Aller au contenu principal
Font Size

co-produit
L'amidon de pomme de terre est proche de celui du maïs

L'utilisation et la conservation de la pomme de terre sont un peu particulières mais dans l'ensemble restent d'une grande simplicité.

La pomme de terre peut être utilisée telle que, entière, non lavée et crue. Son stockage s'effectue «à l'abri du gel et de la lumière pour éviter le verdissement. Une simple couverture de paille est suffisante », précise le Comité national interprofessionnel de la pomme de terre (CNIPT) dans un communiqué de presse. Pour un stockage de courte durée, les co-produits de la pomme de terre n'ont même pas besoin d'être bâchés car le tas se dessèche en surface et forme
une croûte consommée par les animaux. Ensilées entières et seules, les pommes de terre laissent couler beaucoup de jus (30 à 50% de leur poids). Très apprécié des animaux, il est intéressant de le récupérer. Les pommes de terre peuvent être ensilées en mélange avec de la paille, de la pulpe de betterave surpressée, du maïs...

L'ensilage s'effectue en couches alternées de 30 à 40 cm chacune,tassées régulièrement, ou après un passage dans une mélangeuse (10% de paille et 90% de pomme de terre). Dans ce cas, la densité du mélange est de 900 à 1000kg/m3. «Au bout de deux à trois semaines, le silo diminue d'un quart à un tiers de sa hauteur.»

5 KILOS DE POMMES DE TERRE POUR 1 KILO DE BLÉ 

«Sur des pommes de terre, le taux de matière sèche varie de 16 à 22%. Or un kilo de blé en fait 88%, donc pour avoir le même taux il en faut 4 à 5 kilos», explique Didier Cousin du groupe Bonda, Nutrition animale. Mélangées directement à d'autres co-produits, les pommes de terre entières fermentent et deviennent rapidement de la purée. Cela permet de les conserver pour des périodes où leur disponibilité est moindre et de réduire les risques d'empommage. L'amidon (70% de la matière sèche) de la pomme de terre est très similaire à celui du maïs. Il est lent à se dégrader au niveau du rumen. Il faut donc ramener dans la ration de la cellulose ou d'autres sucres solubles pour valoriser cet amidon. Lors de la distribution, il faudra distribuer en premier les autres fourrages, limiter la consommation simultanée d'autres aliments riches en potassium et ne pas oublier de mettre une pierre à sel. 

«Pour les taurillons, il faut privilégier la consommation au sol ou au cornadis», conseille Didier Cousin. Selon le CNIPT, il est possible de distribuer 15 à 30 kilos pour les bœufs, 15 à 20 kilos pour les taurillons et 10 à 20 kilos pour les génisses d'élevages, « mais tout dépend du type de ration» rajoute Didier. Effectivement, selon les sources,ces valeurs peuvent être nettement inférieures.

 

COMPOSITIONS MOYENNES DE TROIS CO-PRODUITS DE LA POMME DE TERRE 

MS  UFV PDIA PDIN PDIE Ca2+ P+
en %   par kg  en g/kg  en g/kg  en g/kg 
en g 
en g
Pomme de terre 16-22 1,06 23 64 82 1,2 23
Pelures vapeur (LPF) 14-16 0,95 66 116 119 -

-

Screening - 1,26 20 1550 100 2 2
Pulpe de pomme de terre  20-25 1,06 15 30 90 8 0,8

 

Valeurs fournies par le groupe Bonda, Nutrition animale

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Le marché des reproducteurs bovins allaitants à l’heure du coronavirus
Sur le marché intérieur, le commerce des bovins reproducteurs allaitants est pénalisé par la décapitalisation, la mauvaise…
Vignette
L’aliment liquide apporte énergie fermentescible et azote soluble
Formulé à partir de coproduits locaux, l’aliment liquide est un moyen simple de complémenter des animaux. Il peut se distribuer…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande