Aller au contenu principal

L’Auvergne veut rattraper son retard de modernisation des bâtiments

En Auvergne, la moitié des bâtiments ont été construits avant 1994.
En Auvergne, la moitié des bâtiments ont été construits avant 1994.
© F. d'Alteroche

Les besoins en modernisation du parc des bâtiments d’élevage sont considérables en Auvergne, comme le révèle une récente enquête. Sur les 2137 exploitations qui ont répondu (dont 64 % pour le Cantal), trois quarts ont l’intention d’investir dans leurs bâtiments, avec parfois plusieurs investissements prévus, soit au total quelque 2530 projets mis en avant. Les exploitations allaitantes totalisent 23 % des projets. C’est dans la filière laitière que les besoins sont les plus importants (36 % des projets). Un besoin manifeste également d’accroître les capacités de stockage (36 % des projets dont les trois quarts pour stocker des fourrages). Cette enquête confirme le vieillissement du parc bâtiment auvergnat. Plus de la moitié des élevages allaitants enquêtés logent leurs vaches en étable entravée (et 43 % sur aire paillée). La moitié des bâtiments ont été construits avant 1994. Une approche des coûts d’investissements que représenteraient les projets évoqués par les éleveurs a montré que les besoins s’élèvent à 74 millions d’euros pour le secteur allaitant et à 132 millions d’euros pour la filière laitière. Au total pour l’Auvergne, ils atteignent 270 millions d’euros. Soit très exactement le montant des investissements réalisés au cours du précédent plan bâtiment.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Grandes Cultures
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
filet brise-vent
Plan de relance : des aides pour la biosécurité et le bien-être animal
Le volet agricole du plan de relance comprend une mesure « pacte biosécurité et bien-être animal ». Le dispositif sera piloté par…
Sophie et Michel travaillent avec leur fils Baptiste. Cette année, les laitonnes ont du être rentrées dès octobre à cause des fortes pluies. © S. Bourgeois
Une perte sensible d’efficacité économique pour un système broutards dans la Nièvre
Michel et Sophie Durand conduisent à Ougny dans la Nièvre, un système herbager avec 165 vêlages et vente de broutards lourds. À …
Cette année, la campagne de vêlages se passe vraiment bien avec 85 % de vêlages sans aide, et les retours en chaleurs sont nettement plus rapides qu’auparavant. Pour certaines, c’est quinze jours après le vêlage. © S. Bourgeois
Une approche globale pour une reproduction au top
Des vaches bien préparées au vêlage retournent vite en chaleurs. C’est l’expérience qu’a faite Jean-Michel Michelot, éleveur dans…
Le plan protéines n’oublie pas l’herbe

La stratégie nationale protéines végétales, dévoilée le 1er décembre vise à réduire la…

"Un veau qui ne se lève pas se remarque rapidement ce qui permet de le prendre en charge sans délai », soulignent les éleveurs interrogés sur leur conduite de limitation des tétées. © C. Delisle
Y a-t-il un intérêt à limiter l’accès des veaux à leurs mères ?
Dans le cadre du projet Optirepro, l’Institut de l’élevage et la chambre d’agriculture des Pays de la Loire se sont penchés sur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande