Aller au contenu principal

Anne-Marie Quemener
"La vocation internationale du Space est un de mes credo"

De stagiaire en 1993 à commissaire générale en 2016, Anne-Marie Quemener a œuvré à toutes les étapes de croissance du Space, avec toujours en ligne de mire le développement à l’international.

Langues et commerce

Fille d’éleveurs laitiers dans les Côtes-d’Armor, j’ai suivi des études d’anglais, d’espagnol et aussi de japonais à l’IPLV (Institut de perfectionnement en langues vivantes) de l’université d’Angers. Mais être traductrice, ce n’était pas pour moi. Je cherchais davantage d’ouverture sur la vie des entreprises et les activités commerciales. J’ai donc complété mes compétences avec un troisième cycle de commerce international à l’École supérieure de commerce de Rennes.

L’étranger, toujours

En 1993, j’ai intégré l’équipe du Space pour mon stage de fin d’études. L’objectif était déjà, à mon arrivée, de donner au salon sa dimension « CE » pour « carrefour européen » du sigle Space. C’est un salon pour les productions animales et à vocation internationale. Cette année-là, cinq journalistes étrangers sont venus. En 2015, ils étaient 87 à faire le déplacement.

Souci du détail

J’ai occupé la fonction de chargée de communication de 1997 à 2010, avant de prendre la relève de Paul Kerdraon - qui a fait valoir ses droits à la retraite en janvier 2016 - au poste de commissaire générale du salon. Pour travailler dans l’événementiel, il faut être "fait pour". C’est un état d’esprit particulier. Il faut gérer la montée en pression, les aléas de dernière minute... La réussite tient à une somme inouie de détails.

Une équipe, des personnalités

Le quatre jours durant lesquels se déroule le salon nécessitent un travail en continu et une préoccupation permanente sur une année pour améliorer la qualité de l'événement. À sa création en 1987, le salon employait juste un commissaire général et une assistante. Aujourd’hui, nous sommes sept salariés au Space, une équipe hors pair, avec des personnalités formidables. Ensemble, nous faisons toujours face, quoi qu’il arrive. Avec nos partenaires, le salon, qui est un GIE, mobilise l’équivalent de quinze emplois à l’année, avec aussi des stagiaires et du personnel temporaire entre avril et septembre.

Espagne

Les vacances du mois d’août sont un bol d’air indispensable avant le rush et l’intensité de la rentrée de septembre. Avec ma famille, depuis plusieurs années, nous mettons le cap sur l’Espagne. Le reste de l’année, je me ressource par la lecture et le yoga, deux activités indispensables à mon équilibre.

De bons souvenirs et aussi…

J’ai beaucoup de bons souvenirs des quatre jours du salon, des temps forts, il est difficile d’en choisir un en particulier. Et mes enfants, âgés de 14 et 10 ans, sont toujours très contents et fiers de venir chaque année arpenter les allées du Space. Je me rappelle à l’inverse aussi le 11 septembre 2001, que l’on a vécu tous ensemble, l’information circulant dans un bruissement de stand en stand.

Conserver l’élan

Mon action sera axée sur la poursuite du développement du Space. L’international sera naturellement un des leviers. L'an dernier, nous avons franchi un cap : 125 pays étaient représentés parmi les 15 000 visiteurs internationaux présents. Avec l'équipe, nous sommes également déterminés à rester toujours à l'écoute des acteurs de notre événement et à faire en sorte que le Space conserve ses caractéristiques de salon "professionnel, international et convivial".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Lorsqu’elle est en position haute, la partie inférieure de la barrière se situe à 5 mètres du sol et n’est donc pas pénalisante pour rentrer dans la stabulation avec du gros matériel et en particulier pour curer le fumier. © F. d'Alteroche
Une stabulation aux nombreuses astuces
Au Gaec de l’Armançon en Côte-d’Or, la principale stabulation héberge 128 vaches suitées. Elle intègre différents équipements mis…
Les jeunes bovins au plus bas alors qu’ils devraient être au plus haut
Alors qu’ils devraient être au plus haut à cette période de l’année, les prix des taurillons finis sont au plus bas. Peu prisée…
La vente directe représente le  débouché pour en moyenne une vache par mois, parmi celles âgées de huit ans maximum. L'éleveur vend également en direct à peu près six veaux par an. © S. Bourgeois
Différents régimes pour l'engraissement des vaches de race Blonde d'Aquitaine
Des séries d’essais ont été menées dans le cadre du projet Défiblonde entre 2016 et 2020 pour affiner les connaissances sur les…
Franck Baechler. "Le bétail aide à redynamiser les flux de carbone." © S. Bourgeois
Franck Baechler : être autonome et construire mon sol
Installé depuis trois ans en agriculture de conservation des sols dans le Loir-et-Cher, Franck Baechler a introduit dans son…
Jérôme Mélard, éleveur à Puttigny en Moselle, diversifie les débouchés de son atelier d'engraissement avec des génisses Prim'herbe.  © Cloe
Des babynettes avec au moins 35 % d’herbe pour la filière Prim’herbe
L’union de coopératives Cloé démarre un partenariat avec le groupe Carrefour. La filière Prim’herbe vise à approvisionner le…
Le nombre de petits cheptels ne cesse de diminuer mais la progression des unités de grande dimension tend à se stabiliser.
Fortes évolutions démographiques à prévoir pour les systèmes allaitants
À la demande d’Interbev et de la Confédération nationale de l’élevage, l’Institut de l’élevage a analysé la décapitalisation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande