Aller au contenu principal

La viande comme monnaie d'échange entre l'Europe et les Etats-Unis

Dans le cadre d'un accord de libre-échange entre les États-Unis et l'Union européenne, la viande américaine est de retour dans les . négociations

7Après leur sevrage, les bouvillons nord-américains sont engraissés dans des conditions très discutables avec aucune traçabilité puisqu'il n'existe pas de système national d'identification aux États-Unis.
7Après leur sevrage, les bouvillons nord-américains sont engraissés dans des conditions très discutables avec aucune traçabilité puisqu'il n'existe pas de système national d'identification aux États-Unis.
© M. Jourdan/Réussir/archives

Bientôt davantage de steaks nord-américains dans nos assiettes ? C'est la crainte de l'interprofession. Après que la Commission européenne a signé le 18 octobre dernier avec le Canada un accord prévoyant l'ouverture du marché européen à 65 000 tonnes équivalent carcasse via des contingents à droits de douane nuls, de nouvelles discussions seraient en cours en particulier avec les États-Unis pour continuer d'ouvrir le marché européen à la viande bovine issue d'élevages nord-américains.
Les professionnels français de l'élevage et de la viande dénoncent le fait que l'agriculture et plus particulièrement l'élevage serve de variable d'ajustement et de monnaie d'échange pour faciliter l'accès des produits de l'industrie et des services européens au marché nord-américain.
Rien de précis pour les tonnages qui pourraient être concernés. Interbev fait écho de contingents cinq à six fois plus importants que ce qui a déjà été signé avec le Canada. De plus, les exportateurs nord-américains viseront d'abord le segment des morceaux de qualité, lequel concerne plus particulièrement les viandes provenant du cheptel allaitant.


Plusieurs milliers de têtes par feedlot


S'il venait à se concrétiser cet accord aurait un impact désastreux sur la filière bovine européenne et en premier lieu française puisque c'est notre pays qui possède le premier cheptel allaitant de l'Union. La menace est réelle, mais le processus de validation de ce type d'accord ne se fera pas du jour au lendemain.
« La gestion des relations commerciales avec les pays tiers est une compétence exclusive de l'Union européenne. Cela signifie que c'est elle et non les États membres pris individuellement qui négocie les accords commerciaux internationaux. Dans un premier temps, la Commission européenne négocie les accords de libre-échange avec le partenaire commercial pour le compte de l'ensemble de l'Union. Puis dans un second temps, ce sont le Conseil et le Parlement européens qui ratifient l'accord », expliquait Baptiste Buczinski, chargé des affaires européennes pour Interbev à l'occasion d'une journée sur les échanges internationaux organisée par l'Institut de l'élevage.
Selon l'USDA (ministère de l'Agriculture des États-Unis), les deux tiers des bovins sont engraissés dans des feedlots de plus de 8000 têtes et ceux de plus de 32 000 bovins représentent 39 % de la production. Faut-il encore préciser que ces usines à viande ont banalisé l'usage des activateurs de croissance avec des conditions d'élevage peu soucieuses du bien-être animal et de l'environnement. Ces parcs ne sont pas couverts. Les animaux pataugent dans la boue et le fumier une bonne partie de l'année.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Grandes Cultures
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
filet brise-vent
Plan de relance : des aides pour la biosécurité et le bien-être animal
Le volet agricole du plan de relance comprend une mesure « pacte biosécurité et bien-être animal ». Le dispositif sera piloté par…
Sophie et Michel travaillent avec leur fils Baptiste. Cette année, les laitonnes ont du être rentrées dès octobre à cause des fortes pluies. © S. Bourgeois
Une perte sensible d’efficacité économique pour un système broutards dans la Nièvre
Michel et Sophie Durand conduisent à Ougny dans la Nièvre, un système herbager avec 165 vêlages et vente de broutards lourds. À …
Cette année, la campagne de vêlages se passe vraiment bien avec 85 % de vêlages sans aide, et les retours en chaleurs sont nettement plus rapides qu’auparavant. Pour certaines, c’est quinze jours après le vêlage. © S. Bourgeois
Une approche globale pour une reproduction au top
Des vaches bien préparées au vêlage retournent vite en chaleurs. C’est l’expérience qu’a faite Jean-Michel Michelot, éleveur dans…
Le plan protéines n’oublie pas l’herbe

La stratégie nationale protéines végétales, dévoilée le 1er décembre vise à réduire la…

Pac: les aides aux bovins allaitants et laitiers revalorisées pour la campagne 2020
Le montant unitaire de l'aide aux bovins allaitants est revalorisé à 171,25 euros par vache (au lieu de 166 euros) pour les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande