Aller au contenu principal

L’Aubrac en route vers le sans cornes

L’Union Aubrac a validé la décision de mettre en place une « classe épreuve » pour les futurs animaux naturellement sans cornes.

© F. d'Alteroche

Une « classe épreuve ». C’est sous cette mention que seront enregistrés par le herd-book Aubrac, les animaux naturellement sans cornes qui naîtront dans les années à venir. Cette décision a été validée début août à l’occasion de la dernière assemblée générale de l’Union Aubrac. Cette « classe épreuve » concernera les animaux sans cornes ainsi que leur descendance. « Nous aurons la « classe historique » qui rassemblera tous les animaux normalement cornés et confirmés conformes au standard, et cette « classe épreuve » qui regroupera tous les animaux sans cornes ainsi que leurs descendants directs », explique Cyril Leymarie, ingénieur chargé de mission  à l’OS Aubrac.
L’inscription des animaux porteurs du gène sans cornes et de leurs descendants ne pourra bien évidemment être confirmée que si leur morphologie et standard correspondent à ce qui est recherché en Aubrac. Le passage de la « classe épreuve » à la « classe historique » pour des animaux d’un parent sans cornes ne sera possible que pour les femelles cornées de troisième génération. Rappelons, que accouplés à des vaches cornues, 50 % de la descendance d’un taureau hétérozygote possèdera des cornes.
Reste que ce n’est pas l’hiver prochain, ni même le suivant, que l’on aura la possibilité de voir dans des fermes françaises détenant des cheptels inscrits, des veaux Aubrac naturellement sans cornes.



Le gène devrait venir d’Allemagne


Selon toute vraisemblance, l’introduction de ce gène dans la population française va se faire à partir d’animaux provenant de l’élevage de la famille Baumer, en Allemagne, où cette caractéristique est sélectionnée depuis une quinzaine d’années et découle de croisements d’absorption initialement réalisés à partir de Shorthorn et Galloway.
« D’après ce travail, que nous suivons avec attention, on estime que le premier taureau hétérozygote sans cornes qui aura le statut Reproducteur de Race Pure (RRP) ne pourra pas être utilisé sur des vaches françaises avant 2017 ou 2018 », poursuit Cyril Leymarie.
Un calendrier qui mérite quelques explications. La loi définissant le statut de Reproducteur de Race Pure est européenne. Elle implique que tout animal entrant en France avec un pedigree export attestant de son appartenance à la section principale du livre généalogique du pays d’origine, doit obligatoirement pouvoir être inscrit dans la section principale du livre généalogique français. Les animaux issus de ce programme devront présenter au minimum 98,4 % de sang Aubrac pour les femelles et 99,2 % pour les mâles, pour prétendre être inscrits en section principale du livre généalogique allemand. Actuellement, les animaux  présentant le caractère sans cornes n’en possèdent au mieux que 96,8 %. Ce sont donc seulement les produits nés de ces animaux qui pourront être utilisés pour diffuser ce gène dans la population Aubrac française, d’où les trois à quatre ans encore nécessaires.
De plus, ce seront dans un premier temps  des animaux hétérozygotes pour le caractère sans cornes puisque issu de pères cornus. Accouplés aux vaches françaises, seule la moitié de leur descendance sera acère.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Le bâtiment est en bois avec une ventilation naturelle, une bonne ambiance à l’intérieur et des écarts de température diurne-nocturne atténués par la toiture en panneaux « sandwich » de 4 centimètres d’épaisseur. © F. d'Alteroche
Une stabulation sur caillebotis double usage pour les vaches allaitantes
Dans le Cantal, la nécessité d’accroître les capacités de stockage en lisier d’un bâtiment entravé a incité les associés du Gaec…
Les vaches ont très vite adopté les logettes et les cornadis suédois leur ont permis de sauver leurs cornes, sans dommages jusqu’à présent. © F. d'Alteroche
Des caillebotis pour les vaches, pour ne pas remettre en cause l’autonomie
Le Gaec d’Éole utilise à peine 12 tonnes de paille-hiver pour les seules cases à veaux et cases de vêlage d’une stabulation « …
 © M-H André
L’Argentine, cette usine à bœufs qui tourne au ralenti
Dans bon nombre d’élevages naisseurs argentins, le potentiel de production est loin d’être utilisé à 100 % de ses capacités. Une…
De la Stabiliser à la Redyblack, vers une nouvelle race bovins viande en France
Portée par l’association Bovinext, la RedyBlack est la première race bovine en création depuis des décennies à obtenir son…
Les poteaux métalliques ont permis de limiter l’emprise au sol et la charpente et les parois en bois contribuent à une bonne ambiance avec des devis comparatifs métal/bois qui étaient similaires. © F. d'Alteroche
Bâtiment sur caillebotis : associer l’économie en paille à son confort
Construite sur les pentes du Massif du Sancy, la stabulation du Gaec de Surain associe litière paillée et fosse sous caillebotis…
Pauline Garcia élève 130 Salers dans le Cantal. Elle propose des formations et des conseils sur le terrain ou en ligne (conseils à l’heure). © Etho-diversité
La conduite positive du bovin par Pauline Garcia
Pauline Garcia, éleveuse de 130 Salers dans le Cantal et comportementaliste animalière, applique sur le terrain des résultats de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande