Aller au contenu principal
Font Size

Fonctionnement du rumen
L´acidité du rumen arbitre les fermentations

Les fermentations microbiennes sont très variables. Elles dépendent de la vitesse de fermentation des aliments et du pH, lui-même fonction de la composition de la ration.


Tout changement d´alimentation modifie les conditions de vie des micro-organismes du rumen et donc les fermentations microbiennes. Prenons l´exemple d´un broutard en croissance, recevant une ration constituée essentiellement de fourrage. Lorsqu´on lui distribue une ration fortement énergétique d´engraissement et riche en amidon, du type par exemple ensilage de maïs et concentré, tout son écosystème microbien est remanié. L´activité et la composition des différentes espèces microbiennes sont fortement modifiées. « Cette ration étant beaucoup plus rapidement fermentescible, les produits terminaux issus des fermentations microbiennes s´accumulent. Les concentrations en acides gras volatils et en acide lactique augmentent beaucoup et le pH diminue », expliquent Cécile Martin et Brigitte Michalet-Doreau, de l´équipe Digestion microbienne de l´unité de recherche sur les herbivores, à l´Inra de Theix.
Acidose avec un pH inférieur à 5,5
Des changements de nature physique s´opèrent aussi dans le rumen puisqu´on passe d´une ration à base de parois végétales, à une ration en petites particules qui sont attaquées plus rapidement par les micro-organismes. « L´animal rumine moins et produit moins de salive. Le rôle de tampon de la salive fonctionne donc moins ce qui contribue aussi à la baisse de pH. » La viscosité du liquide du rumen augmente, les gaz s´accumulent et la pression s´amplifie. En conséquence de cette baisse de pH, les bactéries cellulolytiques sont très inhibées et disparaissent en grande quantité, suivies des bactéries méthanogènes. « Les protozoaires à leur tour sont de moins en moins nombreux et peuvent même disparaître complètement en conditions de nutrition drastiques. Au contraire, les bactéries amylolytiques deviennent dominantes, et il se développe aussi une flore qui tolère bien l´acidité qui s´est installée dans le rumen, qui utilise et qui produit de l´acide lactique. »
Si le pH descend en dessous de 5,5, le bovin est en situation d´acidose. Si le pH baisse encore et passe sous le seuil de 5, des lactobacilles produisant de l´acide lactique se multiplient. En arrivant en dessous de 4,5, seuls ces lactobacilles subsistent au détriment des autres et l´acide lactique s´accumule dans le rumen. L´animal peut en mourir.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
abattage à la ferme loire atlantique
L'AALVie lance un financement participatif pour son projet d'abattage à la ferme
L'association AALVie (abattage des animaux sur le lieu de vie) a dévoilé son projet lors d'une conférence de presse le 7 juillet…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Un seul gros bovin est traité à la fois et le temps entre la saignée et l’éviscération ne doit pas dépasser une heure. © AALVIE
Un caisson mobile pour abattre les animaux à la ferme
Depuis trois ans, des éleveurs de Loire-Atlantique et de Vendée préparent la mise en place de caissons mobiles pour abattre les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande