Aller au contenu principal

Viande bovine
La vente directe par les éleveurs est un métier encore neuf

La vente directe connaît depuis deux ans un essor sensible. Elle permet de mieux valoriser sa production, mais est exigeante en temps, en investissements, et nécessite un certain savoir-faire.


Phénomène anecdotique il y a seulement quelques années, la vente directe de viande bovine connaît depuis deux ans un essor sensible. Le secteur tend donc à se professionnaliser. Mais le métier est encore neuf et manifestement beaucoup de ses acteurs tâtonnent encore un peu. Impossible d´ailleurs d´avoir des statistiques précises tant sur les volumes concernés que sur le nombre d´éleveurs qui ont recours à cette méthode de vente pour au moins une partie de leur production.
©F. d´Alteroche


Dans un domaine où vu de l´extérieur il semble que ce soit l´initiative individuelle qui prime, elle n´est pas pour autant synonyme d´individualisme forcené. A l´image de l´Association viandes des éleveurs de Midi-Pyrénées en vente directe (dont la SARL Kérimel et le prestataire de services Salas font parti), des initiatives se mettent en place pour permettre aux éleveurs d´échanger sur leurs pratiques. Cette même association a par ailleurs récemment réalisé un guide de vente directe qui rassemble les nombreux textes législatifs relatifs à cette activité.
Ce document consacre également tout un chapitre en vue d´aider un éleveur intéressé à «construire et réaliser son projet.» En guise d´avertissement il est bien précisé à l´éleveur lecteur du document qu´il doit au préalable se poser quelques questions avant d´opter pour cet « élargissement du métier d´éleveur ».

Se poser les questions essentielles avant de se lancer
« Quelles sont les motivations qui vous animent ? Etes-vous prêt à vous confronter au consommateur, à ses exigences particulières et à ses besoins en termes de satisfaction et d´information ? Avez-vous la volonté de vous organiser pour dégager une part significative de votre temps dans le but d´assurer la fonction de commercialisation et de promotion ? Etes-vous prêt à investir un budget minimum dans la promotion et la recherche de nouveaux clients, dans l´acquisition du matériel spécifique ? Au-delà de la motivation qui vous anime, vous sentez-vous capable de vous former à ce nouveau métier ? »
Voilà des questions auxquelles il faut bien réfléchir avant d´engager les démarches nécessaires pour, pourquoi pas, se décider à faire le grand pas dans ce qui ne doit surtout pas être la grande aventure.
©D´après l´enquête réalisée par la rédaction de Réussir Bovins Viande


*******************************************************************************************************
Cet article est extrait du Dossier de Réussir Bovins Viande de Janvier 2003 (nº90). Enquêtes, analyses, témoignages et données chiffrées: 22 pages sont consacrées à ce développement de la vente directe de viande bovine.
*******************************************************************************************************
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

 © Agricentre
Le teff grass, une nouvelle fourragère estivale
Eragrostis tef ou teff grass, graminée cultivée comme céréale secondaire en Afrique, arrive en France comme fourragère. Sa…
Le bâtiment est en bois avec une ventilation naturelle, une bonne ambiance à l’intérieur et des écarts de température diurne-nocturne atténués par la toiture en panneaux « sandwich » de 4 centimètres d’épaisseur. © F. d'Alteroche
Une stabulation sur caillebotis double usage pour les vaches allaitantes
Dans le Cantal, la nécessité d’accroître les capacités de stockage en lisier d’un bâtiment entravé a incité les associés du Gaec…
Les vaches ont très vite adopté les logettes et les cornadis suédois leur ont permis de sauver leurs cornes, sans dommages jusqu’à présent. © F. d'Alteroche
Des caillebotis pour les vaches, pour ne pas remettre en cause l’autonomie
Le Gaec d’Éole utilise à peine 12 tonnes de paille-hiver pour les seules cases à veaux et cases de vêlage d’une stabulation « …
Les atouts du caillebotis pour les vaches allaitantes
Les stabulations intégrant au moins une partie de caillebotis sur fosse sont courantes en élevage laitier, plus rares en système…
 © M-H André
L’Argentine, cette usine à bœufs qui tourne au ralenti
Dans bon nombre d’élevages naisseurs argentins, le potentiel de production est loin d’être utilisé à 100 % de ses capacités. Une…
De la Stabiliser à la Redyblack, vers une nouvelle race bovins viande en France
Portée par l’association Bovinext, la RedyBlack est la première race bovine depuis des décennies à obtenir son agrément OS en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande