Aller au contenu principal

Viande bovine
La vente directe par les éleveurs est un métier encore neuf

La vente directe connaît depuis deux ans un essor sensible. Elle permet de mieux valoriser sa production, mais est exigeante en temps, en investissements, et nécessite un certain savoir-faire.


Phénomène anecdotique il y a seulement quelques années, la vente directe de viande bovine connaît depuis deux ans un essor sensible. Le secteur tend donc à se professionnaliser. Mais le métier est encore neuf et manifestement beaucoup de ses acteurs tâtonnent encore un peu. Impossible d´ailleurs d´avoir des statistiques précises tant sur les volumes concernés que sur le nombre d´éleveurs qui ont recours à cette méthode de vente pour au moins une partie de leur production.
©F. d´Alteroche


Dans un domaine où vu de l´extérieur il semble que ce soit l´initiative individuelle qui prime, elle n´est pas pour autant synonyme d´individualisme forcené. A l´image de l´Association viandes des éleveurs de Midi-Pyrénées en vente directe (dont la SARL Kérimel et le prestataire de services Salas font parti), des initiatives se mettent en place pour permettre aux éleveurs d´échanger sur leurs pratiques. Cette même association a par ailleurs récemment réalisé un guide de vente directe qui rassemble les nombreux textes législatifs relatifs à cette activité.
Ce document consacre également tout un chapitre en vue d´aider un éleveur intéressé à «construire et réaliser son projet.» En guise d´avertissement il est bien précisé à l´éleveur lecteur du document qu´il doit au préalable se poser quelques questions avant d´opter pour cet « élargissement du métier d´éleveur ».

Se poser les questions essentielles avant de se lancer
« Quelles sont les motivations qui vous animent ? Etes-vous prêt à vous confronter au consommateur, à ses exigences particulières et à ses besoins en termes de satisfaction et d´information ? Avez-vous la volonté de vous organiser pour dégager une part significative de votre temps dans le but d´assurer la fonction de commercialisation et de promotion ? Etes-vous prêt à investir un budget minimum dans la promotion et la recherche de nouveaux clients, dans l´acquisition du matériel spécifique ? Au-delà de la motivation qui vous anime, vous sentez-vous capable de vous former à ce nouveau métier ? »
Voilà des questions auxquelles il faut bien réfléchir avant d´engager les démarches nécessaires pour, pourquoi pas, se décider à faire le grand pas dans ce qui ne doit surtout pas être la grande aventure.
©D´après l´enquête réalisée par la rédaction de Réussir Bovins Viande


*******************************************************************************************************
Cet article est extrait du Dossier de Réussir Bovins Viande de Janvier 2003 (nº90). Enquêtes, analyses, témoignages et données chiffrées: 22 pages sont consacrées à ce développement de la vente directe de viande bovine.
*******************************************************************************************************
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

La production de veaux sous la mère n’a pas vu d’embellie sur ses cours contrairement aux autres productions d’élevage.
Le veau sous la mère subit de plein fouet la crise
Confrontée à la progression des prix du maigre et à l’érosion du nombre de producteurs, la filière veau sous la mère est inquiète…
« On voulait un système de barrière qui nous aide à canaliser des lots de bétail entre des bâtiments. Mais on voulait aussi quelque chose de mobile et facile à déplacer. » expliquent Pierre et Alexandre Coudour. Père et fils ont pour cela mis au point cette barrière de 4 mètres de long contre laquelle peut venir se rabattre deux barrières de 3 mètres soit 10 mètres une fois dépliées. Ce n’est pas pour autant un outil de contention à proprement ...
"J'ai fabriqué une barrière mobile pour canaliser les bovins"
Au Gaec des Belins à Saint-Forgeux-Lespinasse, dans la Loire, une barrière mobile dépliable facile à déplacer aide à canaliser…
Le Gaec Camus Père et Fils s’est illustré lors des 72 heures de la Limousine
  L’édition 2022 du concours national Limousin s’est tenue pour la première fois dans la Sarthe, dans le cadre de la Foire du…
Le marché européen du jeune bovin bien orienté
En Allemagne et en Italie, les cours des jeunes bovins ont entamé leur hausse saisonnière. Entre une offre globalement limitée et…
A côté des baignoires, une partie des abreuvoirs sont métalliques et permettent d’être alternativement utilisés dans deux voire trois pâtures compte tenu de la gestion des lots en pâturage tournant.
De l’eau de forage 365 jours par an pour abreuver les bovins
Installé dans le Puy-de-Dôme, le Gaec Courteix a mis en place un forage en 2010. Il approvisionne tout l’hiver les abreuvoirs des…
Après : Les salers peuvent boire mais n'ont plus la possibilité de patouiller dans le ruisseau. À signaler au centre de la photo, l'aménagement d'un franchissement avec un tuyau en PHED permettant au bétail et aux engins de franchir à sec le ruisseau.
De l’eau propre pour abreuver les bovins sans salir les ruisseaux
L’aménagement de points d’eau en pâture diminue le salissement des ruisseaux et les atteintes à l’environnement en permettant aux…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande