Aller au contenu principal
Font Size

Jeunes bovins
L'aide à l'engraissement critiquée de tous bords

Les critères d’attribution de la nouvelle aide à l’engraissement de jeunes bovins suscitent beaucoup de réclamations.

© F. Alteroche

La FNB estime que les conditions d'attribution ne sont pas acceptables car les contrats qu’il est nécessaire de présenter pour pouvoir toucher cette aide ne sont pas encadrés. Pour elle, les contrats devraient impérativement prendre en compte les coûts de production mais ceci n’est pas mentionné dans la circulaire du Ministère. La signature d’un accord interprofessionnel portant sur un contrat cadre est toujours bloquée.

« De plus, la diffusion très tardive de la circulaire oblige les éleveurs et les abatteurs à agir dans la précipitation, ce qui vient en contradiction totale d’une vraie structuration des relations filière.


» La FNB avait d’autre part demandé un seuil minimum de 30 animaux engraissés par an pour pouvoir bénéficier de cette aide au lieu des 50 retenus par le Ministère. Elle remet aussi en cause le principe du stabilisateur financier et aurait souhaité un plafond en nombre d’animaux primés par élevage.


La Confédération Paysanne s’oppose depuis plusieurs mois aux conditions d’attribution de cette aide. Elle avait occupé les locaux de Coop de France fin mars, a été reçue au ministère, a déposé des motions en chambre d’agriculture. Sans obtenir de résultat.

Elle annonce dans un communiqué du 2 mai qu’elle a décidé d’attaquer la circulaire et appelle tous les éleveurs de jeunes bovins à remplir le formulaire de demande d’aide avant le 15 mai, quel qu’en soit le nombre, la race, leur adhésion ou non à une organisation de producteurs, la possession ou non de contrats.

« Cette aide doit être plafonnée à 50 jeunes bovins et accessible pour les premiers jeunes bovins engraissés et pour tous les éleveurs, adhérents ou non d’une organisation de producteurs. » défend l’organisation.


La Coordination Rurale assimile cette aide à un « miroir aux alouettes » car selon elle, « elle incite à produire plus » et oblige via la contractualisation à « s’enchaîner à une coopérative ou à un abatteur ». Pour le syndicat, le seuil des 50 animaux minimum exclut du dispositif beaucoup d’éleveurs pourtant spécialisés et l’enveloppe est bien trop faible pour espérer qu’elle ne dynamise l’engraissement.

La Coordination Rurale estime aussi que comme l’aide ne concerne que les JB abattus en France, elle réduit les capacités d’exportation et affaiblit ce contrepoids face aux grands groupes d’abattage.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
abattage à la ferme loire atlantique
L'AALVie lance un financement participatif pour son projet d'abattage à la ferme
L'association AALVie (abattage des animaux sur le lieu de vie) a dévoilé son projet lors d'une conférence de presse le 7 juillet…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Un seul gros bovin est traité à la fois et le temps entre la saignée et l’éviscération ne doit pas dépasser une heure. © AALVIE
Un caisson mobile pour abattre les animaux à la ferme
Depuis trois ans, des éleveurs de Loire-Atlantique et de Vendée préparent la mise en place de caissons mobiles pour abattre les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande