de mâles de race Bazadaise. Les éleveurs qui achetaient des animaux au sevrage pour les amener jusqu´à 3 ans avant de les revendre à des engraisseurs, recevaient une prime de 250 euros pour compenser la longue durée d´immobilisation. Un soutien qui a permis de doubler la production.
Bruno Dionis du Séjour : « On espère que la production de mâles castrés va se maintenir mais on ne sait pas très bien comment les éleveurs vont réagir. » ©B. Griffoul

La demande est là
La filière Boeuf de Bazas produit des mâles castrés d´un poids moyen carcasse de 530 kg, valorisés autour de 5 euros le kilo. Ils sont commercialisés exclusivement par l´intermédiaire du groupement Expalliance. Le prix est établi « en confiance », à la bête ou au kilo avant la vente. La viande est consommée essentiellement en Gironde, avec quinze boucheries qui achètent des mâles castrés à la saison du carnaval et des femelles labellisées le reste de l´année.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Vignette
Castrer les vaches pour les engraisser
En supprimant les chaleurs, et avec elles l’agitation, les chevauchements et les risques de chute inhérents, la castration ne…
Vignette
Du maïs épi dans les rations pour gagner du temps
Coût de mécanisation réduit pour la distribution, concentration des rations en énergie, gain de temps : l’ensilage de maïs épi…
Vignette
Bien choisir son chien de troupeau
Pour obtenir d’un chien les services attendus, son choix doit être effectué avec attention. Race, lignée, sélection du chiot dans…
Vignette
Déléguer la surveillance des chaleurs au monitoring
Au Gaec Billaud, dans la Creuse une partie des vaches et génisses sont surveillées nuit et jour par monitoring de façon à mieux…
154 faucheuses conditionneuses portées & 74 faucheuses conditionneuses frontales
Machinisme
Les gammes de faucheuses conditionneuses portées accueillent de plus en plus de modèles doubles destinés aux combinaisons de…
Les caméras de surveillance à l’heure du numérique
Lait
Des images d’une belle qualité sur tout type d’écran : la numérisation des caméras de surveillance a permis de grands progrès. Et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande