Aller au contenu principal

La viande des Grisons porte les exportations suisses

La viande des Grisons, viande de bœuf séchée, représente 46 % des exports de viande bovine de la Suisse. Mais l’interprofession essaie de mettre en avant d’autres produits comme la viande séchée du Valais, plus chère, mais avec un cahier des charges plus strict.

La viande des Grisons 
est la plus connue 
de toutes les spécialités carnées suisses.
La viande des Grisons
est la plus connue
de toutes les spécialités carnées suisses.
© DR

La Suisse n’est pas autosuffisante en viande bovine. Les 45 000 détenteurs des 1,6 million de bovins ne parviennent pas alimenter les huit millions d’habitants de la Confédération helvétique. Un seul produit tire son épingle du jeu, la viande des Grisons. Cette viande de bœuf séchée représente ainsi 46 % des 4 000 tonnes de viande bovine exportées en 2013. Les 56 % restants étant surtout constitués d’abats exportés vers l’Allemagne et la Côte d’Ivoire.
Si l’IGP viande des Grisons impose que la viande soit séchée et salée à plus de 800 mètres d’altitude et dans le canton des Grisons, à l’Est du pays, la matière première peut en revanche provenir de l’extérieur. Les ateliers suisses achètent donc 96 % des cuisses de bœuf à l’Irlande, l’Italie, l’Allemagne ou la France. Salée, pressée et séchée pendant trois à cinq mois, la viande perd la moitié de son poids et ne conserve que 7 % de gras. « La viande de Grisons vient de la nécessité de constituer des réserves pour les long mois d’hiver, explique Stefano Bianchi qui importe des charcuteries Bell en France. En automne, après la désalpe, les paysans abattaient une partie de leur troupeau et saumuraient les pièces de bœuf les plus maigres en les frottant avec du sel, du poivre, de l’ail, du genévrier et du laurier avant de les suspendre au vent devant la maison ».


La viande suisse bénéficie d’une bonne image


Si la viande des Grisons a connu un essor important à partir de 2010 avec la mode des régimes protéinés type Dukan, Proviande, l’interprofession de la viande suisse, essaie de mettre en avant d’autre produits suisses comme la viande séchée du Valais. Mais, celle-ci, fabriquée dans le canton francophone du Valais, ne peut être fabriquée qu’avec de la viande suisse. Son prix, deux fois plus élevé que la viande des Grisons (déjà cher à 45 euros du kilo dans les supermarchés français) peine alors à séduire les consommateurs français. « L’atout majeur de la viande suisse, c’est l’image qu’elle véhicule, celle de pâturage du Jura et des Alpes et celle d’élevages à taille humaine », explique Marcel Portmann de Proviande. L’interprofession mise aussi sur une traçabilité poussée et sur des transports d’animaux courts (maximum six heures entre l’élevage et l’abattoir).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Julien Denormandie sommet de l'elevage
FNB : "Un contrat écrit obligatoire pour toutes les catégories de bovins d'ici fin 2022"
Selon un communiqué de la FNB, Julien Denormandie a annoncé lors de sa visite au Sommet de l'Elevage qu'au 1er janvier 2022,…
Maïs « coupe haute » : un fourrage plus concentré à bien rationner
Alors que les ensilages de maïs sont prometteurs cette année, Arvalis fait le point sur la technique de récolte de l'ensilage de…
Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine
Bruno Dufayet, Fédération nationale bovine : « Des signaux de marché au vert, les prix doivent sortir du rouge »
A quelques jours du Sommet de l’Elevage, le président de la Fédération nationale bovine estime que toutes les planètes sont…
Déchargement de broutards français dans un atelier italien - En Italie, la conjoncture actuelle est favorable avec des niveaux de prix nettement plus élevés que ce qui est habituellement pratiqué à cette période de l’année.
Trop peu valorisés, les broutards sont moins nombreux
Le prix du maigre a gagné quelques centimes en fin d’été mais ne progresse pas dans les mêmes proportions que les femelles finies…
Le parc d’attente est un demi-cercle à barrière poussante sécurisée permettant au choix d’orienter les animaux vers un parc, vers le quai de chargement ou vers l’entrée du couloir de contention. Le sol est un béton strié et il a été coulée après avoir bien vérifié que tout fonctionnait. Il est couvert d'un peu de sciure pour ne pas glisser.
[Contention des bovins] Une installation faite maison de haut niveau
Depuis dix ans, le Gaec des Reclous est équipé d’une belle installation associant bois et métal, complétée par un quai de…
« Egalim 2 est un choc culturel » selon Bruno Dufayet, président de la FNB
Dans les allées du Sommet de l’élevage, le président de la fédération nationale bovine est revenu sur la loi Egalim 2 qui va…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande