Aller au contenu principal

L’arbre et la haie, alliés des éleveurs

Renchérissement du prix du pétrole et sécheresses estivales récurrentes ont fait émerger de nouvelles utilisations du bois bocager. Il devient une alternative aux énergies fossiles et à la paille de litière, sans négliger de nouvelles possibilités encore balbutiantes pour l’alimentation des bovins.

éleveur taille haies
© C.Delisle

Arbres et haies sont incontournables dans les zones d’herbage. Historiquement, les haies répondaient à quatre finalités. Éviter d’avoir à garder les animaux pour les empêcher d’aller sur les cultures. Borner le parcellaire et signaler l’appropriation légale du sol. S’y ajoutait une fonction alimentaire par la présence des châtaigniers, noyers et autres arbres fruitiers. Enfin, être source de combustible.

Avec l’arrivée du cadastre, des clôtures en fils barbelés puis électriques, une partie de ces fonctions sont devenues caduques. Puis entre 1950 et 1980, quand les énergies fossiles étaient bon marché, le bois de chauffage a perdu l’essentiel de son intérêt. Au cours du même intervalle de temps, le bocage a été sans ménagement adapté à la spécialisation des exploitations et à la mécanisation de l’agriculture. Les haies ont alors davantage été analysées comme un handicap et non comme un atout.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

« A cause des campagnols terrestres, nos vaches ont mangé de la terre tout l’hiver »
« A cause des campagnols terrestres, nos vaches ont mangé de la terre tout l’hiver »
Alexandra, Jean-Pierre et leur fils Florian Lannez travaillent en Gaec avec 95 vaches sur 140 ha. Ils sont confrontés aux…
De combien augmente le coût de production de la viande bovine avec la flambée des charges ?
L’Institut de l’Elevage a simulé l’impact de la flambée des charges sur le coût de production du kilo de viande bovine.
Alexis Thibault, Gaec de la Vallée des Blondes, 250 mères Blondes d’Aquitaine naisseur-engraisseur, 3 associés, à Le Busseau, dans les Deux-Sèvres
[Bioscurité] « J’utilise une cloche pour protéger les cadavres de bovins adultes»
Alexis Thibault du Gaec de la vallée des blondes dans les Deux-Sèvres a acheté une cloche à cadavres de grande dimension, qui…
Anticiper un recul des disponibilités en paille en réalisant dès à présent un stock de plaquettes
Le bois plaquette a fait ses preuves pour confectionner la litière dans les élevages cultivant peu de céréales mais disposant de…
Contrôle par vidéo en abattoir : un bilan positif de l'expérimentation
Après deux ans d’expérimentation, les cinq abattoirs qui ont testé la vidéo dressent un bilan positif. Si sa mise en œuvre est…
Les petits veaux laitiers font partie des sous-produits du lait et faute de débouchés valorisateurs sur le marché intérieur, un nombre croissant d’entre eux sont vendus à l’export -le plus souvent en Espagne- à des tarifs qui souvent ne permettent même pas de couvrir les frais d’insémination.
Les veaux, « mâles nécessaires » de la production laitière
Utilisés pour produire des veaux de boucherie, des taurillons ou des bœufs, les veaux laitiers finis en France se sont réduits en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande