Aller au contenu principal

"L'accord avec le Mercosur semble n'avoir jamais été aussi proche"

Dans un communiqué du 28 mai, la FNB appelle une nouvelle fois le gouvernement à répondre concrètement à ses interrogations. L'accord pourrait intervenir dès fin juin.

élevage bovins viande au Brésil
© F.Moriset

"L’accord de libre-échange entre l’UE et le Mercosur, négocié depuis plus de 20 ans, semble n’avoir jamais été aussi proche. Dès la fin juin, l’UE pourrait, notamment, ouvrir son marché à 99 000 tonnes de viandes supplémentaires provenant du Brésil et de ses pays voisins, issues de systèmes d’élevage peu ou pas règlementés, largement responsables de la déforestation" annonce la FNB dans son communiqué du 28 mai 2019.

La FNB demande au gouvernement des réponses concrètes sur la traçabilité des animaux et la qualité sanitaire des viandes du Mercosur pour prouver qu'elle est déterminée à protéger la santé des consommateurs, l’environnement et l'élevage." :

"Alors que, contrairement à la règlementation qui s’applique au sein de l’UE, il n’existe aucune obligation de traçabilité individuelle des bovins dans les pays du Mercosur et que les règles de l’OMC interdisent à l’Europe d’imposer cette obligation à ses partenaires commerciaux, comment la France entend-elle améliorer le système de sécurité sanitaire des viandes sud-américaines dont l’absence de fiabilité n’est malheureusement - depuis le scandale de la viande avariée au Brésil -plus à démontrer ?"

"Alors que tous les produits antimicrobiens interdits au sein de l’UE sont utilisés en routine dans l’alimentation des bovins au Brésil et que l’Europe ne peut pas, au regard de l’OMC, interdire à ses partenaires commerciaux de les utiliser, comment la France entend-elle protéger la santé de ses consommateurs ?

"Alors que les éleveurs brésiliens utilisent les antibiotiques comme activateurs de croissance dans l’engraissement de leurs bovins – une pratique strictement proscrite au sein de l’UE – mais que, là encore, l’application par l’Europe de cette interdiction à ses importations nécessite une longue négociation au niveau de l’OMC, quelles garanties concrètes la France est-elle en mesure d’apporter sur ce plan ?"

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Germain Fréville. « J’étais vraiment convaincu par les conseils que je donne. Je mets maintenant à l’épreuve ce que je préconise. J’essaie de faire des émules par l’exemple. » © S. Bourgeois
[De conseiller à éleveur] « J’avais en tête l’exploitation idéale et je l’ai trouvée »
Germain Fréville est double actif. Il travaille à mi-temps pour une association d’aide aux agriculteurs en difficulté et élève…
La cage mesure 3 m sur 3 m et 2 m de haut. Elle pèse environ 600 kg et a coûté 2800 € HT pour 40 heures de fabrication. « Le montage de la cage a été pensé pour avoir un compromis entre solidité, sécurité et légèreté », explique Fabien Vialle. Elle rentre dans le cadre de la législation routière et peut être transportée sur route (moins de 3 m 50 de large).   © E. Durand
Une cage de contention pour bovins mobile et multifonctions
Gaël Magnaval, éleveur de limousines en Corrèze, à proximité de Chamberet, a imaginé une cage mobile pour pouvoir poser ses…
Emmanuel Turpeau s'est installé en 2007. Son élevage allie génétique de très haut niveau et autonomie alimentaire.  © S. Bourgeois
[De conseiller à éleveur] "La passion de la Charolaise et le chemin vers le bio"
Emmanuel Turpeau a travaillé pour le herd-book charolais avant de s’installer. Il met désormais en application les principes…
jeunes bovins Charolais
Marché fluide pour les jeunes bovins
Sur le mois de juin 21, le rythme de prélèvement des mâles en ferme a été plus dynamique que celui des quatre années antérieures…
Le début 2021 laisse présager une embellie côté prix pour la viande bovine au second semestre. © C. Delisle
Filière viande bovine européenne : de meilleures perspectives pour fin 2021
Covid-19, Brexit, forte baisse du prix des JB et broutards… 2020 fut une année compliquée au sein du marché communautaire.…
Si les feed-lots représentent une part toujours plus importante pour la finition des bovins, 50 % des bovins sont encore exclusivement finis au pâturage. © C. Deloume
Le Brésil, une puissance exportatrice de viande bovine touchée par la pandémie
Si 2020 fut encore une année de records pour le premier exportateur mondial de viande bovine, l’année 2021 s’annonce sous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande